Partagez | 
 

 Drinks on me ! - Arnaud

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaspard de Sabran

Aël ☼ Membre



.
.: Fourreur en série :.
avatar

✠ Je suis :
Un emplumé - inspecteur à l'ULCM
✠ J'ai :
35 ans
✠ Mon âme appartient :
Tu verras, t'en poses des questions
☉ Je suis actuellement :
  • indisponible (RP).
☉ Crédits :
Sio - summer's desire (sign) - ? (gif)
☉ Messages :
178


MessageSujet: Drinks on me ! - Arnaud    02.04.18 15:50

Son hôte a les pires fréquentations. Si on considère que c’est l’aël qui dirige le corps, que c’est donc lui qui a choisi de les emmener dans les quartiers les plus fêtards de Parys, on pourrait dire que Brivael est de mauvaise foi.

Mais d’un autre côté, le malheureux qui se risquerait à ce commentaire terminerait la tête encastré dans le mur.

Evidemment, l’emplumé préférerait quelque chose d’un peu plus… raffiné qu’un bar surchauffé et bondé, beaucoup trop bruyant et qui ne sent pas spécialement bon - la faute à tous ces corps pressés les uns contre les autres, à la sueur et autres fluides - mais c’est ce qu’il est. Un espion, celui qui s’infiltre, celui qui collecte des âmes sans en avoir l’air.

Là, il s’apprête à faire d’une pierre deux coups, d’une certaine façon. Il a repéré une âme, en même temps qu’un moyen d’infiltrer un cercle de la monarchie des plus importants. Celui de la reine et du Chambellan.

Parce qu’à une petite poignée de mètres de lui est assis nul autre qu’Arnaud de Hallewin. Jumeau de Ninon, la marquée de la Reine, protégé du Marquis, visage des soirées mondaines du Louvre… et apparemment, fêtard devant l’éternel avec quelque chose de beaucoup moins raffiné que le champagne.

Encore une fois, ce sont les compétences de son hôte, le charmant Gaspard, qui lui ont permis de traquer le rejeton de Hallewin jusqu’ici. Pas de gaieté de coeur, quoique… il s’améliore. Ensuite, l’aël s’est chargé de préparer son hôte. Il a bu, plus que de raison, assez pour que ses sensations soient altérées. Pour parvenir à ce petit miracle, il muselle ses dons de régénération, de toute façon amoindris par la rune qui dissimule sa nature et ses pouvoirs. Là, il passe dans une phase d’approche.

Ce qui commence par une traversée de l’endroit depuis le bar, jusqu’à la table dans un coin où s’est installé sa proie, ce qui s’avère un peu plus compliqué que prévu quand on a un coup dans le nez et que les gens s’obstinent à vous barrer la route. Mais enfin, n’est-ce pas l’effet que recherche l’aël?

Hey!

La grande carcasse de Gaspard se laisse tomber sur la banquette vide face à lui. Il tient toujours un verre à la main, une bière de médiocre qualité, que l’estomac de son hôte digère pourtant à la perfection.

Je te regarde depuis tout à l’heure, et bon… outre le fait que t’es mignon, tout ça, j’crois aussi que je te connais. On s’est pas déjà vu?” Il pose sa main sur son menton. “Pouah, j’espère que c’était pas à mon boulot, parce que ça serait gênant!

Il rigole. Puis il tire la tête de celui qui réalise que si l’autre ne rit pas, ce n’est pas parce que la blague n’est pas drôle, plutôt parce qu’il n’a pas tous les éléments pour comprendre où est l’humour.

Parce que je suis flic, en fait. Donc si je te connais du boulot… bah c’est que t’es un criminel, ou un macchabé. Comme t’es trop mignon pour être macchabé… ça ferait de toi un ancien suspect... avoue que ça serait bizarre”.

Il tend une main, à peu près droite. Il est éméché, mais pas complètement imbibé non plus. L’état parfait pour paraître amical, mais pas trop menaçant.

Gaspard”.

_________________
Don't get fooled by the pretty face
   The best advice I could give you is to not think of me as an angel but as the most sadistic feathery bastard to ever walk this earth
   

Brivael s'exprime en #00ffff
Gaspard s'exprime en #3366cc
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t495-gaspard-de-sabran-don-t
Arnaud de Hallewin

Sorcier ❅ Membre



.
.: Nécromant du dimanche :.
avatar

✠ Je suis :
Sorcier.
✠ J'ai :
33.
✠ Mon âme appartient :
à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits :
vocivus, old money
☉ Messages :
383


MessageSujet: Re: Drinks on me ! - Arnaud    27.04.18 1:16




Absiiiinthe, joli fruit - absinthe de fruits, joli joli joli - un jour mon absinthe viendra - should I stay drink absinthe or should I go drink absinthe - voilà précisément là, précisément maintenant, Arnaud se fait un medley des chansons les plus basiques qu'il connaisse, voilà précisément à quoi est occupé son cerveau qui tournicote des valses endiablées dans les vapeurs d'alcool depuis déjà une bonne heure. Il est seul, oh oui, tout seul, aucune envie de s'accompagner de ses connaissances de débauche ce soir. Ce soir qu'il renoue avec ses habitudes d'alcoolique fêtard qu'il a abandonnées depuis cette fameuse nuit avec Tomas. Plus d'alcool, sobre le gamin, sobrissime depuis plus d'un mois. Première fois dans l'histoire de sa vie depuis qu'il est en âge de boire (comprendre : depuis qu'il a douze ans, en langage de la Cour).
Est-ce que ça lui a réussi ? Est-ce qu'ils avaient raison, les détracteurs aigus, les moralistes professionnels ? Non pas vraiment : chacun ses solutions, dirons nous. Si on fait la liste, il n'a pas :

- été plus utile à la guerre civile qui déchire Parys
- réussi à vraiment parler aux gens qu'il aime
- réussi même à se rapprocher des gens qu'il aime
- réussi à faire plus de magie
- réussi à faire parler Ninon
- réussi à éblouir qui que ce soit.

Alors juste pour voir, juste pour se rappeler ce que ça vaut le fameux flamboyant Arnaud de Hallewin roi des nuits crades de Parys, juste pour un test sociologique dirons-nous, il a décidé ce soir de se relancer dans l'aventure. Si son débit d'engloutissement n'a pas varié, les gens autour, si. La peur n'a pas touché que les soirées guindées du Louvre, et si l'on est encore bien serré entre les corps à Montmartre, l'air n'y est plus tout à fait irrespirable comme avant. Il y a eu de la perte en chemin. Peut être qu'ils sont morts, peut être qu'ils sont cachés dans des caves à fomenter des complots, peut être qu'ils ont juste peur et qu'ils se terrent bien au chaud dans leurs bouteilles chez eux - en tout cas, ils ne sont pas tous là. Il y a bien des visages qu'il reconnait, mais c'est soudainement comme s'il était pestiféré, comme si trainer avec lui était prendre le risque de se faire exploser à chaque seconde. Arnaud, lui, et ce malgré l'attaque ce soir là, se considère comme le membre le moins exposé de la Cour. Parce qu'il n'est qu'un pion sans influence, parce qu'il représente les conséquences de l'aristocratie plutôt que l'aristocratie elle même.
Mais il s'en fout, Arnaud, il virevolte. Il avait plus besoin de la compagnie de l'alcool que de qui que se soit d'autre. Et de l'ambiance d'un bar, où l'on vit spontané et pas guindé. Ca lui suffit, d'observer cette énergie de fête. De l'absorber sans qu'aucun d'entre eux ne sache ce qu'il fait - qu'il se nourrit d'eux, à l'instar d'un vampire à l'état sauvage.

Son ivresse pourtant semble plus contemplative que d'ordinaire. Elle n'a pas le goût de fête de l'Arnaud d'avant qui après trois verres payait sa tournée à tout le bar, embrassait les inconnus comme les connus, les puants comme les propres. Il décide qu'il vaut mieux pour lui d'accepter cette nouvelle forme d'enivrement, qu'elle est là pour une raison, pour l'amener à autre chose peut être, peut être une porte à la suite de sa vie, enfin. Il ne demande qu'à voir la suite.
La suite peut être se pointe sous la forme d'un rouquin qui se laisse tomber de tout son poids en face de lui. L'avenir ne se pointerait pas avec moins d'aplomb. Ca boit une bière, ça fait donc partie des vrais, se dit Arnaud. Pas des connards poseurs qui tiennent leurs verres d'absinthe entre le pouce et le majeur, coude posé sur la table comme pour se permettre de mieux contempler l'oeuvre d'art verte qui tourne entre leurs doigts. Pas un mec comme lui, quoi - parfait. Il y a bien longtemps qu'il ne s'est pas fait draguer comme ça, Arnaud, aussi simplement, comme s'il était le dernier garçon d'écurie du coin, et ça fait quand même quelque chose dans son ventre. Dans son ego aussi, bien sûr, mais surtout dans son ventre. Cette sensation qu'il a tant attendue sans le savoir lui même : quand quelqu'un vous offre soudainement la possibilité d'un échange parfaitement simple, et parfaitement sincère. D'une sincérité d'autant plus délicieuse qu'elle n'implique pas pour autant quelque chose de grave et profond. D'aucuns diraient : the game is on. Et il n'a pas du tout envie que la gravité qui semble s'être emparée de lui ces derniers temps reste de la partie. Il la secoue intérieurement comme on secoue un chien qui s'est accroché à la jambe. Casse toi sale cabot de gravité, d'une part tu me fais mal, d'autre part tu me casses les couilles je voudrais passer à autre chose.

En plus de tout ça, merveille des merveilles, c'est un flic. Un flic qui ne sait pas qui il est. Merveilleux, si ça ne le ferait pas passer pour un taré infini il enverrait des baisers au ciel d'entre ses mains délicates. Alors tu sais, je n'exclus pas totalement la possibilité d'être un macchabée ! Il arrive une seconde trop tard pour faire comprendre à Gaspard que si, si, il possède les éléments de l'humour, mais enfin quand on est bourrés, mieux vaut tard que jamais s'applique comme une doctrine de vie à chaque seconde. Un macchabée mignon, histoire de faire exception à la règle. Ou alors...tu fais partie de ces gens qui m'ont mis en cellule de dégrisement et dans ce cas je suis navré ça expliquerait absolument que je ne me souvienne pas de toi. En fait, mon vieux, tu m'as vu en une des journaux ou à la télévision, mais ce petit jeu là me plaît. Il faut dire qu'en matière de mignon tu n'es pas en reste. Il saisit la main qu'on lui tend et la serre, pas assez cabot pour y poser un baiser mais n'en pensant pas moins. Hippolyte. Quoi ? Mais pourquoi c'est ce nom qui sort d'entre ses lèvres ? Pourquoi ce nom qu'il n'a utilisé qu'une fois, cette nuit là avec Tomas ? Pourquoi ne pas donner son vrai nom ? Lui même n'en a aucune idée. Il se fait le témoin de lui même et s'observe compliquer une situation après s'être réjoui qu'elle s'annonce simple et sincère. Gaspard je suis d'accord la bière c'est sympathique mais si je nous commande deux verres d'absinthe tu ne boudera pas le tien, quand même ? Ce serait navrant. Il se rattrape, Arnaud, se rattrape immédiatement de son mensonge en plongeant dans le nom. Le pêché, c'est une question d'équilibre, non ? Et viens donc de mon côté, on y est mieux pour observer les autres et pour s'entendre parler. Il tapote la banquette de velours rouge à sa gauche, et le fameux sourire Hallewin, celui joliment déformé par une morsure de chien devenue fossette, se montre au monde pour la première fois depuis longtemps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gaspard de Sabran

Aël ☼ Membre



.
.: Fourreur en série :.
avatar

✠ Je suis :
Un emplumé - inspecteur à l'ULCM
✠ J'ai :
35 ans
✠ Mon âme appartient :
Tu verras, t'en poses des questions
☉ Je suis actuellement :
  • indisponible (RP).
☉ Crédits :
Sio - summer's desire (sign) - ? (gif)
☉ Messages :
178


MessageSujet: Re: Drinks on me ! - Arnaud    27.04.18 19:51

Gaspard - enfin Brivael - rit, parce que c’est bien connu. On a le rire facile, quand on est un peu bourré. On a aussi le rire facile, quand on est face à quelqu’un qu’on a envie de “pécho” comme semble le dire ces humains incapables de parler convenablement. Certes, l’aël n’est ni vraiment bourré, ni vraiment d’humeur à rouler des patins à sa cible, même s’il est conscient que cela risque d’arriver. Mais il est un espion, alors il se prête au jeu.

Sur les conseils de Gaspard, parce que lui ne drague jamais. Pas besoin.

J’avoue que ça devient de plus en plus difficile de repérer les macchabés… Rends-toi compte, depuis la Révélation, y en a qui sont vivants!

La plaisanterie lui a été aimablement soufflée par son hôte. Elle n’est pas très bonne, mais elle suffit. Bien sûr, il se garde bien de révéler sa position à l’ULCM. Flic, ça suffit bien pour l’instant.

Cellule de dégrisement… hum… sais pas. J’aurais essayé de te filer mon numéro à la sortie au moins tu vois? Na, ça doit être ailleurs”.

Voilà que le courtisan lui serre la main et se présente sous un nom qui n’est pas le sien. Alors quoi? Il veut le frisson de l’interdit? Profiter d’une soirée où il n’est pas Arnaud de Hallewin, protégé de la Cour, la reine, le Chambellan etc, pour juste être un gars qui se fait draguer par un autre gars?

Il va être encore plus facile à manipuler que prévu dis donc.

Bien sûr, Gaspard, dans la prison qu’est sa tête, insulte copieusement le connard d’emplumé aux commandes. Il y a des choses qui ne se font pas, il y a des choses cruelles. Prétendre apprécier quelqu’un pour mieux se servir de lui doit faire partie de son top 3. Sauf que l’alchimiste est aussi le cul entre deux chaises. Du genre… est-ce que l’autre crétin va pas finir par le buter? Est-ce que s’il finit par s’approcher de Ninon - que les rumeurs disent super flippante et super puissante - elle ne va pas capter un truc pour lui?

Parce que tu as des beaux yeux et que tu es décidément très mignon, je ferais un bel effort”.

Un sourire répond à celui que lui offre Arnaud. Enfin Hippolyte, puisqu’il y tient. Un sourire qui fait pétiller ses yeux, qui creuse des fossettes dans son visage. Heureusement que son hôte n’est pas dégueulasse à regarder quand même.

Sans se faire prier, quoique en jouant toujours les imbibés, la grande carcasse de l’alchimiste se met debout et pointe un index presque assuré vers le bar.

Garçon, deux absinthes s’il-vous-plait!

Un pas, deux, un troisième qui se loupe un peu, il renverse un peu de sa bière en même temps qu’il tombe sur la banquette. Sans aucune hésitation, il se rapproche d’Arnaud, jusqu’à ce qu’un pauvre centimètre sépare leurs cuisses. Son coude se plante sur la table, son menton atterrit dans sa main et il le regarde.

C’est fou, je me souviens plus où je t’ai vu…. Et pis je me trouve con. On oublie pas les mecs mignons comme toi”.

Maintenant touche-lui la joue, mais du bout des doigts tu vois”.

Au cas où quelqu’un se poserait la question, non, Gaspard n’en revient pas d’avoir dit ça. Et il lèverait presque les yeux au ciel de voir le connard de plumeau s’exécuter, du bout des doigts, pour effleurer sa cicatrice. C'est d'autant plus con qu'il est tout à fait à son goût, le de Hallewin. Sauf qu'il est en train de se faire dragouiller par un connard de plumeau, pas par un alchimiste mignon.


Alors, Hippolyte, dis-moi… Qu’est-ce que tu fais ici de manière précise et dans la vie, de manière générale? Parce que tu sais que je suis flic, quand même, donc j’estime qu’il y a un déséquilibre. Tu sais plus de choses sur moi que moi sur toi”.

_________________
Don't get fooled by the pretty face
   The best advice I could give you is to not think of me as an angel but as the most sadistic feathery bastard to ever walk this earth
   

Brivael s'exprime en #00ffff
Gaspard s'exprime en #3366cc
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t495-gaspard-de-sabran-don-t
Arnaud de Hallewin

Sorcier ❅ Membre



.
.: Nécromant du dimanche :.
avatar

✠ Je suis :
Sorcier.
✠ J'ai :
33.
✠ Mon âme appartient :
à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits :
vocivus, old money
☉ Messages :
383


MessageSujet: Re: Drinks on me ! - Arnaud    06.06.18 16:32


Il est différent, cet homme. Il y a une forme de profondeur chez lui qui s'ouvre sur quelque chose d'autre. Quoi ? Arnaud n'en a aucune idée, mais l'essentiel au fond c'est qu'il y ai un potentiel et non pas de le découvrir tout de suite. C'est cela même qui rend une rencontre intéressante, non ? De percevoir une profondeur dissimulée chez l'autre. Qu'il n'y a pas qu'une seule couche dont on finira vite par se lasser. Il laisse passer sa blague douteuse précisément pour ça. Comparé à ce qu'il peut apporter, ce n'est qu'une broutille de faire de l'humour moyen. Bien évidemment, étant dans un état d'ivresse déjà bien avancé, son nez laisse quand même échapper un raclement guttural de semi-rire qui pourrait être franchement grossier s'il avait été plus fort. Mais rien de plus - on pourrait presque dire qu'Arnaud minaude. Alors on a écoulé mon stock d'options ! Je ne vois vraiment pas où on a pu se croiser, désolé. Au fil d'une nuit, probablement. Et au final, peu importe. L'esprit peut parfois jouer des tours semblables à la magie, et donne l'impression qu'on a déjà vu quelqu'un ou vécu une situation quand ça s'avère parfaitement faux. La fatigue, la similitude des visages des gens lorsqu'on a une attention réduite, j'en passe et des meilleures. Et étant donné la situation actuelle à Parys, particulièrement vu que son interlocuteur est flic, rien d'étonnant à ce qu'il soit embrouillé. La bière qui rafraichit sa main et qui n'est sans doute pas sa première ne doit pas y être pour rien non plus. Il esquisse un sourire comme pour offrir une conclusion élégante à son rire nul, et se demande combien de temps ça fait qu'il n'a donné son numéro à quelqu'un. Ca doit dater de sa prime jeunesse, quand on ne l'avait pas encore rabroué de s'exposer autant aux civils, trop pour un éminent membre de la cour. Je dis prime jeunesse, ça doit même plutôt ressembler à de l'adolescence. Des bêtises de gamin qui ne peuvent arriver qu'avant qu'on l'ai tordu, forgé aux conventions de la société et de son rang. Quand on est Arnaud de Hallewin on ne donne pas son numéro aux gens. C'est tout. Et il y a tant de règles qu'il a lui même tordues, évitées, envoyées se faire foutre, il ne sait plus très bien pourquoi il a laissé passer docilement certaines autres, aussi ridicules que le fait de ne pouvoir donner son numéro à qui lui donne envie. Il secoue cette réflexion hors de sa tête. Ca ne sert à rien de vouloir refaire le monde sur ces échelles-là. Comme dit le dicton - Arnaud hait les dictons mais ne peut nier qu'ils sont parfois pertinents - mieux vaut tard que jamais, par ailleurs : donc voici une occasion de se rattraper.

Gaspard le coiffe au poteau et se lève pour aller commander les absinthes. Quitte à ce qu'il y ai des serveurs qui se tuent à la tâche dans les bouges de Montmartre où on les malmène bouscule où l'on fait tomber ses plateaux on pourrait quand même les mobiliser, manque-t-il de brailler à travers l'espace qui les sépare, puis il se ravise parce que décidément la démarche de bourré du flic est beaucoup trop divertissante à regarder. Il parvient à éviter les éclats de bière que Gaspard produit en s'effondrant une nouvelle fois sur la banquette, en songeant que s'il en avait fait de même avec l'absinthe il n'aurait probablement pas apprécié (et découvre la possibilité de s'énerver maintenant à l'intérieur de lui, qu'il n'aurait pas soupçonnée avant). Il se laisse approcher, bien loin de la jouvencelle farouche.  A....Nous ? Il n'y a pas de raison que le flic aie le monopole de la drague ostentatoire. Et pourtant si, comme ce dernier le prouve la seconde d'après en lui caressant la joue. Ouais décidément il est fort en surenchère, il va falloir faire attention à la prochaine décision parce qu'ils pourraient vite se retrouver à faire des choses interdites au moins de dix huit ans sur cette banquette, au rythme où ça va. Non pas que ça gênerait quiconque dans le bar puisque personne ne s'y regarde, mais il y a peut être plus intéressant à faire d'abord avec ce type là. Dis-moi Gaspard, y a-t-il un risque que tu m'arrêtes en sortant pour ivresse sur la voie publique ? Il joue sans connaître les règles du jeu, Arnaud. En fait, il y a de fortes chances pour qu'il se soit mis à ne plus rien en avoir a foutre de rien, et si ça peut paraître négatif c'est au contraire une des rares choses qui le maintien en vie, qui rend tolérable le fait de rester à Parys alors qu'il n'a strictement plus aucune raison d'y être. Qu'il pourrait partir ailleurs et refaire sa vie, ou plutôt se faire une vie tout court.

Il rit sous les doigts de Gaspard qui touche et qui cherche. C'est vraiment de la drague dans les règles de l'art, on pourrait montrer cette situation en tant qu'exemple type à des gens pour qui la séduction est un mystère. Etape par étape, tout est respecté. Je trouve le déséquilibre un peu faible, tu ne te résume pas à ton rôle de flic, si ? Ce serait fort malheureux. Peut être que pour cinq informations que tu me donnes je t'en donne une. Les déséquilibres dans le don, il y est habitué, Arnaud. Dans un rôle comme dans l'autre. D'un coup de tête vers l'arrière il avale son verre cul-sec et le repose à l'envers sur la table. Encore. Il a envie de revoir le pas désordonné d'alcool du rouquin. Et pour équilibrer la balance comme tu le dis si bien, si tu y vas je mets de côté le marché des cinq contre un et je te donne directement une information sur moi. Laquelle d'information sur lui étant donné qu'il s'est présenté sous une fausse identité et qu'il n'est pas l'acteur du siècle, il n'en sait rien, mais il trouvera bien. Et s'il ne trouve pas, il jouera en zig zag pour se débiner. Ou finira par avouer qu'il est Arnaud, juste Arnaud, que ouais c'est lui, et on verra bien quel tour ça donnera aux événements.
Rien n'est grave, rien n'est important, rien n'est sérieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gaspard de Sabran

Aël ☼ Membre



.
.: Fourreur en série :.
avatar

✠ Je suis :
Un emplumé - inspecteur à l'ULCM
✠ J'ai :
35 ans
✠ Mon âme appartient :
Tu verras, t'en poses des questions
☉ Je suis actuellement :
  • indisponible (RP).
☉ Crédits :
Sio - summer's desire (sign) - ? (gif)
☉ Messages :
178


MessageSujet: Re: Drinks on me ! - Arnaud    06.06.18 21:05

Brivael pense, au contraire, que le sorcier sait très bien qu’ils ne se sont jamais croisés et que, comme beaucoup, le gentil Gaspard a simplement eu l’occasion de voir son visage à plus d’une occasion en couverture d’un magazine à scandale ou d’un autre et que seul l’alcool qui imbibe supposément le grand rouquin lui permet de rester anonyme pour l’instant.

Ou peut-être que contrairement à lui, il est assez saoul pour s’imaginer que le mensonge tient la route.

« A nous » répond Gaspard avec toute l’assurance du mec bourré qui sait très bien ce qu’il fait sur le coup mais qui s’en souviendra sans doute de façon très fragmentaire le lendemain.

Il avale l’absinthe comme des étudiants avaleraient des shots en soirée, fort d’une longue habitude de coude levé pour quelque chose d’un poil plus fort et goûtu, mais enfin… il prêche aussi pour sa paroisse.

Comme Arnaud un peu plus tôt, Gaspard se fend d’un rire qui n’en est pas vraiment un. Le genre de rire spontané, qu’on cherche à retenir, comme une conscience qu’on rit vraiment pour quelque chose de stupide et que l’on risque de passer soit pour un crétin, soit pour un type qui cherche à chopper.

L’alchimiste est de plus en plus dégoûté. Parce que tout ça lui ressemble, parce que dans d’autres circonstances, il aurait tenté sa chance lui-même avec lui, il le sait, mais que là, il n’est qu’un pion dans le jeu d’un connard de plumeau.

« Si je t’arrête… il faudra probablement que je m’arrête aussi, et pfiou… t’imagine la paperasse? Non non, si on te demande, tu fais l’air de rien. L’air que t’as pas bu, tu vois? »

Ses doigts sont toujours contre la joue d’Arnaud, à caresser sa cicatrice sans en avoir l’air. L’intéressé n’a pas l’air de s’en plaindre de toute façon. Et l’aël continue de jouer le jeu de la séduction, les yeux dans les siens, à lui sourire, à se retenir de rire à ses boutades et ses plaisanteries. Doit-il être seul pour céder aussi facilement…

En attendant, il joue les faussement outrés, trop bourrés pour retenir ses réactions spontanées. Il lâche un cri du coeur et s’insurge aussitôt.

« Cinq contre une? Naaaa, c’est pas un marché rentable pour moi ça… T’en sauras tellement sur moi à la fin de la soirée... »

Quant à ce marché… Dans les faits, Brivael ne voit aucune raison de le refuser. Il n’est pas vraiment bourré, il prétend simplement qu’il l’est. Il pourrait sans doute s’enfiler trois fois plus d’alcool que le courtisan et rester frais et dispo. Sauf qu’il tient aussi à ce que le sorcier soit à peu près frais et dispo, en tout cas assez pour se souvenir de lui, dans l’éventualité d’une prochaine rencontre. L’aël veut s’insinuer dans sa vie, pas être un vague souvenir de cuite. D’un autre côté, il a aussi besoin de se le mettre dans la poche.

« Humpf… Je sais pas si ça vaut le coup. Je suis quand même pas si mal installé ». Et ses doigts dessinent encore le contour de sa cicatrice sur son visage, il ponctue le geste d’un sourire. « Attends… T’en profites pas pour me mater? Oh la la… mais ça pourrait te valoir des problèmes ça, mon p’tit Hippolyte. Le voyeurisme est sévèrement réprimé tu sais ».

Au ton sur lequel l a prononcé cette phrase, il est évident que même lui ne croit pas en la plaisanterie. En attendant, il se lève, toujours de la même démarche mal assurée. Avec l’expression de l’ivrogne qui vient d’avoir une bonne idée, il s’approche autant que possible du comptoir pour murmurer sa commande à l’oreille du barman. Quand il retourne à la table, c’est avec une bouteille d’absinthe toute neuve à la main qu’il brandit fièrement devant lui.

« Et hop! Plus besoin de me lever, t’as vu? »

Et il retombe, sans trop de grâce et d’élégance, mais avec une attitude tellement débridée par l’alcool qu’il en devient attendrissant. Au passage, le centimètre d’écart entre leurs cuisses passe à la trappe, il le colle sans hésiter, toujours sur les conseils de Gaspard.

« Du coup, comme je suis un gars vachement serviable… Tu vas me dire deux choses sur toi. En un, tu vas me dire comment tu t’es fait ça ». Il caresse sa joue du bout des doigts, effleure encore sa cicatrice. « En deux… Tu me dis ce que tu veux. Et si je trouve ça passionnant, je te donne non pas une... » Il tend un index maladroit. « Non pas deux... » Il lève aussi son majeur. « Mais trois... » A ce stade, il s’embrouille dans ses doigts, lève aussi bien l’annulaire que l’auriculaire, baisse l’un, relève l’autre, fini tant bien que mal par lever pouce, index et majeur. « … trois infos sur moi ».

_________________
Don't get fooled by the pretty face
   The best advice I could give you is to not think of me as an angel but as the most sadistic feathery bastard to ever walk this earth
   

Brivael s'exprime en #00ffff
Gaspard s'exprime en #3366cc
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t495-gaspard-de-sabran-don-t
Arnaud de Hallewin

Sorcier ❅ Membre



.
.: Nécromant du dimanche :.
avatar

✠ Je suis :
Sorcier.
✠ J'ai :
33.
✠ Mon âme appartient :
à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits :
vocivus, old money
☉ Messages :
383


MessageSujet: Re: Drinks on me ! - Arnaud    13.06.18 14:09


En vérité, Arnaud n'a aucune idée de ce qu'il est en train de faire. Ce n'est pas spécialement du fait de l'alcool, qui a à peine commencé à s'insinuer dans ses veines, non, c'est comme si une espèce d'étrange machine était venue s'emparer de son libre arbitre et lui faisait faire des choses sans qu'il ne sache vraiment pourquoi. Comme s'il était possédé. Ou peut être tout simplement comme si le nihilisme avait poussé en lui à une vitesse ahurissante, et qu'il était à un endroit de désintérêt de tout. Oui : rien n'est grave, rien n'est important, rien n'est sérieux. Il pourrait aussi bien dire à son interlocuteur qu'il est un vampire, ça ne lui ferait pas plus d'effet à l'intérieur. Quand on a l'identité en transition c'est toujours plus simple de raconter n'importe quoi aux autres (ou d'éviter les autres qui posent des questions gênantes tout court, ce qui n'est vraiment pas le style d'Arnaud) plutôt que de vraiment s'interroger en direct, le plus vulnérable du monde, devant de parfaits inconnus. Ca fait mal de ne pas avoir la réponse à des interrogations aussi bateau que "comme tu t'appelles" ou "qu'est-ce que tu fais dans la vie ?". De ne pas avoir de réponse qui sonne vraiment juste ou tout simplement d'en douter.
Il s'imagine sortir dans les rues de Parys et imagine ce qui passerait par la tête des flics pour lui faire passer un Alcootest à lui pour ivresse sur la voie publique. A lui, Arnaud de Hallewin. Il faudrait au moins que ce soit des sbires envoyés par Tomas qui attendent la faute depuis cette fameuse nuit. Oh, ils seraient tant réjouis de le voir enfin chuter à nouveau ! Tout le monde pourrait se dire on avait raison ce type est un déchet incapable de tenir ses résolutions, un vrai ado jamais grandi ! Et de jubiler de ne pas se faire contredire par la volonté d'un pauvre type. Gaspard, si on sort d'ici à deux et qu'on croise des flics ou des trucs comme ça, s'il te plaît, promets-moi de me cacher d'eux. Il essaye de tourner ça avec un ton léger mais il se dit que même s'il a l'impression que ça a fonctionné son orgueil est trop cabré, en éveil furieux, pour que ça ne s'entende pas. Et puis, il faut dire ce qui est : il vient quand même de demander à un flic de le cacher des flics. En étant très loin du taux d'alcoolémie suffisant pour justifier de faire une absurdité sans nom pareille. Mais il y a quelque part au fond des yeux de ce type une humanité qui lui plaît, et il a envie de faire confiance. En ce moment, il a besoin de trouver des gens à qui il fait confiance. Sur lesquels il peut se reposer. Qui ne risquent pas de lui bouffer le poignet à la moindre situation un peu tendue.

Il écoute l'alchimiste parler et soudainement le fait d'avoir laissé sortir cette demande, ce cri du coeur en forme de chuchotement, rend cette caresse continue contre sa joue gênante pour lui. Pourtant il n'a aucune envie de casser l'ambiance, que ça tourne dark, que Gaspard se sente rejeté. Il lui faut donc simplement trouver un subterfuge pour retirer cette main qui lui semble maintenant peser cinq tonnes sur son visage sans en insulter le propriétaire. Le voyeurisme, réprimé ? C'est nouveau ? C'est injuste. Et dans un nouvel élan inexplicable il saisit la main de Gaspard et la plaque sur sa propre cuisse. Il ne croit pas en avoir spécialement envie mais au moins ça éloignera toute promiscuité trop intense avec son visage. C'est comme s'il n'était pas prêt à le laisser à quelqu'un d'autre. Comme si ça brisait sa bulle de protection. Et ça, c'est réprimé aussi ? Il sourit et se demande où il trouve le cabotin capable de faire ça à l'intérieur de lui. Il se demande pourquoi il le fait alors que l'envie semble le quitter petit à petit. Et ce n'est même pas la faute de l'alchimiste, non, il s'est saboté tout seul. Saboté tout seul en prononçant un pauvre petit prénom à la place du sien.
Mais Gaspard se glisse vite hors de son emprise pour aller murmurer quelque chose au comptoir et Arnaud peut prendre une longue bouffée d'air. Il panique pour aucune raison en particulier, il ne s'explique rien de ce qui se passe. Il essaye de jouer à l'Arnaud enjoué qu'il était il y a quelques minutes dans l'espoir qu'à force de le jouer il va le redevenir. Alors à nouveau il mate la démarche bordélique du rouquin, et se permet même de mater son cul. Et, aussi trivial que ça puisse paraître, ça l'apaise. Ce qui l'apaise encore plus c'est la bouteille d'absinthe que Gaspard fait résonner sur la surface de leur table quelques secondes plus tard. Arnaud n'a jamais connu meilleur remède et échappatoire que l'alcool. Tu fais pas les choses à moitié toi, hein ? Ca me plaît. Il faut surtout qu'il ne s'écoute pas balancer des phrases de drague aussi grossières. Il faut surtout que son esprit critique ne se mette pas à lui dire mais d'habitude t'es un mec fin c'est quoi cette épave que tu te laisses devenir ? Il faut surtout qu'il ne se mette pas à se dégoûter de lui même. Et pour ça, il a besoin de se prendre à nouveau au jeu. Il a besoin que Gaspard le prenne à nouveau au jeu.

Et Gaspard ni une ni deux, comme s'il était à sa disposition, et même s'il se remet à lui toucher la joue, lui donne du fil à retordre. Et Arnaud, qui a toute sa vie eu l'habitude qu'on soit à sa disposition, saisit le service qu'il lui rend sans s'en apercevoir et accepte de nouveau ce contact si invasif. Tu es joueur ! Alors jouons. Cette cicatrice vient d'une morsure de chien quand j'étais gamin. J'ai du l'énerver, ne pas le caresser dans le sens du poil, je ne m'en rappelle pas à vrai dire j'étais trop petit. Je me souviens juste du bordel que ça a crée autour de moi. Son père avait à l'occasion fait montre pour pour une unique fois d'inquiétude à son égard. Pour cause, son seul fils, l'héritier Hallewin, s'était retrouvé la joue béante toute prête à recevoir des points de suture, lui qui était promis à une belle gueule défiant toute concurrence. Tu vois, papa, ça n'a pas empêché la belle gueule défiant toute concurrence d'exister manifestement. Et...je suis nécromancien. Deux faits, c'est facile. Sur deux faits, il n'est pas obligé de mentir, il peut être absolument vrai, ce qui ne peut que rendre service aux mensonges éventuels qu'il proférera peut être ensuite, selon l'humeur de l'élan qui semble le diriger ce soir. Ai-je gagné mes trois faits ? Il manque de dire "mes trois souhaits", comme si Gaspard lui inspirait des airs de génie de la lampe. Et c'est peut être le cas. Peut être que dans cet échange de faits ils finiront par s'échanger des souhaits.
Arnaud saisit la bouteille ce qui lui permet de se débarrasser de la caresse de l'alchimiste sans en avoir l'air. Il re-remplit leurs deux verres avec dextérité puis lève à nouveau le sien. A leurs souhaits.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Gaspard de Sabran

Aël ☼ Membre



.
.: Fourreur en série :.
avatar

✠ Je suis :
Un emplumé - inspecteur à l'ULCM
✠ J'ai :
35 ans
✠ Mon âme appartient :
Tu verras, t'en poses des questions
☉ Je suis actuellement :
  • indisponible (RP).
☉ Crédits :
Sio - summer's desire (sign) - ? (gif)
☉ Messages :
178


MessageSujet: Re: Drinks on me ! - Arnaud    14.06.18 20:48

La demande d’Arnaud revêt une certaine urgence. Pour un flic, comme Gaspard, c’est plutôt évident. Pour un connard de plumeau pas vraiment porté sur l’humanité par contre, cela lui passe au-dessus, et franchement, l’alchimiste ne s’emmerde même pas à perdre son temps pour lui expliquer la nuance et préfère lui glisser directement une petite remarque amusante.

Ah, mais je note que tu envisages déjà la possibilité qu’on sorte d’ici à deux, ça arrange mes affaires ça”. Voilà, on botte en touche et on en parle plus. Ou presque. “T’inquièèèèète, genre, vont pas arrêter un poto. Le truc… C’est de boire, mais pas trop t’vois. Ou de donner l’air que t’as bu… mais pas trop!

Dans le cas de l’aël… il n’aura, dans tous les cas, pas assez bu pour être réellement bourré. Là, il bride sa régénération pour être plus crédible dans son rôle de gentil rouquin éméché qui veut chopper. Pour une fois, il veut bien reconnaître l’utilité de l’alchimiste. A la grande surprise de personne, Brivael n’est pas un dragueur. Même si, en l'occurrence, l’humeur est aux phrases ou lourdes, ou clichées, ou idiotes.

T’es pas à moitié mignon, c’est pour ça” lui rétorque Gaspard avec ce qu’on pourrait facilement qualifier de “grand sourire de con attachant”.

Ce qui est, d’après l’alchimiste, supposé aider à faire passer qu’il s’obstine à lui tripoter la joue quand sa main déposer sur la cuisse du jeune homme semble clairement être une invitation à autre chose. Et pourtant, Arnaud… Enfin… Hippolyte, se prête au jeu puisqu’il lui livre l’histoire derrière la cicatrice. Enfin… Il a menti sur son prénom, il peut aussi mentir sur sa cicatrice, mais il en doute. Principalement parce qu’il n’a pas menti sur le deuxième fait. Arnaud de Hallewin est effectivement nécromancien.

Il prétend simplement d’être trop bourré pour s’émouvoir qu’un type rencontré dans un bar lui annonce de but en blanc qu’il est alchimiste ce qui est supposément aussi rare qu’un élémentaliste de feu.

Il laisse passer un suspense alcoolisé avant de répondre. Comprendre qu’il prend le temps de boire son verre d’une gorgée et d’un lever de coude maîtrisé. Il prend aussi le temps de remplir une nouvelle fois leur verre respectif.

Nécromancien, j’admets que tu piques ma curiosité. Tu peux avoir les trois. Alors… Voyons voyons… Que je te dise quand même des choses intéressantes. Dooooonc… Huuuum… J’ai trente-cinq ans, donc tu vois, je suis pas encore vieux garçon. Euuuuuuh… Je suis sorcier aussi, mais pas nécromancien, alchimiste tu vois. Je fais des supers potions. Je te ferais goûter à l’occaz’”. Petite phrase subtilement placée pour signifier que lui compte bien le revoir. “Eeeeet je trouve que tu es vraiment très mignon et je pense que je vais probablement t’embrasser d’ici à la fin de la soirée. Donc je suppose que tu devrais me signifier maintenant si tu y vois un inconvénient ou pas”.

Il repose son menton dans sa grosse paluche, le coude posé sur la table, les yeux dans les siens, comme un défi.

_________________
Don't get fooled by the pretty face
   The best advice I could give you is to not think of me as an angel but as the most sadistic feathery bastard to ever walk this earth
   

Brivael s'exprime en #00ffff
Gaspard s'exprime en #3366cc
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t495-gaspard-de-sabran-don-t
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Drinks on me ! - Arnaud    

Revenir en haut Aller en bas
 

Drinks on me ! - Arnaud

Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chtonya Verse ::  :: Montmartre-
Sauter vers: