AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   01.03.18 3:07




"Mais, vous savez, moi je ne crois pas
qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation.
Moi, si je devais résumer ma vie aujourd'hui avec vous,
je dirais que c'est d'abord des rencontres,
Des gens qui m'ont tendu la main,
peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j'étais seul chez moi.
Et c'est assez curieux de se dire que les hasards,
les rencontres forgent une destinée...
Parce que quand on a le goût de la chose,
quand on a le goût de la chose bien faite,
Le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face,
je dirais, le miroir qui vous aide à avancer.
Alors ce n'est pas mon cas, comme je le disais là,
puisque moi au contraire, j'ai pu ;
Et je dis merci à la vie, je lui dis merci,
je chante la vie, je danse la vie... Je ne suis qu'amour!
Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd'hui me disent :
"Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ?",
Eh bien je leur réponds très simplement,
je leur dis que c'est ce goût de l'amour,
Ce goût donc qui m'a poussé aujourd'hui
à entreprendre une construction mécanique,
Mais demain, qui sait, peut-être simplement
à me mettre au service de la communauté,
à faire le don, le don de… de soi..."


*  *  *


« C'est parce que tu es mon amie… »

C’est généralement le genre de phrase qui fait mouche, qui fait mal quand on regarde une comédie romantico-dramatico-pathétique à la télé. Dans le contexte où la fille, ou le gars, relègue la personne qui est fou d’elle, ou de lui, au second plan. Mais pour Clara ce n’était pas juste la scène d’un foutu film à l’eau de rose bien bidon. C’était sa vie désormais. Allez savoir pourquoi de tout ce que son ex-mari avait pu lui dire, c’était ça qu’elle avait retenu. Le détail qui fait «outch » et qui surtout… Lui avait définitivement brisé le cœur. Si ces derniers mois avant leur rencontre qu’elle maudissait et chérissait à la fois elle était malheureuse comme les pierres dû au simple fait qu’il soit physiquement loin d’elle, elle était malheureuse maintenant parce que l’éloignement n’était pas seulement physique finalement. Et cette rencontre l’avocate la chérissait autant qu’elle la maudissait car au fond, elle avait un petit cœur romantique et plein d’illusions qui avait tellement aimé retrouver Milo, même partiellement, et à la fois, son inconscient savait qu’elle l’avait vraiment perdu. Et ça, c’était pire que tout.

De temps en temps d’ailleurs, son ex-époux-nouvel-ancien-ami-amour-secret-à-sens-unique lui rendait visite, une démarche pleine de bonté qui avait pour seul effet interne de la piétiner un peu plus à chaque fois. Parce que le temps n’effaçait rien de ce qu’elle ressentait et qu’elle le voyait si léger, si naturel, douloureusement amical. Ironie du sort quand tu nous tiens. Mais Clara n’avait pas le cœur, ni la dignité, à lui montrer que non elle ne passait pas à autre chose, alors elle mimait au moins une joie contenue de le voir. Et c’était à moitié vrai, malgré le tourment que ça lui causait, la présence de Milo lui redonnait un peu de souffle. Quand elle sentait qu’elle ne pourrait pas tenir, la sicilienne faisait simplement semblant de ne pas être là, c’était peut-être lâche mais elle ne voulait pas couper les ponts. Elle ne voulait plus rester dans le désespoir de ne pas le voir pendant des mois. Clara avait l’impression d’avoir dix-huit ans. Le genre premier amour déchu, déçu et désabusé. Mais la vérité n’était pas très loin. Milo est son premier et unique amour. C’était peut-être niais mais malgré tout ce que lui-même pouvait dire, Clara savait qu’elle avait raison. Est-ce que ça faisait d’elle une femme stupide et pitoyable ? Absolument ! Mais en apparence elle remontait la pente qu’elle n’avait au final jamais descendu. Quelques clients plus réguliers, des combats de gagnés, parce que oui bien sûr qu’elle continuait ses petits trafics pardi,… De quoi se remplumer le portefeuille. Et surtout de quoi entamer un sympathique rituel.

C’était vendredi soir et tel était le rituel. Lieu de culte : un petit bar sympa juste à côté d'un cabaret beaucoup trop tapageur au goût de la ritale. Heure du culte : n'importe quelle heure une fois le soleil couché. La vraie relâche venait le week-end, le moment où Clara se permettait d’avoir beaucoup moins de classe que devant une cour avec son petit tailleur pour mieux profiter de ses rendez-vous avec deux hommes charmants, Jack et Daniels. Entre autres. Avec quelques glaçons ils étaient vraiment parfaits et en plus, ils ne lui causaient pas. Généralement de toute façon, le premier qui venait troubler son silence se prenait un bon bourre-pif de Montauban. Sauf le barman, Ness, un chic type à qui elle faisait de la peine parce qu’il avait sûrement deviné pourquoi elle venait. Ce soir, Clara portait son habituelle tenue de « j’suis pas au travail et ça j’peux le salir alors on se méfie ». Un jean sombre délavé, une chemise rouge en coton, son perfecto noir et une paire de bottines à talons noires aussi. Les cheveux défaits qui lui donnaient des allures de lionne. Vraiment rien à voir avec les lunettes, la jupe serrée et le chignon qui l’était tout autant. En plus, elle s’était remise à fumer. Après environ vingt ans d’abstinence. C’est beau la liberté, vive le féminisme à retardement.

N’importe quoi. Et en même temps, depuis combien de verres elle était là ? Pas tant que ça, elle était quand même parfaitement lucide encore. Juste chamboulée, comme tous les vendredi.

- Je te ressers un verre Clara ?
- Ouais, merci Ness… Quoique… En fait t’emmerdes pas, laisse la bouteille.


No comment. D’ailleurs il n’en faisait jamais. Merci pour elle ! Cependant, Clara était bien loin de se douter du souvenir qui allait pointer le bout de son nez et qui se permettrait sûrement d’agiter sa voix autour de ses oreilles. Un souvenir dont elle avait affreusement honte et en même temps… Sur le moment ça n’avait pas été honteux du tout, enfin si, mais pas dans le sens péjoratif du terme. O Misère !
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   01.03.18 15:25

Lui aussi avait un rituel, sauf qu’il était certainement plus pieu que l’avocate car il se rendait à la messe quasi tous les soirs. Notre fidèle arpentait les rues de Parys pas toujours sereinement tant qu’il n’avait pas visité quelques paroisses. Pas besoin de génuflexions ou quand elles arrivaient, c’était dans les escaliers de son immeuble, l’esprit embrumé par le pouvoir des deux chérubins qui tiennent compagnie aussi à la brune, ce soir. On peut se tourner vers sa « religion » en quête de toute sorte de salut, d’oubli aussi. Pour Alan, c’était simplement une question de survie, un instinct de préservation plus qu’étrange que personne ne comprendrait finalement. Et puis il n’a pas réellement envie de s’épancher sur le problème. Il avait assez d’une rouquine pot de colle sur le dos sans qu’on vienne encore lui tirer les vers du nez.

En parlant de verre cette fois, notre homme continuait ses petites affaires concernant la traque de son Aël. Evidemment, le détective Campbell évitait de balancer à qui voulait l’entendre, les circonstances de ses égarements, de chapelles en chapelles. Seulement, c’était toujours dans ce genre d’endroit que l’on pouvait entendre tout et n’importe quoi. Le siège des rumeurs, des on-dit et des calomnies. Confessions sans confessionnal, de toute façon, au vu de la carrure du prêtre des lieux, il y a fort à parier qu’il ne pourrait même pas y rentrer une épaule.

Bref, assit dans le fond de la pièce, Alan ne compte plus les verres. Cet propension à la biture lui ont permit avec le temps, de pouvoir encaisser assez de bourbon pour être encore un peu lucide tout en faisant foirer le lien qu’il tentait de corrompre par cet état. La soirée était un peu plus calme que d’ordinaire dans ce bar plutôt animé en tant normal. Il faut dire que les évènements récents puis le contexte actuel, assez pesant, doivent certainement jouer. Certainement… L’Ecossais s’en tient le plus éloigné possible.

Le regard perdu dans son calepin, il griffonne encore quelques notes, des infos glanées de ci, de là. Sa rencontre avec un Narakhe il y a peu, puis tout ce qu’il a pu entendre venant des rangs de l’ULCM ou de chez les flics peu après l’agression dont on été victime trois des leurs. A y réfléchir, Alan avait bien fait de se faire quelques petites alliances dans le monde des morts pour venir à bout de la mission qu’on lui a assignée. Si il savait que sa cliente était une marquée, pire ! celle du Chambellan lui-même. Elle était curieuse, casse-bonbon, pot de glue mais il l’aimait bien. Dommage qu’elle n’ai en tête que son « compagnon ». Quel gâchis tout de même !

Un nouveau verre d’ingurgiter, ses pensées digressent, il claque le carnet qu’il enfourne alors dans son sac puis redresse le regard sur cette salle qui s’était un peu remplie. Le sorcier n’avait pas vraiment fait gaffe aux nouveaux arrivants, ses sens n’avaient pas encore tiré la sonnette d’alarme, le signal de la retraite. Cependant, une silhouette assise au bar attire son attention et pas qu’un peu. Il cherche, fronce même le regard pour tenter de remettre ses idées dans le bon sens et se rappeler où est-ce qu’il avait pu la voir.

Un goujat ? parfaitement ! mais il ne le faisait pas exprès ! Ca mouline là dedans pendant au moins deux bonnes minutes, le menton dans le creux de sa main et la mine pensive. Ding ! ding ! trouvé !
La seconde d’après, il avait prit sa bouteille, son verre, son sac, posé le tout sur le zinc puis s’était installé alors à côté de cette brune qui lui avait fait passer une nuit de Nouvel An comme jamais. Alors ça, Alan s’en souvenait, pas de problème mais comme elle s’appelait. C’est un mystère encore à élucider mais ça va revenir.

- Ca alors, vous ici ?

Dit il d’une voix qui trahit l’amusement, cet accent écossais indubitable tandis qu’il penche la tête pour la regarder en face. Son regard bifurque légèrement, mais ça, c’est une mauvaise manie.

- Sale journée ? j’peux t’accompagner si tu veux.

Il montre sa bouteille encore à moitié pleine. Du genre « je t’en offre un ».

- Ca fait un bail qu’on s’est pas vu.

Sous-entendu « tu as disparu comme une voleuse la dernière fois »
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   04.03.18 3:12

Si a priori ses petites affaires dans les souterrains de la ville lui permettaient de se payer le luxe de prendre une bonne cuite une fois par semaine, elles lui permettaient surtout d’entendre beaucoup, beaucoup de choses. Quel genre de choses ? De toutes sortes. Des on-dit, des trafics plus sombres, des tristes vies qui menaient à finir comme elle ou comme son père, besoin d’argent, besoin de gloire, besoin de souffrir ou de faire souffrir. Elle avait toujours une oreille qui traînait par ci par là. Déformation professionnelle… Comment ça elle était avocate pas détective privé ? Déjà agir était plus facile pour elle car depuis l’incartade avec l’ULCM, sauvée in extremis par un chevalier-garou en armure, elle se battait masquée. Mi-Zorro mi-Daredevil, les superpouvoirs en moins, en tout moins cool mais avec des seins en plus, on a ce qu’on a, mais quand même... Ça avait une certaine classe. Et cette vie lui permettait surtout de veiller sur Parys de jour, « en plein ciel » et d’en connaître le cœur la nuit sous la surface.

Clara ressassait tout ça depuis des heures. Le cendrier près de son verre se remplissait progressivement alors qu’entre son index et son majeur était nonchalamment tenue une autre cigarette. La fumée lui brouillait littéralement la vue mais de toute façon elle était déjà ailleurs et ne la voyait donc pas. Dans son sanctuaire, autrement dit le lieu de rendez-vous des pochtrons et camés du coin et d’autres plus subtils, l’avocate laissait toujours son esprit voguer, elle se permettait de se morfondre parce qu’elle emmerdait bien ceux qui pouvaient la regarder de travers. Le vendredi elle était Renaud sans la cirrhose du foie, une banlieusarde en version propre. Où elle en était déjà ? Non, le week-end, son cerveau tournait vraiment à plein régime que lorsqu’il en avait envie. Elle n’en faisait pas des conneries pour autant. Simplement parfois, plonger dans un verre ou plusieurs, c’était le meilleur moyen d’oublier. Comme quoi parfois ce qu’on dit est vrai. Et si le reste du temps, elle se portait bien et pouvait assurer auprès de ceux qui faisaient appel à elle, alors ça compensait ses petits moments de laisser-aller. Et puis merde, elle avait le droit de faire ce qu’elle voulait maintenant non ? Absolument pas, elle se l’interdisait. Et pourtant…

« Ca alors, vous ici ? »

[Merde… Sans déconner ?]

- Tiens… Alan !

Il ne manquait plus que ça… Les événements avaient beau remonter à… Deux mois ? Ce ton de crétin et cet accent, par ailleurs charmant si on oubliait le reste, étaient reconnaissables entre mille. Si elle pensait le recroiser un jour ? Absolument pas ! Si elle avait eu envie de le revoir ? Absolument pas non plus ! Oh non pas que cette nuit-là qui pouvait être qualifiée d’échevelée, débridée et peut-être même plutôt torride dans le genre avait été déplaisante. Mais ses principes n’avaient pas apprécié du tout le lendemain. Enfin quand les effets de l’alcool s’étaient dissipés. Après avoir levé les yeux au ciel et fusillé du regard Ness qui se foutait d’elle derrière le comptoir… Ai-je précisé qu’il avait été le témoin de ce même 1er janvier ? Non ? Maintenant oui ! Donc, la sicilienne se retourna pour voir le nouveau venu et pour voir surtout ses yeux obliquer là où curieusement sa chemise s’ouvrait. De ça, elle ne s’en offusqua pas et ne releva même pas parce que c’était presque prévisible. Une moue faussement désabusée sur le visage, Clara lorgna sur la bouteille du sorcier aussi remplie que la sienne et s’en servit un verre. Une façon de dire « j’accepte la proposition… parce que c’est une bonne bouteille ».

- Je ne saurais pas dire si l’euphémisme dans cette phrase se trouve dans « sale » ou dans « journée ». Et… Sers-toi, j’veux bien partager.

La seconde réflexion d’Alan lui arracha un sourire en coin cette fois. Sans doute avait-elle saisi le sous-entendu car Clara se souvenait parfaitement avoir filé à l’anglaise avant même que son amant plutôt inattendu ne se réveille. Peut-être était-il habituée à faire ça lui-même et qu’une femme le devance l’avait « marqué » ? Elle n’avait même pas laissé un mot encourageant du style « soirée sympa, au plaisir ». La brune ne voulait même plus en entendre parler, trop choquée d’être tombée comme ça dans le lit d’un autre homme qu’elle n’aimait pas en plus. Clara est une plus curieuse personne qu’elle en a l’air. Séduisante mais pas vraiment séductrice. Il faut dire que le seul homme de sa vie n’avait pas eu besoin d’être charmé à moins que de la voir cogner ses camarades à l’époque l’avait conquis. Qui sait ? Mais revenons à nos moutons. Enfin à l’écossais.

- Ouais… Le temps passe vite. Je pensais pas que tu t’en souviendrais vu comme t’étais imbibé.


Petite pique gentillette, sûrement l’alcool qui lui avait fait prendre le ton de la taquinerie. Bien sûr qu’elle ne ferait pas la même connerie. D’ailleurs elle vida cul-sec son verre tout en gardant un œil sur Alan.

- Quoi de neuf depuis ?
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   07.03.18 11:44


Clara se renfrognait et laisser transparaître cette morosité sans se cacher, pas besoin d’être devin pour deviner que la donzelle n’a pas spécialement le moral. Comme il y a deux mois d’ailleurs. De quoi intriguer notre détective. Puis entre temps, les rumeurs ont couru dans les bas fonds de la ville, et Alan est plutôt friand de ce genre de petites infos croustillantes. Pire qu’une commère. Et parmi elles, il avait crû entendre parler d’une petite brune, nouvelle dans le coin, qui se laissait aller à des combats clandestins dans les faubourgs. Voyez-vous ça.

- Qu’est-ce qui peut bien mettre une dame dans cet état, hein ? Deux fois que l’on se rencontre et deux fois que je te vois presque à creuser un trou pour t’y enterrer. – Métaphore de nécromant, vous ne pouvez pas comprendre -

La brune avait accepté sa proposition et se serre un verre à même la bouteille que l’Ecossais avait posé sur le zinc. Il ne s’était donc pas gêné pour regarder ce qui se passait entre la gorge et le nombril, c’était toujours aussi intéressant là dedans. Evidemment, Alan se retient de sortir cette remarque à la fois déplacé et de très mauvais goût. Est-ce que ce serait encore étonnant venant de sa part ? Accoudé au comptoir, le géant –comparé à son interlocutrice – ne se départissait pas de ce sourire de benêt qui pointait au coin des lèvres. Le Nécromant l’observait alors tremper les lèvres dans le verre si gentiment offert.

Alan rit à sa remarque. Il s’était approché pour se servir dans la bouteille de l’Italienne.

- Si je me souviens bien, je n’étais pas le seul. Et pourtant… ça été, plus qu’intéressant. Alcool plus sang italien, j’ai adoré le mélange.

D’agréables mais fugaces souvenirs lui revenaient aussitôt dans son esprit. Des choses pas franchement catholiques faut tout de même l’avouer. C’est qu’elle cacherait presque bien son jeu la grincheuse, il ne faut pas s’y fier. Et puis le fait qu’elle ait disparu avant même qu’il ouvre un œil, oui, en effet, ça l’avait marqué. C’est plutôt sa technique de mufle professionnel mais Alan tient toujours à mettre un point d’honneur à préciser qu’il ne faut rien attendre de sa part. Non seulement, il préserve sa liberté des vampires mais aussi – et surtout – des bonnes femmes. Mais après, ça ne l’empêche pas de passer du bon temps. Force est de constater qu’avec cette jolie méditerranéenne, c’en avait été plus que bon. D’ailleurs, à y repenser…

- Quoi de neuf ? Oh… la routine. Des affaires par ci, par là. J’ai appris qu’une nouvelle tête avait fait son apparition dans les Faubourgs, chez Marcus. Tu sais, il parait qu’ils y organisent des trucs… pas très très légal.

Son sourire avait changé, tout comme le regard lourd de sens qui se plantait dans le sien. Le Nécromant se redresse alors, puis fixe son regard sur la rue, à travers la vitre crasseuse du bar. Un silence pesant, histoire de laisser les mots faire leur effet, ou pas. Alan était observateur, pour un détective, il avait plutôt intérêt. Il venait de remarque que quelque chose manquait au doigt de sa voisine, à l’annulaire gauche. La première fois, cela ne l’avait pas gêné le moindre du monde, après tout, c’est pas lui qui jouait au con mais là… c’était intéressant.

- Le divorce a été prononcé depuis, hmm ? T’as plus ton alliance. C’est pour ça que tu viens ici quasi toutes les semaines ?

Il ne la suivait pas, loin de là. Juste…il écoutait, c’est tout.

- Ne te méprends pas, je t’imagine déjà monter dans les tours. Juste que ça parle beaucoup dans ce petit monde là.

Puis Alan tournait la tête vers Clara.

- Méfies toi.
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   11.03.18 17:04

Ne pas avoir le moral c’était peu de le dire. Clara se sentait dévastée. Cet état de faiblesse, de pathétisme intérieur, elle détestait ça. Mais même après avoir essuyé un revers pareil, la ritale était incapable de penser à autre chose. Il y avait un tel vide dans sa vie que rien ne pouvait le combler, pas de façon durable en tout cas. Ni la violence latente dont elle se déchargeait certaines nuits, ni ses affaires qui lui tenaient à cœur et qui allaient bientôt aboutir. Et elle était encore très loin de se douter qu’il y aura plus tard comme un semi-revirement de situation étrange, ou une parenthèse qui sait ? Pour le moment, elle pensait que tout était bel et bien fini et ça… C’était pire que la mort pour un cœur passionné et sensible comme le sien.

- Rien d’important… En tout cas rien d’important pour quelqu’un d’autre que moi. J’ai pas très envie de causer de ça, c’est plutôt pour pas  y penser que j’ai ça...

Elle agita la bouteille sous le nez du sorcier pour mettre une image sur le non-dit.

- Et puis je creuse pas mon trou, j’ai trop de fierté pour avoir l’air d’une femme pitoyable. Je me donne juste le droit de me relâcher une fois de temps en temps.

Clara s’était redressée de toute sa hauteur, c’est-à-dire de pas grand-chose, le regard noir bien qu’un peu vitreux. Ça non elle n’était pas pathétique ! Enfin si, clairement, mais non ! Elle grognait encore plus et espérait pour lui qu’il ne se marre pas, sinon sa main ou son poing risquaient de partir sans préavis. Ce serait dommage d’abîmer un si joli petit minois arrogant de mâle. Hum enfin bref…  A voir ce sourire de crétin fini, l’avocate se disait qu’il avait vraiment une tête à claque… Et viendrait presque, oui presque, à comprendre qu’elle ait cédé une certaine nuit. Mais c’était mal la connaître que de croire qu’elle lui ferait le moindre compliment. Clara n’était pas plus bavarde qu’il y a deux mois.

- Mmh t’as raison je pouvais être que trop bourrée pour laisser une crapule dans ton genre m’approcher !

Ce n’était pas bien méchant, crapule dans le sens de gros dragueur du dimanche peu adepte de la monogamie quoi. La réflexion suivante lui valut un regard étrange et un autre bougonnement. Clara ne savait pas si elle avait honte de son comportement inhabituel ce soir-là ou si elle avait honte d’avoir pris un tel plaisir, dans tous les sens du terme, auprès d’un autre homme. Les deux, incontestablement. Après tout la compagnie d’Alan était agréable de temps en temps, mais la mauvaise foi de la sicilienne était tellement immense…

- Contente que le cocktail méditerranéen t’ait plu !

La mauvaise foi donc nous disions… Et ça continue encore et encore. Elle ne lui renvoyait pas le « compliment » une fois de plus, pour la même raison. Rentrer dans ce jeu-là c’était accepter trop de petites choses… Elle se prenait vraiment trop la tête, peut-être dans quelques bouteilles elle ferait honneur à son humour et à un brin de complicité, bien que le niveau de celle d’Alan baisse à vue d’œil grâce à sa descente magistrale. Après tout, Clara aussi avait un sacré sens de l’humour et de la dérision. Quand elle voulait. Mais le deuxième sous-entendu du brun ne lui plut pas du tout. Elle avait eu vite fait de comprendre même si une question se posait. Comment il pouvait avoir deviné que c’était elle ? Sauf la fois où Milo l’avait attrapée, Clara se battait masquée. Oui c’était stupide mais ça laissait aussi l’occasion de tout entendre sans être vue. Enfin, elle le croyait.

- Ah oui ? J’en ai pas franchement entendu parler non, mais les trucs illégaux ça manque pas à Parys tu sais ?

Dévier la conversation en voilà une bonne idée. Quoique pas tant que ça… Elle baissa les yeux vers son doigt où se trouvait encore sa bague quelques jours plus tôt. Elle n’avait jamais pu l’enlever. Jusqu’à ce qu’elle revoit Milo… Ses yeux s’assombrirent un peu plus, vides, après qu’elle l’ait fusillé du regard.

- Ouais… Depuis un moment. [Oui c’est pour ça que je viens ici toutes les semaines, parce que boire comme un trou ça me fait oublier le temps d’une gueule de bois que je suis malheureuse et que j’ai le cœur brisé !]

Foutus papiers, foutue fierté, foutue Clara. Elle prit le verre d’Alan sans trop y faire bien attention et le vida d’un trait. « Méfies-toi » Son regard se fixa de nouveau sur lui.

- C’est une mise en garde qui n’a pas lieu d’être ou tu t’en ferais presque pour moi Campbell ? Je me fous royalement de ce qu’on pense de moi, j’ai plus grand-chose à perdre de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   13.03.18 14:54

La brune se donne des airs, avec ses regards noirs, se redressant sur son tabouret en jouant presque des épaules comme pour se montrer indestructible. Mais le Nécromant savait qu’il frappait juste, pile au milieu de la cible car pourquoi réagirait-elle ainsi et au quart de tour qui plus est. Elle lui agite la bouteille sous le nez, Alan saisit le sous-entendu et lève les bras en signe de rédition, il ne creuserait pas plus loin, ce qu’il vient d’apprendre lui suffit.

- Ok, ok ! si tu le dis, Maria ?

Cependant, son sourire ne quitte pas ses lèvres pour autant. Il aime jouer avec le feu et notre ami en a eu un sacré aperçu la nuit de Nouvel An. A tel point d’ailleurs qu’il venait de se tromper de prénom, d’ajouter une bourde de plus à son actif et d’élever un peu plus son niveau de Muflerie. Là, il venait de passer le level 30 ! au moins ! D’autant que la réaction ne se fait pas attendre.

C’est qu’elle a une jolie droite la naine en plus ? Le silence venait de tomber sur la salle. Le peu d’esprit encore conscient dans ce flot d’alcool, tournés vers le bar avec leur regard vitreux et un Ness un peu surprit. Devait-il les foutre dehors ou laisser couler ? Alan ne répondrait pas, il ne frappe les femmes et puis, il l’a bien chercher. Le sorcier fait signe au barman de lâcher l’affaire, que tout va bien.

- Clara ! Ca y est ! je m’en souviens ! merci ! On disait donc ? T’es pas bourrée et pourtant, tu m’as toujours pas envoyé chier. Est-ce que c’est un signe ? Le bourre-pif est de bon augure pour le reste de la soirée ou…

Le Necromant est une tête à claque, c’est avéré et ça vient encore une fois de se vérifier pourtant, il ne lâche rien pour autant. C’est même tout le contraire. La petite brune mettait un peu de piquant dans cette soirée qui prévoyait une nouvelle biture en règle après avoir fait son premier rapport d’enquête à sa seule et unique cliente du moment. Il se frottait encore distraitement le menton, vide une dernière fois la bouteille alors que l’Italienne venait de clairement lui piquer son verre.

- Me dit pas que l’Ecosse t’as laissé de marbre. Moi c’est pas le souvenir que j’en ai eu.

Son air taquin, s’approchant malgré le danger et le léger sourire en coin rajoute un peu plus disons de charme à deux euros à ses mots. Si, Campbell avait vu clair dans le petit rôle que s’imposait l’avocate, ses petites magouilles dans les bas-fonds qui sont autant son petit territoire que les bars, Alan ne connaissait pas le mal qui rongeait sa voisine de comptoir.

- Certaines personnes savent voir au-delà d’un masque.

Genre, un privé Ecossais, fin observateur mais qui sait rester discret.

Notre homme n’est pas encore devin, tout juste a-t-il pu deviner en tout cas, ce qui l’amenait ici, le pourquoi et extrapolait le désastre de son quotidien. Il n’a jamais connu ça, bien trop attaché à sa liberté sous toutes ses formes mais il comprenait. Le détective en voyait passer dans son bureau, des femmes et même des hommes qui réclamaient ses services pour qu’ensuite ça se termine en divorce.

- Oh ! tu fais bien ce que tu veux t’sais. Juste que je me serais montré serviable.

Il prend un air détaché, glisse ce qu’il doit à Ness puis passe derrière l’avocate, enfonçant les mains dans les poches de sa veste, sac en bandoulière lui barrant le torse.

- Ceux qui disent n’avoir plus rien à perdre, n’ont au finalement pas tout perdu. Allez ! bonne soirée, mia bella.

Alan profitait de cette diversion pour lui glisser un mot dans la poche du cuir de l’italienne. Une adresse, tout simplement. Elle en ferait ce qu’elle voudrait. Lui se contente de sourire et de sortir du bar.
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   14.03.18 0:01

Maria ? MARIA ?! Allez savoir si c’est sa fierté presque masculine de voir son nom oublié ou si c’est l’impatience en plus de l’alcool qui font partir le coup. En tout cas son poing s’était écrasé en plein dans le nez du sorcier. Rien de bien méchant sinon il ne la ramènerait pas deux secondes plus tard. Simplement de quoi lui remettre les idées en place. Et puis encore une fois, casser ce nez ce serait trop dommage mais ça… Elle se garderait bien de le dire ! Un peu à côté de ses pompes, Clara se rendit compte du silence et lança à la ronde un regard un peu torve, depuis le temps qu’elle enchaînait les verres aussi…

- Quoi ? Vous avez quoi ? On est plus au XVIIIe les gars, oui les femmes frappent les hommes, elles ont plus de couilles va falloir s’y faire !



Le charretier serait presque de retour, encore plus lorsqu’elle grommelait ses jurons en italien alors qu’Alan ouvrait de nouveau la bouche.

- Je voulais éviter d’en venir aux mains mais visiblement ça part tout seul quand c’est mérité… Finnochio !


Pas d’hostilité dans sa voix, il savait qu’elle savait qu’elle avait raison, pas vrai ? Clara lança un petit regard d’excuse à Ness. Mais les paroles de son compagnon de beuverie du soir eurent un effet assez contradictoire. Elle avait bien envie de lui rabattre son caquet en lui disant qu’elle avait peut-être simulé ce soi-disant bon temps… Mais la vérité, toujours aussi honteuse, c’était que la sicilienne avait plus qu’apprécié le sang chaud écossais. Un peu trop. Juste pour le divertissement et c’était un des problèmes. Clara avait une multitude de principes que les charmes du brun et son accablement avait mis à mal. Et c’était vraiment pas mieux ce soir…

- Qui sait ?

Aucun sourire encore, simplement une lueur à peine distincte mais bien là.

- Tiens donc je savais pas que t’étais le croisé de Sherlock Holmes et du Docteur Freud !

Ce type était tellement… Énervant ! Pourquoi elle le supportait ? Réponse parfaitement logique et totalement inassumée. Le temps que son cerveau pèse le pour et le contre, Alan partait. Elle n’allait quand même pas le retenir ! Mia bella… Non mais pour qui il se prenait ! Et pourtant… Clara avait senti son petit manège dans sa poche. Elle sortit le papier une fois le sorcier disparu, et fronça les sourcils. Elle resta là de longues minutes à se demander si une récidive était raisonnable. C’était un peu comme trahir… Qui ? Milo ? Il avait trouvé quelqu’un avec qui aller de l’avant, lui, quelqu’un pour la remplacer alors quoi ? Elle n’avait pas le droit de céder à des pulsions dont les hommes n’avaient pas le monopole ? Si si. Pourtant il fallut que Ness intervienne pour la sortir de son incertitude. Il lui redit ses propres paroles, elle n’avait plus rien à perdre, elle était malheureuse. Mieux valait tenter d’oublier tout ça avec une belle nuit -torride à souhait comme il y a deux mois- qu’avec une méchante cuite. Il n’avait pas tort. Elle prit donc les rues de Parys, après avoir payé son coup, une bouteille de champagne sous le bras.

Clara mit bien une heure, peut-être même plus, histoire de semer le doute dans cet esprit trop dragueur, sûr de lui et présomptueux. Juste assez pour lui faire croire qu’il avait peut-être trouvé plus fort que lui. Mais l’alcool étant le plus vieux démon du monde. La sicilienne finit par atterrir, pas très malencontreusement devant sa porte, tenant relativement sur ses talons mais avec un chemisier toujours impeccable ! Le poing enfoncé dans son perfecto, l’autre main montrant la bouteille quand elle eut toqué et que la porte s’ouvrit.

- Service d’étage. Je crois que t’as oublié un truc dans ma poche Campbell…

A peine l’ombre d’un sourire un peu énigmatique, mais son regard, moins brillant à cause de la boisson, que peut-être plus éclairé par une petite lueur espiègle.
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   14.03.18 19:48

Ce n'était pas la première fois qu'Alan se retrouvait avec une femme mariée dans les bras. Ça ne lui pose pas réellement de problèmes vu qu'en théorie, ils ne se reverraient pas. Le Nécromant était assez rusé pour ne pas se faire avoir par un mari jaloux bien que dans sa longue « carrière », la déconvenue a dû lui arriver une ou deux fois. Mais lui n'a pas vraiment quoique ce soit à se rapprocher. Lui il rend service, il console les cœurs esseulés ou malmené, à sa manière oui bon d'accord. Mais ça s'arrêtait là. Du pur altruisme pour la gent féminine, rien de plus. C'est le même plan rôdé depuis des dizaines d'années, si ce n'est plus, depuis qu'il court la donzelle finalement dans le seul but de s'amuser, passer du bon temps, profiter de la vie comme elle vient, de cette liberté pour qui il sacrifie pas mal de chose.

L’Écossais s'était contenter de rire à la dernière remarque de la brune avant de quitter le bar de Ness avec la promesse de revenir le lendemain soir. Même lieu, même heure. Une sorte de petit message caché au cas où une certaine Sicilienne n'aurait pas le cran de suivre son petit jeu de piste de la soirée. Il en serait presque déçu d'ailleurs mais c'est le jeu. Parfois elles marchent dans ses combines, parfois non ou parfois il n'essaye même pas comme avec Alice, sa cliente du moment. Pourquoi d'ailleurs ? Le Nécromant s'était posé la question. Ce n'était pas le fait qu'elle ait un compagnon qui l'aurait arrêté en temps normal. Bah ! On peut s'étonner soi-même non ?

Sa grande carcasse se découpait dans la pénombre de la nuit Parysienne à peine perturbée par la lumière orangée et vacillantes des vieux lampadaires de fontes de Montmartre. C'est dans ce quartier qu'il habitait, un immeuble qu'il avait pu se payer grâce à l'héritage de son maître, non loin du cimetière du coin d'ailleurs. Le fait de posséder une telle bâtisse lui a permis de se construire une défense efficace contre les suceurs qu'il évite avec soin. Un havre de paix et de calme où il pourrait cuver l'alcool qu'il ingurgite tous les soirs où il est obligé de parcourir les ruelles crasses en quête d'informations. C'est ici même, au dernier étage, sous les combles qu'il lui avait donné rendez-vous.

Pour une fois, le ménage était fait dans ce taudis. Hansel était sorti par le velux pour aller se prélasser au sommet du toit et profiter des lueurs froides de la lune. Décidément, il ne le comprendrait jamais ce greffier. Tant qu'il ne se fait pas remarquer, tant mieux. Le Nécromant avait déposé son sac sur le bureau où ne trônaient encore que quelques notes sans intérêts. Ses boots envoyées dans le recoin de la pièce, la veste en cuir accrochée au dossier d'une chaise, c'est direction la douche. A peine une heure plus tard, tandis qu'il traînait encore dans le salon à peine habillé, on tape à la porte. Un fin sourire se dessine sur son visage mangé par cette barbe d'ours. C'était quitte ou double. Soit Alice...soit... Bref, il n'y avait pas trente six personnes qui connaissaient cet endroit.

Il ouvre la porte et sourit de plus belle alors qu'il n'avait qu'un débardeur et un pantalon d'intérieur sur le dos. Le brun regarde sa montre, prend un air perplexe.

- C'est pas trop tôt. J'ai failli attendre. C'est bien de pas venir les mains vides dis donc. J'apprécie l'initiative.

Le géant s'efface de l'entrée, presque à lui faire une révérence quand elle entre dans l'appartement. Il n'en manque pas une pour profiter de la vue, pourquoi se gêner. La dernière fois qu'ils s'étaient vu, c'était chez l'avocate, cette fois on inversait. L’Écossais se glisse dans son dos pas trop près, pas encore.

- Je te débarrasse ?

Son accent se faisait entendre sur certaines syllabes, posant déjà les mains sur les épaules fines mais musclées par la boxe de la brune, histoire de prendre son perfecto.

- Rappelles moi ce que j'avais oublié dans ta poche ? Fit il innocemment. Fait comme chez toi.
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   18.03.18 19:21

Le souvenir de ce Nouvel An était encore bien net, plus que Clara ne l’aurait cru. Non seulement parce qu’elle avait bu comme un trou mais parce qu’elle l’avait refoulé le plus loin possible. Ce soir-là elle n’avait plus eu de nouvelles de son ex-mari, depuis un moment, depuis qu’elle lui avait donné les papiers. Elle pensait qu’il la détestait, en tout cas, la ritale se détestait elle-même. Tout s’était fait de façon si floue, si chaotique, ce divorce qui n’avait aucun sens. Et pourtant… Milo n’était même pas revenu. Elle aurait aimé qu’il déboule et gueule un bon coup, qu’il lui remette les idées en place. Ou qu’il lui demande juste d’y réfléchir, qu’il lui ouvre les yeux pour lui montrer qu’elle faisait une erreur. Mais il n’était jamais venu. Ces trente-cinq années ne voulaient donc rien dire ? Elle ne pouvait pas avoir si peu d’importance pour qu’il ne s’accroche pas. Clara non plus ne s’était pas battue sur le moment mais elle avait regretté ensuite, elle était allée le voir un jour où malheureusement il n’était pas là. Sauf que comme le garou n’était jamais revenu, n’avait jamais rien dit, l’espoir l’avait quittée avec tout le reste pour laisser un froid et un vide incommensurable. Tout ça l’avait menée à une nuit plus qu’agréable. Peut-être le fait qu’un homme fasse de nouveau attention à elle avait séduit la partie une peu faiblarde et sensible en elle. Peu importe. Ce qui est fait et fait non ? Elle n’avait juste pas prévu de le refaire…

Mais la donne avait changé depuis le temps. Milo lui avait brisé le cœur, il lui avait clairement dit que c’était terminé et depuis il agissait comme s’ils n’avaient jamais été plus que des amis. Comme si tout était normal. Et ça lui faisait un mal de chien. Pourquoi devait-elle s’en vouloir de profiter des charmes d’un homme alors que lui s’entichait d’une autre femme sans aucun problème ? Bien sûr elle ne savait rien de tout ce qui allait advenir bien plus tard, le malheur de Milo et leurs retrouvailles étaient encore loin. Elle n’y croyait plus.

Voilà pourquoi ses pas la guidaient à présent vers ce petit jeu qu’elle avait décidé de suivre. Les derniers verres de whisky et de vodka avaient achevé les restes de mauvaise conscience qui n’avait pas lieu d’être. Clara aurait du mal à l’avouer mais le sorcier était de bonne compagnie, malgré ses airs de tête à claque, sa drague à deux francs et sa crétinerie. Elle l’appréciait, du peu qu’elle l’avait vu. Et puis, la brune ne voulait pas un homme auquel elle pourrait s’attacher, Alan correspondait bien à ce genre-là, pas assez gentil garçon pour l’avocate bagarreuse. Ne restait plus que d’autres aspects plaisants. Charmant, bel homme, avec un peu de conversation intéressante. Et cet accent qui ne manquait pas d'attrait non plus. Aussi chaleureux que le sien. De quoi terminer le rituel du laisser-aller.

- Mais c’était le but Campbell, te faire languir. Et… On m’a bien élevée je ne viens jamais sans rien quand je suis invitée ! J’étais sûre que l’attention te plairait.

Un petit changement d’attitude peut-être dans ce léger sourire en coin qu’affichait la sicilienne. Mais elle ne comptait pas se laisser attraper si facilement comptant bien se montrer fine stratège et joueuse sur le fond. Clara ne manqua pas d’attraper son regard d’ailleurs par-dessus son épaule quand il laissa son regard traîner dans son dos mais ne fit aucun commentaire. Elle ne se déroba pas non plus lorsqu’il posa ses mains sur sa veste et lui permit de la lui retirer non sans un petit air amusé.

- Quel gentleman, avec un homme aussi attentionné je suis sûre de rentrer avant minuit.

Est-ce qu’elle le cherche ? Peut-être un peu. Son air innocent ne la dupait pas beaucoup plus. L’avocate haussa un sourcil.

- Oh… J’en sais rien tiens… Mais en tout cas, il n’est plus… Dans ma poche.

Elle sortit le papier de nulle part, enfin d’un nulle part en voile blanc transparent et  le coinça à peine sur le bord du pantalon d’Alan qui tenait toujours son perfecto. Clara ne se fit pas prier pour s’installer, ouvrant d’abord le champagne. Elle s’assit sur la table basse face au canapé, les jambes élégamment croisées, et l’incita à s’y mettre.

- Tu as des coupes j’espère ? Faudrait pas que le champagne réchauffe mmh ?
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   18.03.18 21:59

Du point de vue d'Alan, les choses étaient bien plus simple. Quand on a pas d'attache, pas de famille à Parys et bien peu d'amis, voir aucun, la liberté est plutôt quelque chose surfait finalement. Pas de compte à rendre, pas de scrupules. Cette peur de blesser l'autre, de blesser quelqu'un par ces agissements, ça lui est inconnu. La seule personne qu'il pourrait blesser dans l'histoire c'est lui, et en l’occurrence, si se blesser signifiait s'envoyer en l'air de la façon la plus torride qui soit avec une italienne...que dire... une sicilienne ! Alors Alan résigne quand elle veut. Certes, ce genre de geste n'a aucune réelle conséquence ou impact sur sa vie mais il n'en est pas réellement de même pour celle qui venait de franchir le pas de sa porte.

- T'as de la chance que je suis patient hein ? Et on t'as très bien élevé. T'auras le droit de revenir tiens.

Dit il en lorgnant sur la bouteille, sans prendre conscience du double sens de son propos.

Les deux protagonistes sont en phase sur un point : « Ne pas parler de sa vie ». Faut dire qu'à Nouvel An, ni l'un, ni l'autre n'a eu le temps finalement d'aligner deux mots. L'alcool n'aidant pas, de une, mais la fièvre, voir l'euphorie du moment les avait occupé à autre chose que de deviser. Alan n'était pas idiot quant à ce qui aurait pu motiver la brune mais ça ne le regardait pas. L’Écossais n'avait forcé à rien, elle avait fait son choix en tout état de cause, enfin presque. Une manière de se dédouaner de possibles regrets qui pourraient fleurir au moment le plus inopportun. Salopard ? Oui, un peu à sa manière. Ce sont des adultes, la donzelle sait ce qu'elle fait. Et si ce soir, elle se tenait dans cet appartement avec une bouteille de champagne, ce n'était pas pour jouer au tarot. Les raisons qui l'ont poussé à ça, ne regarde qu'elle, Alan ne poserait pas de question.

- Avant minuit ? Hmmm... ça risque de faire court. Une petite dérogation de quelques heures peut se négocier tu crois ?

Il la déleste de son perfecto en bon gentleman et sourit aux paroles de la Sicilienne. L’Écossais la dépassait de deux bonnes têtes, elle paraissait si minuscule de son point de vue mais faussement fragile. Du moins en apparence. Alan avait eu tout le loisir de s'en rendre compte et de la plus délicieuse des manières. Le comportement de l'avocate a changé de tout au tout. Il faut être aveugle pour ne pas s'en rendre compte. Bien sûr, le Nécromant sait voir dans ce regard sombre, cette petite lueur de tristesse, de mélancolie qu'elle cache derrière une attitude plutôt frontale et presque enjôleuse. Pas compliqué pour le brun que de comprendre le malheur qui pesait sur les épaules. Et la question à se poser, c'était qu'il servait peut-être à nouveau de pansement éphémère pour une demoiselle éplorée. Ça lui convenait.

- Je suis plus que ravie qu'il ait pu te conduire jusque... - il se crispe légèrement lorsque qu'elle passe les doigts entre sa peau et l'élastique de son pantalon – Ici.

Le regard est lourd de sens puis il se reprend. Le géant pose la veste de cuir avec la sienne sur le dossier d'une chaise. Le bouchon de champagne brise un silence bientôt accompagné d'une fine nappe de musique, ça aide toujours ça...la musique. Alan sourit pour lui-même, ne se privant d'une œillade en coin vers son invitée. Elle semblait joueuse, parfait, il l'était tout autant.

- Tu as de la chance, je crois qu'il doit m'en rester que deux.

Fouillant dans ses placards, il revient au salon avec les deux verres qu'il pose sur la table puis tend la main pour prendre la bouteille.

- Tu permets ? Je ne vais pas laisser mon invitée, la rare d'ailleurs, à faire le service.

L'Ecossais fait ça comme il faut. Le whisky ingéré plus tôt s'était presque fait la mal avec cette douche bien chaude qu'il venait de prendre, de quoi lui remettre les idées en place. Un verre ne tarde pas à arriver dans les mains de l'avocate puis il s'assoit sur le rebord du canapé, presque à sa hauteur, ne la quittant pas des yeux une seule fois avant de faire tinter son verre contre le sien.

- A une inattendue mais néanmoins agréable compagnie de fin de soirée. En voilà un week-end qui commence bien non ?

Toujours les mots savamment choisi qu'elle peut interpréter comme elle le sentait. Alan prend une bonne lampée, apprécie la finesse et l'arôme bien qu'il ne court pas réellement après le champagne. Mais la bouteille valait le détour.

- Alors... Dis moi... Qu'est-ce qu'on fête hmm?
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   23.03.18 18:42

Pourquoi était-elle là ? Clara se posait encore la question. En fait non, elle n'y pensait clairement pas, plus ? L'alcool ou sa propre volonté avaient appuyé sur off le temps d'une soirée... Peut-être un peu plus ? Pendant que Milo refaisait gentiment sa vie de son côté sans aucun scrupule -du moins le croyait-elle avant que le grand chambardement ne se fasse- et elle, elle devait rester en miettes 7j/7, 24h/24h ? Elle devait seulement se noyer dans la boisson parce que ses principes voulaient que rejet ou non Milo soit le seul, l'unique à l'avoir approchée d'aussi près ? C'était stupide, même si elle y croyait très fort à cette promesse d'attendre indéfiniment ce qui n'arriverait jamais plus. De toute façon, techniquement, elle l'attendait toujours, cet « accident » pas si malencontreux et en cours de récidive, ce n'était qu'une parenthèse dans son esprit. Clara ne comptait pas s'attacher à ce type, qu'elle l'apprécie ou pas là n'était pas la question.

- Absolument j'ai une chance inouïe, dit-elle d'un faux air sceptique avant d'afficher un sourire légèrement en coin. Revenir ? C'est une autre invitation ? Je vais croire que tu m'aimes bien...

Évidemment elle ne le pensait pas vraiment voire pas du tout. La seule chose qui se soit passée pour le moment avec lui était purement physique. Une chose vraiment vraiment très agréable, il n'y avait pas besoin de revenir dessus, mais rien de plus. Pas même une conversation, à l'époque elle n'avait envie de parler à personne, elle avait filé pour éviter le moindre échange autre. Clara n'était ni une traînée ni une femme intéressée ou manipulatrice. Elle avait juste répondu à un besoin à un moment donné, poussée par un petit ennemi appelé alcool. Mais ce soir c'était assez différent, même si elle était toujours imbibée et joliment, l'avocate savait ce qu'elle faisait. Une pause si courte soit-elle dans son tourment qui la dévastait un peu plus chaque jour même si elle luttait pour ne pas sombrer. Heureusement que sa fierté était plus forte que tout... Ou presque.

- Quelques heures ? J'sais pas trop... Faut que je regarde mon agenda, j'ai un emploi du temps très chargé...

Foutaises jusqu'au lundi, elle n'avait rien de prévu. Pour l'instant. Est-ce qu'elle s'en voulait d'avoir l'air de la femme qui se servait de lui comme kleenex ? Un peu sans doute, mais si il ne s'en offusquait pas... Peut-être qu'elle était trop vieille pour ces conneries. Se faire un plan comme ça juste pour le plaisir et l'oubli à la fois à quarante-cinq berges... Elle partait vraiment en live. Et son geste juste après sa petite boutade prouvait que ça n’allait vraiment plus. Depuis quand elle jouait les taquines à lui foutre un papier dans le pantalon comme si c’était le slip d’un gigolo ? Non mais vraiment… Déjà que l’esprit n’était pas totalement sain… Là c’était de pire en pire. Et en plus, Clara s’en rendait bien compte. Pourtant elle souriait en coin à ses mots sans rien ajouter, attendant patiemment alors que la musique de fond parvenait à ses oreilles. Quel tombeur du dimanche… Mais ça l’amusait, même si sa mauvaise foi s’insurgeait à cette pensée, il était impossible de ne pas reconnaître, au fond, qu’Alan était presque agréable.

- Trop aimable… La rare invitée, ah oui ?

Du coin de l’œil, elle l’observa d’un air étrange, presque taquin, non pas qu’elle pense qu’il ne voyait pas beaucoup de femmes mais le fait que peu de monde connaisse son antre était une information intéressante. Même en ne voulant rien savoir, sa curiosité la rattrapait toujours. Déformation professionnelle ?

Lorsque le sorcier l’eut servie, l’avocate prit sa coupe et soutint son regard quand il fit tinter leurs verres, toujours avec ce fin sourire qui en disait très peu.

- En voilà un toast charmant… Et plutôt bien oui…

Clara médita quelques secondes sur les paroles de son « compagnon de soirée ». Elle vida de moitié sa coupe, se foutant pas mal d’apprécier les bulles, c’était de toute façon moins bon que le liquide ambré de toute à l’heure. Mais il fallait se détendre un peu plus. Est-ce que c’était le moment d’ouvrir une petite parenthèse ?

- Eh bien… On fête un vendredi soir ou… Un week-end ? Qui sait ?

Son regard se fit plus pénétrant mais son expression ne changeait pas. A l’écossais de choisir également l’issue de cette deuxième rencontre, et de faire en sorte qu’elle joue peut-être les prolongations plus ou moins de temps pour cette fois au lieu de prendre la poudre d’escampette. Tout sentimentalisme gardé, il avait une petite chance de la retenir, simplement pour… Un peu de bon temps ?

Elle aurait toute la semaine pour s’en vouloir et se morfondre de nouveau à sa guise… Ou pas. Bien loin de savoir que les choses allaient de nouveau basculer assez vite.


_________________

   
Sono qui, amore, nella tua anima e nel tuo cuore...
"[...] Ainsi nous naîtrions désormais avec le manque de notre moitié perdue, persuadés que nous pourrions peut-être un jour retrouver cette moitié perdue, cette âme sœur. En nous unissant à elle, nous retrouverions alors notre forme originelle, et ne souffririons jamais plus de la solitude."
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   24.03.18 10:39

- Il faut savoir prendre une petite...pause de temps en temps non ?

Le sorcier rit, un rire grave, en rien feint. Rien ne l'est de toute manière chez l’Écossais qui se montre toujours sous son véritable jour et qu'importe le degré d'alcool qu'il peut avoir dans le sang. Ce soir il a tout de même fait soft quand on y pense. Mais l'idée n'était pas d'arpenter les rues de Parys, donc pas besoin de se murger outre mesure pour défaire le lien qui le reliait au monde des Morts. Mais il était suffisamment attaqué pour que Madame Berkowitz lui foute la paix dans ce qu'il a prévu de sa soirée. Ce serait moins drôle quand l'ectoplasme pourrait de nouveau s'inviter chez lui, c'est à dire dès le lendemain voir même dans la nuit. Ce chameau fantomatique serait bien capable de le réveiller pour lui demander des comptes.

- Oui. J'ai bien peu d'invitée qui viennent ici. Je sais déjà ce que tu t'imaginais. C'est pas une garçonnière, c'est chez moi. Mais c'est pas une raison pour extrapoler non plus. J'veux pas te faire fuir !

Il rit de nouveau, appuyant clairement la nuance de l'avoir amené sous son toit plutôt qu'au bureau par exemple qui est là, une vraie garçonnière.

Ce n'est pas bien compliqué de cerner un type comme Alan du point de vue féminin, voir sentimental à quelques exceptions près. Sa véritable maison, cet appartement, ce havre où il pouvait se tenir sous le radar des vampires, peu de personne le connaissait. Alice et maintenant Clara... de son aveu propre, ça suffirait assez. Pas qu'il ait confiance en elles deux mais... si peut-être. Pourquoi ? L'instinct du détective diras-ton. L’Écossais savait pourquoi elle était là, il le devinait, aussi « mystérieuse » que voulait l'être cette grincheuse, il savait lire entre les lignes.

Du bon temps, c'était ce qu'elle cherchait, lui aussi, alors ils s'entendraient. Pour sûr. Ni plus, ni moins, c'est parfait.

Confortablement assit dans le canapé qui lui faisait face, Alan se montre pour le moins attentif aux moindres signes que l'Italienne lui renvoyait. Malgré cette lueur de tristesse que la boisson pouvait parfois attiser, le Nécromant préférait se focaliser sur d'autres messages silencieux.

- Je devrais pouvoir m'arranger avec mon assistante, mais je n'ai rien de prévu pour le week-end.

Vrai et faux en même temps. Un freelance comme lui n'est jamais en congés, les vacances on oublie évidemment. Il faut bien mettre du beurre dans les épinards pour manger sa faim. MAIS ! Si il ne bouge pas de chez lui pendant deux jours, trop occupé avec une donzelle, il n'y avait pas de risque qu'un suceur lui tombe dessus. La perspective était des plus intéressantes et faisait son chemin.

Un étrange sourire vient fleurir au coin de ses lèvres, le regard qu'elle lui lance est plein de promesses. Il en vide son verre d'une traite, le repose sur la table basse puis prend doucement la main de la Sicilienne. Le Nécromant l'attire dans son giron, vient l'asseoir tout contre lui, l'autre main se glissant dans le creux de se reins. Une certaine douceur, histoire de pas brusquer la gazelle. C'est presque une habitude chez lui. Malgré ses airs d'ours, Alan est loin de la brute que l'on imagine avec cette carrure de rugbyman des Highlands.

Quarante-cinq piges tous les deux, un divorce et l'autre qui se tient très loin du mariage, voilà un mélange intéressant. Une certaine liberté dont l’Écossais compte faire profiter l'avocate de la plus singulière des manières.

- Si je comprend bien. J'ai une chance de ne pas t'entendre filer à l'anglaise aux petites lueurs c'est ça ? Je relève le défi dès maintenant.

Gronde t'il contre sa gorge, soufflant dans le creux de son oreille, affreux tentateur qu'il peut être parfois. Son regard émeraudes oblique sur le côté.

- Déconnectes un peu, p'tite boxeuse. Quelques jours. Te pose pas de question et profite du moment. Tu peux faire ça ?

Son emprise se serrait un peu plus autour de la silhouette qui paraissait presque minuscule contre sa carcasse. Le détective semait des petites miettes de pains, des sous-entendu sur le fait qu'il comprenne la situation de Clara. Et qu'il s'en formalisait pas du tout... au contraire. Si il peut rendre service. Quel altruiste !

Chassant une mèche brune du visage de la quarantenaire, il croque doucement sa lèvre.

- La vie continue. Différente mais elle continue.
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   24.03.18 19:45

- Mmmh… Peut-être, j’en ai jamais vraiment pris. Comme quoi à tous les âges on a des choses à apprendre, hein ?

Elle le considérait avec un très léger sourire. Toujours un peu curieuse. C’était horrible à dire mais le soir du Nouvel An elle n’avait pas cherché à savoir quoique ce soit de ce type, il était là à un moment où plus rien n’importait, elle avait presque agi comme un automate. Un automate bourré. Ou comme si Alan en était un aussi, sans avoir aucune considération pour lui de quelque forme que ce soit. Chose qui, premièrement, ne lui ressemblait pas, quand même c’était une fille bien un minimum, et qui prouvait aussi qu’elle était au fond du trou. Bon là aussi à la différence qu’elle avait décidé ce qui se profilait à l’horizon. Ce qu’elle contrôlait peu c’était cette tare de vouloir tout savoir, même quand elle s’était décidée à faire la désintéressée.

- Oh mais loin de moi l’idée d’avoir des préjugés. Simplement… Je constate de ce que j’ai cru deviner Sherlock. Et t’en fais pas, j’ai pas l’intention de fuir tout de suite. Enfin pour l’instant…

Le doute sur son départ anticipé ou tardif planait toujours, pour le show. Ça faisait un peu de bien de redécouvrir, et même découvrir tout court, le jeu de charme gentillet, même ponctuel sans volonté de durée indéterminée. Et malgré sa raison et sa conscience qui criaient au scandale, à la trahison, et à tout ce qu’elles pouvaient. Oui il fallait que la sicilienne éteigne tout ça, au moins pour les quelques heures, jours, à venir. L’intrigue que représentait le nécromant lui prenait heureusement une partie de sa réflexion. Clara aimait gratter sous la surface, ce qui lui attirait toujours des ennuis, mais c’était un de ses meilleurs défauts. Toujours à mettre son nez là où il ne fallait pas. Et encore elle se contenait beaucoup quand même !

Elle fixait toujours son interlocuteur du coin de l’œil, étouffant un petit rire.

- Ça tombe bien, d’après ma secrétaire je suis libre aussi jusqu’à lundi matin…

Sa secrétaire Clara Geminioni venait en effet d’admettre presque l’éventualité d’être libre pour le restant du week-end. Presque. Mais l’écossais gagnait vite des points, peut-être un peu plus alors qu’il prenait sa main pour l’attirer à lui avec une douceur un peu désarmante, de quoi désarçonner un brin même. Un violent frisson parcourut son échine alors que la main du brun longeait son dos. Les yeux clos un instant, Clara posa son front contre sa tempe alors qu’il la serrait contre lui, encore un peu tendue et à la fois envahie progressivement d’une agréable sensation de chaleur. Peut-être que la vraie raison de sa gêne dans cette histoire venait de là. Si Alan n’avait été qu’une grosse brute, un con sans cervelle et tout ce qui s’en suit, les choses auraient été moins compliquées… Et il ne l’aurait même pas approchée. Mais la ritale était sensible à la délicatesse, aux attentions et à la douceur, voilà pourquoi elle aimait tant Milo, entre autres choses, et pourquoi le sorcier était si plaisant au fond. Bien sûr il n’y avait absolument rien de sentimental là-dedans, mais la brune était bel et bien sensible au charme de cet ours écossais. Et ça, sa fierté et une autre partie d’elle le refusaient catégoriquement.

- Peut-être… Si tu arrives à me retenir pour le week-end…

Si Clara ne faisait plus attention à son propre accent toujours bien marqué, celui de l’écossais faisait aussi son petit effet, ça et son souffle tiède qui s’échouait dans son cou pour la faire frémir un peu plus. Elle rouvrit les yeux et les planta dans ceux d’Alan alors qu’un index traçait le col de son débardeur.

- Je… Sûrement… Avec un peu de persuasion ?

Elle devait déléguer, se laisser porter, influencer, pour une fois. Juste pour cette fois. L’avocate éluda la dernière réflexion du Nécromant. Non, sans Milo sa vie ne pouvait pas vraiment continuer. Mais elle laissa cette pensée de côté, refoulée tout au fond de son âme alors qu’Alan croquait sa lèvre. Ses doigts fins se glissèrent sur ses joues mangées par une barbe de quelques jours pour le maintenir près de son visage. Ses lèvres suaves et pleines fouillèrent celles du sorcier, puis ce fut sa langue qui vint chercher la sienne. Un baiser brûlant, parfaitement sicilien, et surtout furtif, qu’elle stoppa à peine amorcé afin de le frustrer un peu. A la tête qu’il faisait, la durée n’était pas très satisfaisante. Une petite lueur de défi éclaira ses iris ébène.

- Il va falloir « argumenter » un peu plus avant de réussir à m’entraîner sous ta couette Campbell… C’était juste un avant-goût pour te motiver mais ce sera pas aussi facile que la dernière fois…

Voilà qu’il apparaissait son sourire espiègle. Oh  non, elle n’allait pas céder immédiatement. Pour le jeu, pour faire durer le plaisir. On ne dit pas : plus c’est long plus c’est bon, après tout ?

_________________

   
Sono qui, amore, nella tua anima e nel tuo cuore...
"[...] Ainsi nous naîtrions désormais avec le manque de notre moitié perdue, persuadés que nous pourrions peut-être un jour retrouver cette moitié perdue, cette âme sœur. En nous unissant à elle, nous retrouverions alors notre forme originelle, et ne souffririons jamais plus de la solitude."
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   24.03.18 22:45

La Sicilienne abondait dans son sens a grand renfort de sourire et de regard qui en disent long et qui ne font qu'un peu plus conforter le sorcier dans l'idée qu'il allait devoir sortir le grand jeu pour profiter d'un week-end qui s’annonçait plus que plaisant. C'était pas franchement prévu avant que l’Écossais ne franchisse la porte du bar ce soir et finalement, à se retrouver avec une superbe brune dans les bras, il aurait eu tord de se priver. Ainsi mène t'il sa vie. Partagé entre son travail qui n'a rien d'une sinécure, ses propres recherches quant au grimoire d'Henry, passer sous les radars des vampires et son petit « péché mignon », la cerise sur le gâteau... Les femmes.

- A la bonne heure ! On va tout de même garder les menottes pour plus tard hein ?

Dit il en plaisantant, évidemment, ce n'était pas franchement finaud. Encore que l'idée pourrait être intéressante. A condition qu'elle ne se débine pas en le laissant dans une posture plus que compromettante. Alan parle d'expérience, malheureusement. Le prix de sa goujaterie est parfois dur à payer.

Il faut bien se détendre tout de même après des semaines sans compter ses heures. Et l'opportunité qui se présentait là, Alan n'allait certainement pas la laisser filer. A y repenser, voilà un petit moment qu'il n'était pas passé par le Paradis pour voir Madeleine. Cette affaire d'Aël lui prenait un temps fou quand il y pense.

- Un peu de persuasion ?

Dit il d'un air un peu intriguée alors que l'avocate-boxeuse-justicière se fait de plus en plus enjôleuse. Oooouh, cette soirée allait être bonne et sur dans tous les sens du terme.
Le Nécromant aura tout le temps de se faire pardonner auprès de son Aëlhim préférée, ce n'est pas le moment d'y penser lorsqu'une Sicilienne pure souche vous colle un gadin d'enfer. Et par surprise qui plus est !

L’Écossais ne se gêne pas de lui rendre dans les formes. Ses bras se serrent alors autour de la silhouette de l'avocate, une drague à deux balles, de rustre qui contraste avec cette douceur dont il fait preuve. Disons que c'est un avantage indéniable dont il profite pour faire succomber petit à petit son invitée. Ça et parfois, son humeur foireux, font une excellent paire pour ne pas passer une soirée tout seul. Sauf que la donzelle ici présente n'est pas n'importe qui, le sorcier devra se montrer pour le moins astucieux et surtout, trop brusque. Bah ! Après tout, ils ont un week-end pour ça. Oui, notre homme est du genre optimiste.

Il ne se souvenait plus de la douceur de ces lèvres, du goût que le champagne y a laissé, plus qu'agréable, sucré, piquant. Ses doigts se faufilent sous le chemisier carmin de la brune pour prendre de nouveau contact avec sa peau ambrée de méditerranéenne. Tant de sensations dont Alan avait complètement occulté l'effet lors de leur première rencontre. Il faut dire que l'alcool, ce n'est pas vraiment ce qui est indiqué pour profiter de tous les « bienfaits » que peut apporter ce genre de moment.

Cette fois c'est différent, lucide ou presque, les deux amants éphémères savent clairement ressentir cette tension qui grimpe petit à petit. Pourtant, Clara se montre clairement joueuse, brisant l'échange aussi vite qu'il a commencé en lui collant non plus un gadin mais une frustration de tous les Sa'Thans. Il fronce le regard pour la forme mais ne peut s'empêcher de sourire, la mangeant clairement du regard. A quelle sauce allait t'il croquer de la Ritale ce soir, le Nécromant se posait encore la question. Et demain ? Et après-demain ? Oui toujours cet optimisme.

- La dernière fois c'était d'enfer mais pas franchement glorieux. Je peux faire encore mieux. Et je peux te le prouver maintenant...

Ses mains caressaient alors le dos de la Sicilienne, du bout des doigts, il frôlait le derme, traçait des signes invisibles, la courbe de son échine. Alan la narguait à son tour, une voix grave presque murmure qui dispensait ses mots d'un ton suave. L'emprisonnant doucement contre sa grande carcasse, c'est à son tour de venir reprendre possession de ses lèvres dans un baiser atrocement langoureux. Picorant les lippes charnues de la donzelle, les croquant, savourant ce goût acidulé, ses paumes larges s'ancraient sur les hanches fines de la boxeuse. Sa langue trouve son amante, un ballet charnel qu'il ne brise qu'au terme d'un échange à la limité de la provocation. D'autant que ses lèvres glissaient déjà sur la gorge de la brune, cette épaule qu'il dénudait en tirant un peu sur le col ouvert du chemisier.

- C'était assez argumenté ? J'en ai encore en réserve...pour tout un week-end. Je suis remonté à bloc, darlin'

Il disait ça pendant que ses paluches descendaient sur les fesses de la brune quand il croque la peau douce à la naissance de sa poitrine. C'est fou ce que Barry White en toile de fond peut faire faire aux gens... On dira ça comme ça.

- Voilà, j'ai des idées pas claires dans la tête maintenant. C'est ta faute. Tu veux visiter l'appartement ? On commence par la chambre si tu veux bien.

Souffle t'il en grondant, levant les yeux vers les siens, une drôle de lueur dans le regard, du genre « Toi, tu vas pas dormir beaucoup ».
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   25.03.18 3:35

- Les menottes, vraiment ? Pas très original… Moi qui pensais que ma surprise serait plus… Folklorique… Tu sais, jupe plissée à carreaux d’écolière…

Afin de dissiper le moindre doute, oui, elle le cherchait clairement. Mais pour le kilt c’était une semi-boutade. Elle serait vraiment curieuse de voir ça ! Clara avait réussi à trouver le bouton off à son plus grand soulagement. Une chance car les choses commençaient à tourner au vinaigre avec le sorcier. Elle prit un faux air mielleux, se mordant la lèvre et hocha la tête, toujours à lui susurrer à l’oreille.

- Oui oui, je dis bien persuader, pas convaincre…

Car oui il y avait une différence. Et l’avocate était sûre et certaine qu’Alan en connaissait toutes les nuances, assez pour interpréter ce mot comme il le fallait. Voilà, elle avait lancé les hostilités en beauté et semblait-il que ce grand gaillard ne se laissait pas faire. Il répondit à son baiser dans les règles de l’art, de quoi la faire frémir de tout son long, d’autant plus qu’elle se fondait au creux de ses bras sans complexe. Si elle ne s’écoutait pas, Clara lui aurait dit immédiatement qu’elle avait bien envie de passer le week-end entier dans son antre. Mais au vu de la tournure des choses, le faire mariner restait beaucoup plus amusant. Et puis comme ça il redoublait d’efforts, de quoi pleinement satisfaire un petit ego de ritale. Curieusement les souvenirs de leur première et dernière nuit revenaient maintenant qu’elle refaisait connaissance avec ses gestes, ses lèvres charnues et chaudes… Parfaitement tentantes.

Bientôt les empreintes de ses doigts refirent aussi leur apparition sur sa peau qui frissonnait puisqu’ils en parcouraient le moindre recoin sous le fin tissu rouge à peine transparent. Laissant deviner des dessous de dentelles, d’un vermillon plus soutenu encore, rattachés à des bas satinés dont il n’avait pas encore noté l’existence. La chaleur lui montait déjà dangereusement à la tête, et c’était bon. Difficile à avouer, mais elle appréciait. Une moue moqueuse sur le visage, Clara émit un petit rire en voyant ce froncement de sourcils, mais inutile d’être psychanalyste pour décrypter ce que son fascinante regard émeraude disait pour lui.

- Encore mieux ? T’es sûr d’en être capable ? Tu vas devoir mettre les bouchés double mais… Challenge accepted !

Provocation, taquinerie et mauvaise foi jusqu’au bout pour pousser un peu plus le Nécromant à ruser pour la séduire totalement. Et elle avait tellement bien fait de le titiller… Ses caresses dans son dos la secouaient de délicats frissons de la tête aux pieds. Un véritable appel à retirer tout ce qui gênait pour en sentir davantage, mais patience patience. Et sa voix… Ce ton terriblement grave, presque d’outre-tombe mais plus soutenu, grondant et franchement attirant. Et pour achever un peu plus cet instant d’envie qui évoluait progressivement, Alan revenait une fois de plus à ses lèvres qui se laissèrent conquérir un petit moment, avant qu’elle ne reprenne les choses en main. Clara torturait les lèvres de son amant, les happait entre les siennes, les mordillait malicieusement. Évidemment sa langue répondit à cette délicieuse invitation, rencontrant celle de l’écossais le plus sensuellement du monde. Il voulait jouer… très bien. Mais elle comptait remporter ce petit jeu de tentation et pas du tout à la loyale ! Et comme Alan longeait ensuite sa gorge, elle balança négligemment ses longs cheveux bruns ondulés en arrière pour l’inciter à poursuivre son œuvre, tandis qu’elle gigotait pour s’asseoir à califourchon sur ses genoux. Puisqu’il tirait sur son col, la sicilienne déboutonna son propre chemisier de moitié pour offrir une vue très… Plongeante sur ce qui se passait là-dessous, sur une poitrine assez généreuse et encore recouverte.

- Faut voir… Je sais pas si ton plaidoyer était assez convainquant… Je crois que le jury a besoin de quelques… éléments, supplémentaires….

Alors que la musique suave continuait de retentir discrètement dans la pièce, de quoi créer une ambiance très propice tout de même, Clara soupirait à la moindre sollicitation. Se cambrait pour l’inviter à découvrir toujours plus de surface alors que ses fesses se dandinaient contre les paumes larges du sorcier.

- Pauvre Caliméro… Souffle-moi tes idées, que je te dise si t’as tes chances…

Encore et toujours prête à le défier, elle attrapa son menton et le fixa dans le blanc des yeux avant de l’embrasser à pleine bouche, avec une fougue aucunement contenue. Histoire de relancer la machine… Au cas où il perde la motivation donc.

- Un petit tour du proprio ça me paraît honnête pour le moment… Tu m’emmènes… bellissimo scozzese… ?    

_________________

   
Sono qui, amore, nella tua anima e nel tuo cuore...
"[...] Ainsi nous naîtrions désormais avec le manque de notre moitié perdue, persuadés que nous pourrions peut-être un jour retrouver cette moitié perdue, cette âme sœur. En nous unissant à elle, nous retrouverions alors notre forme originelle, et ne souffririons jamais plus de la solitude."
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   27.03.18 18:50

Il se rendait bien compte que plus le temps passait, plus les minutes s’égrainaient, plus la Sicilienne lâchait prise sur son quotidien peu reluisant, de quoi le satisfaire dans un certain sens. Alan est peut-être doué pour l'écoute mais pour les conseils, il pourrait presque être le pire psy de tout Parys si ce n'est du royaume. Il n'y a qu'a voir comment il gère sa propre vie : au jour le jour, autodestructeur sur les bords – pour la bonne cause- , volage si l'on peut dire, incapable de se poser et de toute manière, il ne veut pas se poser.

Bref, même à quarante cinq ans, notre Écossais aurait presque la même manière d'aborder sa vie comme celle d'un ado qui refuse de grandir. Il a des circonstances atténuantes cela dit et puis ça lui convient, alors pourquoi changer ? Tout le monde ne raisonne pas de la même manière, la Méditerranéenne était un exemple parmi tant d'autre. Il a supposé ses tourments, elle n'a pas répondu au bar, mais le silence est parfois la meilleure des réponses. Mais Sherlock n'est pas Freud, ils ne sont pas là pour ressasser le mal, c'est même tout le contraire et c'est très bien parti d'ailleurs.

- J'ai oublié le kilt en Écosse, Darlin'...mais crois-moi c'est mieux sans. Maiiiis, si tu veux m'offrir de la jupe plissée, moi je dis pas non. Au contraire.


Clara fait preuve d'un sarcasme pour le moins amusant, il ne peut s'empêcher de sourire tout en croquant ses lèvres charnues et douce. Ses mains voguaient alors doucement mais sûrement le long de sa peau, pour finalement trouver leur place sur les fesses fermes de son amante d'un soir, ou de plusieurs soirs en l’occurrence. Et l'atmosphère commence à prendre une autre tournure, la Sicilienne s'exprime d'une autre manière à laquelle le Nécromant ne prend aucune gêne pour répondre.

- Oh mais c'est que tu ne sais pas à qui tu as à faire hmm ? Patience, ça va venir et tu vas en redemander. D'où le week-end d'ailleurs. A vrai dire, il ne sera pas bien reposant. Mais pendant ce temps, on ne pense à rien. Pas vrai ?

Elle le faisait mariner et il met toutes les chances de son côté en profiter des moindres petites failles qu'elle peut lui offrir avec cette délicate sensualité qui cache une passion toute italienne. Il en avait eu un aperçu malgré son esprit peut lucide et finalement, il tardait au sorcier d'en refaire l'expérience. Cette fille là, il en passait peu dans ses bras alors autant profiter jusqu'à la lie de ce qu'elles peuvent offrir. Évidemment, Alan n'était pas mufle au point de faire ce genre de commentaire à voix haute. Mais ce sont de grandes personnes, ils savent ce qu'ils font, les conditions, des clauses qui se sont imposées finalement d'elle même.

A califourchon tout contre lui, le géant s'était redressé pour parcourir cette gorge qu'elle découvrait d'elle-même. L'italienne en rajoute une louche, défait un bout, puis deux, évidemment la réponse attendue ne tarde pas. Alan tire un peu plus sur le col, se permet même d'ouvrir un troisième bouton pour écarter doucement les pans de tissu. La surprise qui se dévoile à ses yeux le ferait presque gronder d'appréciation. Il redresse les yeux vers ceux de la brune, non sans un étrange sourire sur les lèvres avant de venir les déposer à la naissance de cette poitrine généreuse.

Finalement, le chemiser finit au sol, ses paumes larges qui remontent sur les omoplates de la sicilienne, jouant, taquin, avec les bretelles de son dessous sans réellement se montrer trop impatient. Elle voulait jouer ? Le faire languir ? Pourquoi il ne pouvait en faire autant. D'autant qu'il répond à nouveau à cet échange peut-être plus puissant que les autres, plus appuyés, de quoi lui coller un frisson de tous les Sa'Thans et terminer d'éveiller ce qui s'agitait sans mal dans le pantalon. Oui pourquoi s'encombrer de sous-vêtement franchement ? En tout cas, la motivation n'était pas perdue, bien au contraire !

- Quelques éléments supplémentaires ? Je vais te les apporter sous peu. Allez, en route !

Alan se lève alors du canapé, maintenant fermement la petite boxeuse dans ses bras, soutenue par les fesses pour lui faire un « tour du proprio » qui prend un raccourci finalement. Ils quittent le salon mais lui ne quittait pas ses lèvres, sa peau. Parfois, il s'arrêtait en cours de route, plaquée contre le mur, il la dévorait, se montrait impatient ou entreprenant mais le Nécromant s'occupait plutôt de nourrir cette tension clairement palpable qui naissait sans mal entre eux.

- Tu veux vraiment que je te dévoile mon plan ? Ce serait pas bien malin de ma part. C'est la surprise.
Dit il d'une voix lourde de sens, bassin contre le sien, trahissant son état.

Finalement, il sème le soutien-gorge dans le couloir qui remonte vers la chambre qu'ils atteignent finalement près leur petite escale. A destination, il la couvre de sa carrure, glisse une main contre le bouton du jean de son amante qui glisse très tôt le long des jambes qu'il caresse à l'envie. Allers et retours sensuels, marquant encore les moindres tracés de ces courbes à côté desquelles il est passé la première fois.

Bientôt peau contre peau car lui aussi a perdu son débardeur dans la bataille, il gronde de bien-être. Décalage complet entre ce moment qui annonce une sacrée nuit en perspective et le fait que du coin de l'oeil, il remarque Hansel, son chat « très original » qui se faufilait le long du mur. Alan ne peut retenir un « merde » à moitié étouffé dans les seins de son amante.

- Bouges pas...je reviens...mets toi à l'aise.

Il se redresse, lui colle un dernier gadin et profite de la pénombre pour attraper le chat qui miaule, frustré et le mettre dehors. Hors de question de se faire reluquer toute la nuit.

- Saloperie de greffier
Grommelle le sorcier dans ses dents.
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   28.03.18 0:02

- Quoi ? Tu l’as oublié en Écosse ? Aïe… Ça va te faire perdre des points tout ça, t’auras intérêt à te rattraper…

Le sarcasme faisait en effet partie de sa personnalité, tout comme certains airs pince-sans-rire, mais là, c’était simplement une des multiples facettes du jeu en plus d’être celles du « je ». En tout cas, Clara n’attendait pas trop pour profiter et bécotait allègrement le sorcier, sans se lasser. Elle susurrait quelques mots en réponse entre deux baisers, comme pour le maintenir en haleine et l’attirer un peu plus quand ses lèvres pulpeuses effleuraient même simplement les siennes.

- Ah non ? A qui ai-je l’honneur alors hein ? En redemander ? Tu crois ? Faut pas être trop sûr de soi Campbell… Penser à rien c’est tout ce qui faut mais pour ça… Faut être vraiment très très occupé… J’sais pas si tu feras ça bien… Vraiment je doute…

Pas tellement non, mais il fallait toujours le taquiner. Clara sous ses grands airs avait aussi son petit côté espiègle avec une grande volonté d’amusement. Il arrivait déjà presque à lui faire oublier sa terrible culpabilité. D’autres lui diraient qu’elle était ridicule de toute façon… Mais la sicilienne s’étouffait sous ses principes. Enfin… Un peu moins grâce à Alan. Elle non plus n’avait pas de souvenirs très détaillés de leur première nuit au Nouvel An, elle avait pris son pied, et plutôt deux fois qu’une, mais pour tout avouer, elle était curieuse de le voir à l’œuvre plutôt sobre. Et pour ça, il faudrait faire une étude approfondie dont l’objet et le sujet étaient en cours d’observation. Et un peu en cours de pratique. Fascinant cette manie qu’on les gens un jour de se décider à se laisser séduire pour le simple plaisir d’être charmé.

Parfaitement installée, sans se montrer encore trop aguicheuse, oui oui elle pouvait faire pire, une femme peut toujours faire pire, Clara restait même presque docile. Un sourire en coin venant flotter sur son visage alors que le brun défaisait un peu plus son chemisier, simplement pour découvrir ce qu’il cachait, une lueur malicieuse au fond des yeux lorsque son regard croisa le sien. Elle retint un soupir quand les lèvres de l’écossais vinrent découvrir en douceur les rondeurs de sa poitrine, si la dame tentait de ne pas montrer trop à quel point elle appréciait, son corps frémissant la trahissait un peu, beaucoup. Le vendu ! Il faut dire que ce souffle chaud sur sa peau, ces grandes mains aux caresses délicates, tout était fait pour choyer son épiderme. Et elle aimait vraiment ça, bien plus que ce petit jeu frustrant avec ses bretelles toujours en place alors que son chemisier n’était plus qu’un mauvais souvenir.

- Sous peu c’est quand ? Faudrait pas trop me faire attendre… Sous peine de remettre la poudre d’escampette d’actualité…

Est-ce que c’était une menace voilée ? Parfaitement. Alors, elle, elle avait le droit de le faire languir mais pas lui ? Absolument ! Clara avait bien envie de voir ce dont il était capable, de voir tous les moyens déployés, pour passer un week-end complet « d’activités très productives à but non lucratif». Évidemment elle comptait bien le… Récompenser comme il se doit s’il se montrait ET convaincant ET persuasif. Enfin il l’emportait avec lui dans un tourbillon déjà un peu chaotique, empreint de chaleur et d’envie naissante. Les petits interludes d’Alan, très appréciés par l’Assemblée, étaient accueillis avec beaucoup d’enthousiasme. Au détour d’un mur, elle lui rendait ses baisers furtivement toujours pour ne pas trop donner tout de suite, mais avec une fougue stupéfiante, presque sauvage parfois.

- Vu ce que je sens et qui n’est sûrement pas le contenu d’une poche… La surprise commence à se compromettre toute seule je crois…

Moqueuse ? Ooooh oui ! Mais complice surtout. Et la brune devait se retenir de ne pas attiser un peu plus ce désir de plus en plus… En relief. Encore un vêtement semé en route, ils se retrouvent tous les deux sur le lit promit quelques minutes plus tôt, puis le jean est lui aussi envoyé quelque part où il aura plus sa place. Le bout de ses doigts traînant sur ses longues jambes lui arracha un soupir languissant que Clara fut incapable de retenir. C’était agréable au possible, terriblement sensuel. De quoi en perdre la tête. Elle se montra peut-être un peu plus pressante en ôtant le débardeur du sorcier pour mieux sentir son torse chaud tout contre elle. Mais cette tension grimpante fut soudainement interrompue à sa plus grande frustration. Surprise, elle regarda Alan disparaître, après l’avoir retenu un instant pour lui rendre ce sublime patin. Un miaulement. Quoi ? Juste pour un chat ?

En tout cas, Clara profita des quelques secondes de disparition de son amant pour élaborer un petit plan pour le faire flamber un peu… Ah ça, elle aime jouer avec le feu l’avocate ! Trop pour son bien. Mais les ritales sont les ritales. Et déjà elle sautait du lit pour se faufiler discrètement dans le couloir tournée vers un sorcier qui lui tournait encore le dos. Sorcier qui avait dû sentir quelque chose d’assez léger faire impact dans son dos. En faisant volte-face, il pourrait voir alors à ses pieds le dernier morceau de tissu à dentelle rouge que portait Clara avant son « départ précipité »… Puis, en relevant les yeux… Il verrait l’apparition d’une sicilienne nue comme un ver, telle l’Aphrodite sans son coquillage et en brune. Un rayon de lune soulignait la moindre courbe et ne laissait même aucune partie de son corps dans l’ombre, à part son flan, très légèrement. Elle prit un air nonchalant et le ton qui allait avec.

- Dis donc ça va pas te rendre service de me faire attendre bambino… Tu perds beaucoup de points depuis toute à l’heure… Va falloir songer à te rattraper… Sinon quitte à me mettre à l’aise, autant que je le fasse chez ton voisin…

Poupoupidou !

_________________

   
Sono qui, amore, nella tua anima e nel tuo cuore...
"[...] Ainsi nous naîtrions désormais avec le manque de notre moitié perdue, persuadés que nous pourrions peut-être un jour retrouver cette moitié perdue, cette âme sœur. En nous unissant à elle, nous retrouverions alors notre forme originelle, et ne souffririons jamais plus de la solitude."
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   31.03.18 18:45

Le chat expédié par la fenêtre de la cuisine, le store tiré pour éviter qu'une Sicilienne ne se rende compte qu'un cadavre animé de félin vivait ici, Alan ronchonnait dans sa barbe. Avec tout ça, il a perdu le fil mais ce qui se passait entre ses jambes lui faisait un mal de chien. Ah bah oui, on pouvait pas avoir le sang également répartie dans ce genre de situation. C'est alors qu'un bref frôlement le ferait sursauter. C'était quand même pas Hansel qui avait trouvé son chemin par une autre porte dérobée ou pire ! Daisy ! Son cœur rate un battement et la grande carcasse qui se découpait dans la lumière pâle de la lune pour se rendre compte de ce que c'était.

Si sa « secrétaire » se pointait maintenant, c'était râté pour la folle nuit d'amour, c'est certain. Mais non ! Pas d'ectoplasme en vue mais, un morceau de tissu échoué sur le parquet. Jusque là, Alan ne se rendait pas compte de l’entièreté de la scène. C'est en se relevant, dépliant l'objet en question pour capter que c'est ni plus, ni moins qu'une culotte de dentelle rouge qu'il aperçoit Clara, dans l'encadrure de l'entrée du couloir.

- Nom...d'un...p'tit bonhomme..

Souffle t'il pour lui-même ou presque.
Sur le coup, il en a la gorge sèche devant ce qu'il voit. Elle était sublime comme ça et à y repenser, c'est rare les nanas qui se baladent à poil ici.

Le Nécromant cligne des yeux, agréablement surpris puis rit à ses mots. Il voulait que la brune lâche prise pour au moins quelques heures voir un ou deux jours, à voir elle a réussit à franchir le stade. Saisit par l'urgence du moment, et la fausse menace de son amante, Alan lâche tout et s'empresse de fondre tout contre elle, la mine faussement prédatrice et grognant comme un ours. Une voix rauque et pleine de promesse.

- Oh toi...toi, toi, toi...

Le géant la soulève du sol, la jette par dessus son épaule, croque ses fesses pour la forme tandis que la minuscule Sicilienne gigote. L'entendre rire entre deux gémissements de surprise le fait rire aussi. L’Écossais l'emmène de nouveau dans cette chambre où la lumière diffuse de l'extérieur passe péniblement à travers le volet. Jeu d'ombres et de lumières pour le moins sensuels, il a quand même pensé à refermer la porte d'un coup de talon. On ne sait jamais !

- Tout ce que le voisin aura, c'est les gémissements parce que crois-moi, je vais rattraper mon retard. T'as pas honte de me faire un coup pareil. Et puis à y repenser, recommence quand tu veux.

Souffle t'il d'une voix grave contre la peau dorée de son amante qu'il parcourt presque avec avidité. A son tour de la rejoindre dans la nudité, étroitement enlacée. Alan pourrait presque la faire disparaître sous sa carrure. D'ailleurs, il prend un soin particulier à ne pas définitivement se montrer trop étouffant. Contraste saisissant entre son allure de bourrin mal dégrossi et la tendresse, la douceur même teinté d'empressement, dont il fait preuve.

Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Clara Geminioni
Humaine ✿ Membre

.
.: Clara, l'amie des bêtes :.
avatar
✠ Je suis : Humaine - Avocate au bareau de Parys - En train de perdre la tête
✠ J'ai : 45 ans
✠ Mon âme appartient : A la vraie Justice
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Beylin / Captain Caca / Tankred
☉ Messages : 1106
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   01.04.18 1:17

Vu l’expression du nécromant, Clara avait fait mouche. Et elle n’en était pas peu fière. Déjà parce qu’elle avait osé refouler sa conscience dans l’abysse et parce que séduire ce gaillard-là avait quelque chose d’assez… Intéressant ? Gratifiant ? Amusant ? Elle ne mettait pas le doigt sur le bon terme. Et à la fois… Elle s’en foutait pas mal dans l’immédiat. Ils avaient outrepassé le stade du dialogue. Ils pouvaient toujours chercher un peu la petite bête mais la grande discussion philosophico-chiante c’était terminé ! Tout ce qui lui passait par la tête, en dehors d’idées peu conventionnelles, venait d’être renvoyé d’un revers de raquette bien senti.

- Moi moi  moi moi ? On manque de mots ? On a donné… Sa langue au chat ? [Wow, quel humour, t’es jamais tombée aussi bas Clacla ! Chut…]

Elle le fixait toujours avec le même sourire, très léger, mais charmeur, malicieux et même espiègle. La brune ne bougea pas d’un pouce lorsqu’Alan vint se blottir contre elle avec cet air carnassier, un peu bestial, très impressif il fallait l’avouer. Le côté ours dans sa grotte avait quelque chose de franchement attirant auquel Clara était bien réceptive. C’est qu’elle a un truc avec les hommes proches de l’animal… Ah, oups ? En tout cas, l’attitude faisait remonter sa côte. Jusqu’à ce qu’il la prenne sur l’épaule comme un sac à patates, évidemment elle faisait semblant de se débattre pour la forme et se mit à glousser quand il croqua sa fesse. Mais quel petit chenapan ! Ah oui ça… Un vrai petit cupidon, doublé d’un Don Juan !

- Encore et toujours des paroles, je crois que ce que je vois ! Et nan… Pour voir ta mâchoire tomber par terre comme dans un cartoon ça valait le coup ! Aucune honte monsieur, et je note de refaire ça… Peut-être demain… ?

Toujours l’éventualité, semer le doute. Peut-être moins convaincant lorsqu’elle se retrouva allongée sur le drap à l’abri de sa silhouette massive, musclée, que son regard dévorait sans gêne. C’était fascinant ce spectacle très contrasté qu’offrait le sorcier. Mais une faille aussi pour sa conscience qui refaisait surface, elle ne devait pas autant apprécier cette tendresse-là. Elle n’avait pas le droit d’être… Heureuse n’était pas le mot adéquat mais bien contente d’avoir cédé à la demande subtile, ou pas, d’Alan. Son ex-époux avait encore son empreinte non seulement dans son cœur mais dans toute son âme, sauf que ni l’un ni l’autre n’avaient leur place ici. C’était moins compliqué que ça, et pourtant… Mais la petite voix d’un mauvais démon sur son épaule lui soufflait aussi à l’oreille qu’à l’heure actuelle Milo était sûrement avec la dame qui avait parfaitement pris sa place dans son cœur. Et Clara ne voulait pas de cette douleur-là. Elle n’était pas dans cette chambre par vengeance ou autre raison ridicule, ce n’était pas son genre. Mais passer du bon temps en si bonne compagnie, parce que oui elle aimait bien Alan au fond, c’était mieux que de s’alcooliser jusqu’à lundi.


_________________

   
Sono qui, amore, nella tua anima e nel tuo cuore...
"[...] Ainsi nous naîtrions désormais avec le manque de notre moitié perdue, persuadés que nous pourrions peut-être un jour retrouver cette moitié perdue, cette âme sœur. En nous unissant à elle, nous retrouverions alors notre forme originelle, et ne souffririons jamais plus de la solitude."
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t351-our-roots-go-deep http://chtonya-verse.forumactif.com/ En ligne
Alan P. Campbell
Aëlhim ☼ Membre

.
.: Alcoolique Anonyme :.
avatar
✠ Je suis : Un Aëlhim perdu | Exorciste | détective privé | alcoolique
✠ J'ai : 37 ans
✠ Mon âme appartient : A Kaliel on dirait bien...A Michel aussi !
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : Tankred | Bat'Phanie
☉ Messages : 157
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   02.04.18 21:53



Le souffle court, le colosse s'était laissé aller sur le dos. La chambre ou tout du moins, le lit est sans dessus-dessous, il semblerait même qu'Alan ait la tête au pied de ce dernier, un détail qui trahi un peu le désordre du moment. Une intéressante mise en bouche qui le ferait presque rire nerveusement, le corps engourdi des dernières effluves de plaisir.

- Je crois que le week-end commence bien.

Oui, le Nécromant n'abdique jamais.
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t359-the-secret-of-the-dead- http://chtonya-verse.forumactif.com/t367-song-for-the-dead-alan-p-campbell
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤   

Revenir en haut Aller en bas
 
The Wasted Heart Does Stupid Things ¤Alan¤
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chtonya Verse ::  :: Montmartre :: Le Moulin de Guinguette-
Sauter vers: