AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 you name the drama and I'll play the part l tomas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arnaud de Hallewin

avatar
✠ Je suis : Sorcier.
✠ J'ai : 33.
✠ Mon âme appartient : à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : catwoman
☉ Messages : 114
MessageSujet: you name the drama and I'll play the part l tomas   11.01.18 13:50


blast - manu larcenet

hey I went to college once
but all they found were rats in my head

this is hardcore - pulp




Les jupons relevés sur les cuisses des filles, les hommes qui leur versent du vin dans le décolleté, les talons qui allongent leurs mollets et dessinent la courbe délicate de leurs pieds; le ravissement d'une courbe qui se dessine sans se dévoiler tout à fait et qui mange les yeux des hommes d'un coup de la sèche mâchoire du désir. Les rires qui résonnent dans la pièce principale, la plus haute de plafond, ne sont jamais tout à fait vrais, toujours légèrement tordus à la convenance du masque social. Au bordel personne n'est heureux, ni client ni prostituée. Au bordel tout le monde est une pute, l'argent le premier, puis les dorures, les frous frous, les âmes errantes, les différents visages qui se tordent en des faciès facilement lisibles, toujours les mêmes - on pourrait établir une collection des humeurs de l'humain. Le bordel est un musée pathologique vivant aux ressources inépuisables. Le bordel Arnaud y consomme des chairs très rarement : il regarde. Il joue les scientifiques naturalistes qui se sont trop usés les regards à l'immobilité des muséums d'histoire naturelle et ressentent le besoin d'observer la nature en mouvement. C'est jusqu'à présent le zoo d'humains le plus magnifique qu'il ai jamais trouvé à Parys.

Je dis qu'Arnaud consomme rarement de chairs au bordel - pour ce qui est de la boisson et des diverses drogues à sa disposition il n'est en revanche jamais en reste. Vins, rhums, whiskys, opium - "enivrez vous sans trêve" : il suit le poète à la lettre. Le plus important dans l'élégante discipline de l'auto-destruction du flâneur, la règle numéro 1 (et peut être la seule règle d'ailleurs) c'est de faire tout et n'importe quoi certes mais de le faire avec excès. Arnaud donc va au Paradis pour observer, il s'assoit là dans un coin de fauteuil, jambes écartées, mèche débraillée et allure cabotine pour ne pas dépareiller du décor (premier principe de l'observation : se fondre dans le décor), et de ses yeux parcoure les traits de ceux qui virevoltent autour de lui. Les excessifs comme lui, les grotesques à la bedaine pendante, les brailleurs dont la présence ici est un compte à rebours perpétuel, les immenses gardiens du temple qui saisissent ces précédents sans ménagement et peut importe la stature de leurs proie les balancent dehors comme des poupées de chiffon.
Comme l'homme est superbe quand il bombe le torse et fait le fier devant les prostituées et comme il se transforme soudainement en pantin ridicule dans les bras non désirés d'un homme de sécurité, perd son sublime et son orgueil dans un cri de trop, se retrouve sans manteau dans le froid de la nuit. Arnaud observe ces chutes continuelles d'hommes qui ont passé la porte avec une stature haute et la repassent recroquevillés comme des ratons sans poils. Comment, après des nuits entières à ne voir que ce genre de phénomènes en boucle, peut-on ne pas voir l'homme purement et simplement pour ce qu'il est, un animal qui n'a pas plus de valeur qu'un gorille qui se frappe la poitrine ? On ne le peut. Et c'est ça, ce qui amuse Arnaud. Ce qui fait hurler de rire Arnaud une fois que, lassé, il sort du bordel rempli d'images et se confronte à la rue où aucun homme de sécurité ne l'empêchera de hurler son mépris des hommes. Ce qui fait jouir Arnaud quand il s'égare dans les ruelles en quête d'un frisson plus grand, puis plus grand ailleurs, puis encore plus grand autre part. Au cours de ses séances d'observation au bordel il laisse au fur et à mesure ses yeux se voiler des consommations qu'il engloutit sans y réfléchir; quand il arrive dans la rue tout est flou - quand tout est flou c'est qu'il est prêt pour la suite de la nuit.

Il est inadmissible de marcher droit dans la rue, c'est lui faire déshonneur, et ce peu importe les dangers divers, peu importe la survie, la rue mérite qu'on la foule en zig-zags non assurés aux pas qui n'ont pas tous le même poids. A ce moment-là de la nuit Arnaud n'a jamais de plan bien précis, et à vrai dire commence déjà à s'en foutre un peu. Il pourrait aller voir l'envoutante gamine qui sous des vapes de vulgarité exquise termine son spectacle chaque nuit dans le sang au théâtre des Vampires et dont il meurt d'envie de capturer la personnalité mais non. Ce soir et à ce moment de la soirée précisément, il n'a plus envie d'être observateur, il veut devenir acteur de sa destruction. Pas envie de compagnie de débauche non plus : acteur solo. Oublier la fille qui danse, oublier Ninon qui s'efface, oublier la reine Charlotte, oublier tout ce qui l'entoure en acteur solo. Le hasard des rues lui offre le Chat Noir comme exutoire de ses passions - le Chat Noir, donc, ce sera.
Il est amusant d'échouer au Chat Noir en jouant le quidam total quand on est le frère du marqué de la Reine. Très amusant d'être un soulard parmi les autres soulards quelconques qui râlent gueulent rougeauds comme au jour de leurs naissances, mais d'avoir l'élégance contrairement à eux de tendre un index long fin et pâle (de ces doigts qui jamais ne travaillent) à l'intention d'un serveur et de lui déclarer, rendu canaille par les substances déjà ingérées : Servez moi un whisky et que jamais mon verre ne soit vide.

Quelques heures plus tard Arnaud adopte la déchéance de ceux qui l'entourent en s'écroulant sur sa table, regard ouvert en contre plongée sur le paysage qui l'entoure, modifié par son crâne en roue libre. Il murmure des insanités sans fin, ses lèvres pleines prenant plaisir à articuler les mots. Il est exactement précisément dans l'état qu'il désirait atteindre : il sera incapable de rentrer chez lui par ses propres moyens ce soir, s'écroulera probablement quelque part dans les rues, dormira contre la tendresse du pavé. Et pourquoi pas s'y mettre immédiatement, se dit-il d'ailleurs, dans la logique implacable de l'ivresse. Il n'a aucune idée de comment il a réussi à se lever mais il parvient à sortir de l'établissement sans vraiment payer et s'assoit par terre en face de la devanture tirant une jouissance inéluctable du fait d'éructer sans fin comme un vulgaire imbécile du peuple se lançant dans un concours de rots avec un camarade.
Et soudainement il est interrompu dans le spectacle qu'il s'offre à lui même. Il a l'étrange et détestable sensation d'une voix qui vient squatter son esprit. C'est frère marquée de la Reine prévenir Tomas. Il relève les yeux sur un type qu'il ne connaît pas et qui s'efface dans le détour d'une ruelle avant qu'il ai eu le temps même de l'apostropher pour empêcher son initiative détestable. Connard de vampire espion de merde collé à ses basques. Il arrive qu'il se fasse repérer par un sous fifre un peu trop zélé et qu'il se retrouve à se faire raccompagner chez lui comme un adolescent ridicule, perdant sa superbe et connaissant lui-même sa chute comme les hommes sortis par les gorilles du bordel. Hors de question que ça arrive ce soir. Jamais de la vie. Il essaye de commander à son corps de se lever pour éviter l'humiliation mais c'est comme une biche prise dans les phares d'une voiture : ses semelles glissent contre le pavé, il tombe sur son cul, il essaye encore, il tape l'intégralité de son bras contre le mur, retombe sur son cul. Et cette bataille minable se poursuit jusqu'à ce que dans la ruelle précise où le sous fifre méprisable s'était effacé apparaisse la silhouette beaucoup moins facilement méprisable de Tomas. Bordel de merde, la fête est finie, finie la mascarade où Arnaud de Hallewin fait semblant qu'il est un poivrot ordinaire du peuple. Héééééé ! Tomas !  quitte à se faire prendre comme un lapin grotesque autant jouer la carte de la joie, appuyer sur le fait qu'il est totalement à l'aise dans cette situation et que ce qui se passe est parfaitement normal. Il ouvre grand ses bras à l'adresse du vampire, étant à peu près sûr qu'il ne l'a jamais touché de sa vie mais à l'heure qu'il est est-ce que c'est vraiment grave, je ne crois pas.

_________________

twisted nerve
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/
Tomas de Batz

avatar
Surveillez vos culottes
✠ Je suis : Vampire
✠ J'ai : 404 ans
✠ Mon âme appartient : La reine Charlotte de France
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : avatar (c) BABINE code sign (c) wiize lyrics (c) skillet
☉ Messages : 1097
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   11.01.18 18:24

Il est considéré comme l’homme le plus puissant de France par beaucoup. Alors comment Tomas de Batz, Chambellan de France, principal ministre de sa majesté, capitaine des mousquetaires, seigneur de Castelmore, peut-il se retrouver à jouer ainsi les nourrices?

Eh bien la réponse est simple, en réalité. Ninon de Hallewin peut obtenir ce qu’elle veut ou presque de sa Reine, sa Reine peut obtenir ce qu’elle veut de lui. Alors si Ninon veut qu’on remette la main sur son jumeau, il faut remettre la main sur son jumeau, et qui d’autre que lui ?

La tâche l’enthousiasme d’autant moins qu’il a plus important à gérer que de retrouver le garçon, surtout qu’il sait où il va le trouver. Dans un des lieux habituels décrits par les espions qui lui filent le train, tout le temps. Les espions en question n’ont d’ailleurs besoin d’être discret qu’à l’aller, jusqu’à ce que le sorcier soit trop imbibé pour les remarquer. A moins que ces abus successifs ne les aient rendus définitivement invisibles?

Mais il sert sa reine, alors il parcourt les rues de Parys, à l’arrière d’une des Berlines du palais. il a les yeux fermés, autant que le visage. Son chauffeur - également mousquetaire - sait de toute façon mieux que lui où il va. Tomas met donc ces quelques minutes à profit pour réfléchir. Son travail ne s’arrête jamais, son esprit non plus. Enfin, sauf lors de ses torpeurs diurnes, à son grand désespoir.

Monsieur?

Hum?

Je crains que nous allons devoir continuer à pied”.

Le Marquis rouvre un oeil, regarde par la vitre. La voiture ne s’engagera pas ici, surtout pas avec ces voitures mal stationnées. S’il était mesquin, il ferait venir une dépanneuse, mais Tomas sait les dangers d’un abus de pouvoir. Il ouvre lui-même sa portière, et sort. Au moins une bonne chose ressortira de cette aventure : il a une occasion de prendre l’air. Son chauffeur n’est pas descendu - un vampire du réseau d’espion est là, de toute façon - et il file se stationner ailleurs. Tomas emboite donc le pas à ce nouvel intermédiaire, dans un dédale de rue, jusqu’à tomber sur celle qui accueille le spectacle de débauche à lui tout seul qu’est Arnaud de Hallewin.

Tomas est arrivé juste à temps pour le voir essayer de se remettre debout, échouer, essayer encore, et échouer de nouveau. Il empeste l’alcool, même à cette distance, et l’odeur est de plus en plus désagréable à mesure qu’il avance. Il contrôle ses narines, ou en tout cas, le froncement qui le démange, et le remet debout sans effort.

Tu es blessé?

Il a juste l’air d’être le dernier des poivrots, tellement imbibé qu’il est surprenant qu’il ne sue pas du vin par tous les pores. La question serait presque une formalité, sauf que le vampire l’a vu se vautrer, et qu’il prend donc sur lui de le renifler, pour essayer de déceler l’odeur cuivré du sang, sous la couche d’alcool.

Où es-tu encore allé te fourrer? Viens”.

L’ordre ne laisse place à aucune négociation. Si le gamin refuse de le suivre, Tomas est du genre à le mettre en travers de son épaule.

_________________
Ardeur Macabre
« It's hiding in the dark. Its teeth are razor sharp. There's no escape for me. It wants my soul, It wants my heart. No one can hear me scream, maybe it's just a dream... Or maybe it's inside of me. » code by Wiise / lyrics by skillet

Tomas s’exprime en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t197-unus-pro-omnibus-omnes- http://chtonya-verse.forumactif.com/t281-tomas-de-batz-kingdom-rises
Arnaud de Hallewin

avatar
✠ Je suis : Sorcier.
✠ J'ai : 33.
✠ Mon âme appartient : à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : catwoman
☉ Messages : 114
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   14.01.18 0:03



blast - manu larcenet

hey I went to college once
but all they found were rats in my head

this is hardcore - pulp



C'est marrant, se dit Arnaud au moment où Tomas le relève d'une poigne ferme, on s'est jamais regardés d'aussi prêt. Il fait une moue étrange qui agrandit considérablement ses narines et lui fait un bec de canard étrange en reniflant le cou du vampire au passage et reluque les traits de son visage aussi longtemps que son équilibre précaire lui permet. Ensuite il chancelle tranquillement, tout juste rattrapé par le bras de son protecteur. C'est pas si mal d'avoir un pilier pour déambuler à sa guise sans tomber toutes les trois secondes dans la poursuite de sa route de la débauche. Il aimerait beaucoup voir Tomas réagir à un bar à un bordel à diverses drogues. Il adorerait essayer de lire dans ses pensées en passant la porte du Paradis - encore un truc extraordinaire à explorer pour la soirée. Mais, décidément, c'est compliqué de réunir dans son cerveau des arguments valables avec des phrases complètes pour convaincre le vampire d'aller repeindre Parys en rouge. Sitôt qu'il essaye son raisonnement est interrompu de pensées parasites variées passant d'interrogations sur comment vivre si ses lèvres se transformaient vraiment en bec de canard de manière irréversible pendant qu'il fait la moue à des réflexions intenses sur la lourdeur du monde et de l'atmosphère de Parys dès qu'on sort de l'ambiance joyeuse d'un bar ou plus généralement dès qu'on sort de l'alcool. Alcoolique, le nécromancien ? Noooon, appréciant juste une autre vision de la vie. Tous les jours. A toute heure.

Il se met d'un coup à trainer du pied et à geindre, frappé par une soudaine révélation, de celles qui frappent exclusivement les hommes en état d'ébriété. Tomas ! Tomas, aïe, arrête. Il sait simplement que s'il ne fait pas semblant de s'être abimé un truc Tomas va foncer droit parce que c'est la définition du dictionnaire de foncer droit : Tomas de Batz. Et il n'a pas tout à fait tort puisque la cariole humaine se stoppe assez longtemps pour qu'il puisse susurrer les yeux ronds comme un enfant: Tomas on s'est jamais vus d'aussi près et maintenant que c'est fait je voulais te dire : j'avais jamais réalisé comme tu étais beau. Au moins ce qu'on peut dire avec certitude, c'est qu'il est sincère, le petit. Pour de vrai, hein. Il se laisse traîner, trop ivre pour s'apercevoir que le vampire le traîne assez peu savamment pour que son aisselle soit en train de brûler à vie d'oeil - ce n'est probablement qu'un faible prix à payer pour qu'un type aussi haut placé vienne te ramasser par terre dans la rue, se dirait-il s'il était sobre et raisonnable (s'il n'était pas Arnaud de Hallewin en somme). Est-ce que Ninon petite soldate de Charlotte va se mettre en tête de le punir de ses actions cette fois ? Est-ce qu'il va tâter du bâton ? Il aimerait bien simplement parce que ça le ferait mourir de rire de voir le visage de Ninon défait par l'effort de la tâche. Il sait aussi que ça n'arrivera jamais, parce qu'il pourrait se foutre les cheveux en feu Ninon ne bougerait pas le petit doigt d'une part et d'autre part parce que Ninon de Hallewin jamais ne perd sa contenance en public et que depuis Charlotte Arnaud fait partie du public.
Arnaud grimace de douleur, pour de vrai cette fois. Jusqu'où aller pour attirer l'attention de sa soeur ? Ou même de la Reine, ce qui reviendrait presque au même puisqu'elles deviennent peu à peu la même personne. Est-ce que ce serait pas marrant qu'on essaye de nous agresser violemment là tout de suite ? Il a essayé de prendre son légendaire ton espiègle mais il masque à peine la sincérité de sa déclaration. Qu'ils se fassent attaquer, que Tomas ai une brusque envie de boire des gros coups ou qu'il tombe dans les pommes (Arnaud n'est même pas sûr que ce soit possible pour un vampire, mais tant pis toute solution rêvée est bonne), que quelque chose se passe qui empêche le vampire de le ramener à bon port.

Je vais te faire une confidence : j'ai un peu bu. Et c'est vrai ça : pourquoi Tomas n'a jamais été son confident ? Ninon collée à la Reine, il aurait du être collé à Tomas, par symétrie. Il se serait trouvé moins tout seul. Peut être qu'il se serait lui-même pris d'une passion sans bornes pour Tomas, lui donnant toute son allégeance et tous ses pouvoirs à disposition. Ca aurait pu donner un tournant très intéressant à la vie en générale et celle du royaume par la même occasion. Tomas tu crois pas que ce serait formidable, ne serait-ce que symétriquement, si tu faisais de moi ton marqué ? La passion d'Arnaud, ou plutôt ce à quoi cette déchirure de coeur causée par sa jumelle et ravivée en permanence l'a entraîné, c'est de parler de choses importantes et graves et tristes avec un ton parfaitement mondain. Je dis mondain, mais avec ce taux d'alcool ça ressemble plutôt à un ton de type au comptoir du PMU à sept heures du mat, son verre de vin blanc en main, qui n'a pas interrompu sa consommation depuis la veille.

A partir de maintenant il a juste envie de ne plus arrêter de parler histoire d'empêcher son cerveau de se hisser laborieusement au-dessus de l'alcool pour réfléchir comme il semble avoir envie de le faire. N'importe quoi pour le distraire de l'ivresse raisonnée et mélancolique qui semble avoir décidé de s'emparer de lui. Pourtant il n'arrive à trouver rien de plus à dire. La peste de l'insomnie s'est déjà emparée de son cerveau, cette peste même qui te fait te rappeler des pires moments de ta vie alors que tu voulais simplement dormir ou passer un bon moment.
Tout allait bien avant que Tomas n'arrive. Il aurait fini par réussir à se relever et à tituber dans n'importe quelle direction pour recharger la bête et partir inventer d'autres merveilles décantantes à ce monde pourrave. Pourquoi faut-il qu'il soit traité comme un gamin ou pire comme un prisonnier ? Il n'est pas le marqué de la Reine lui, personne ne sait qui il est à quoi il ressemble, ce n'est pas comme s'ils faisaient des photos souriants tous ensembles pour les cartes de voeux tous les ans avec un chien à leurs pieds et Tomas portant un bonnet de père noël sa main paternellement posée sur l'épaule d'Arnaud ou je ne sais quoi.
Il a envie de hurler des trucs du genre JE PROCLAME LE DROIT A LA DEBAUCHE ou LIBERTE POUR ARNAUD DE HALLEWIN de faire une manif à lui tout seul en provoquant autant de bordel que s'il était mille hommes, d'ameuter toute la rue tout le quartier tout Parys pour qu'on le voie se faire manipuler comme un ado prépubère qui a piqué cinq balles dans le porte monnaie de sa mère ou dont on a retrouvé les revues pornographiques sous son lit. Combat complètement inégal en plus : qu'est-ce que tu veux qu'il fasse pour se dégager de l'étreinte de l'immense Tomas de Batz ? Lui mettre du poil à gratter dans la nuque ? Le menacer de montrer ses caleçons pingouins à la Reine ? Encore moins réaliste : essayer de le frapper avec ses petits poings délicats ? Non décidément la solution la plus réaliste serait de lui souffler son haleine à la gueule pour le prendre par surprise et de partir ensuite en courant. Pour tomber deux mètres plus loin et répéter le manège jusqu'à ce que son souffle soit vidé de toute effluve d'alcool. Super. NUIT DE FOLIE. Ca aurait pu être drôle si par son souffle il avait le pouvoir de filer une gueule de bois par procuration au vampire mais là c'est parfaitement dénié du moindre intérêt. Il se dit que sous certains aspects (comme celui-là) ça pourrait avoir une forme d'intérêt de travailler un peu ses pouvoirs, mais juste les facettes un peu nulles de ses pouvoirs qui ne servent qu'à faire des supers-blagues. Au cas où et à tout hasard il souffle quand même un peu son haleine directement sous le nez de Tomas pour voir si ça donne un truc. Il faut faire des expérimentations scientifiques en toutes circonstances, les gars.


_________________

twisted nerve
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/
Tomas de Batz

avatar
Surveillez vos culottes
✠ Je suis : Vampire
✠ J'ai : 404 ans
✠ Mon âme appartient : La reine Charlotte de France
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : avatar (c) BABINE code sign (c) wiize lyrics (c) skillet
☉ Messages : 1097
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   14.01.18 16:07

Il aurait été trop simple qu’Arnaud se laisse tranquillement embarquer, n’est-ce pas? Beaucoup trop simple, et Dis semble conspirer pour que la non-vie du Chambellan soit un enchaînement de difficultés, qu’elles soient simplement ennuyeuses et irritantes ou parfaitement dramatiques. A peine a-t-il résolu un souci que cinq autres semblent se dresser devant lui.

Même si Tomas n’a qu’une envie, poser Arnaud sur son épaule et filer vers la voiture, ses cris de protestation l’arrête. Certaines blessures ne saignent pas, alors le vampire entreprend de vérifier qu’il ne s’est rien cassé, d’abord en le regardant de bas en haut. Ses jambes ont l’air en état, quoiqu’il n’est pas impossible qu’il se soit tordu une cheville, voir les deux, à tituber sur les pavés.

Tu me flattes Arnaud, et tu es très bel homme toi-même. Peux-tu marcher?” lui retourne un Tomas imperturbable.

Le compliment a l’air d’avoir glissé sur lui sans vraiment l’attendre. Sans doute approuverait-il tout ce que peut lui dire le jumeau bourré du clan Hallewin si cela peut lui faciliter la tâche. Heureusement que le gamin n’a pas l’alcool mauvais. Il semble faire partie de ces gens qui se surprennent à aimer tout le monde, quand ils sont imbibés. Comme pour prouver sa technique, Tomas répond du même ton imperturbable à sa remarque suivante, tout en priant tout ce qu’il est possible de prier de ne pas se faire agresser. Il n’a vraiment pas que ça à faire.

Ce serait hilarant”.

Quand le gamin lui avoue, comme s’il s’agissait du secret le mieux gardé de France, qu’il est saoul en revanche, Tomas ne dit rien. Tout au plus lui retourne-t-il un regard qui signifie “Ah oui, je n’avais pas remarqué”. Le reste de ses déclarations, en revanche, le fond réagir.

On ne choisit pas un marqué par symétrie. Et tu ne serais pas le mieux loti avec moi”.

Voilà un sujet qu’ils n’ont jamais abordé. Si Charlotte de France a marqué Ninon de Hallewin, elle n’a, en tout cas de ce qu’il sait, jamais proposé le même honneur à son jumeau. En revanche, elle a fait au vampire la même proposition que vient de lui faire Arnaud, quoique de manière plus subtile que l’apprenti ivrogne qu’il se traine. A mots couverts, elle lui a demandé s’il avait déjà envisagé de prendre un marqué à ses côtés. Tomas n’est pas idiot - il ne serait pas Chambellan dans le cas contraire - et a vite compris ses sous-entendus. Un jumeau chacun, pas seulement pour la symétrie que mentionne Arnaud, mais pour tout ce que cela implique. Un jumeau chacun, et il est lié indéfiniment à sa Reine. Sans doute voyait-elle cela comme une récompense, un immense honneur pour ses loyaux services. Ce n’était pas la perception du vampire. Avant Alice, pendant quasi quatre siècles, il n’a jamais ressenti le besoin de marquer qui que ce soit. Personne n’était digne de cet honneur avant l’humaine, et s’il est prêt à sacrifier beaucoup pour la couronne, il n’aurait jamais donné cette partie de lui.

Rien ne l’empêche, dans les faits, de prendre un deuxième marqué. Sauf qu’il n’a aucune envie que ce soit Arnaud. N’en déplaise au gamin - un petit casse-pied auquel il s’est bizarrement attaché - il ne tient pas à lui imposer la folie qui tempête sous son crâne. Cela ne l’apaiserait nullement.

Ces réflexions sont soudainement interrompues par l’agression que subit son odorat. Arnaud n’a rien trouvé de mieux, dans son délire alcoolisé, que de lui souffler son haleine au visage. Sans être aussi développé que celui d’un garou, l’odorat de Tomas l’est tout de même suffisamment pour qu’il puisse identifier une partie des liquides qu’il a ingurgité. Sans doute ce geste a-t-il une justification pour Arnaud, mais le vampire ne tient pas à la connaître.

Et pourquoi as-tu bu? Avais-tu quelque chose de particulier à célébrer? Une victoire personnelle peut-être? Un heureux événement?

Il pose la question à la fois par politesse, et à la fois pour comprendre. Pour que ses futures nuits de travail ne soit pas constamment occupés par une recherche du gamin Hallewin dans Parys. Le vampire aimerait beaucoup qu’il se détache de cette attitude je-m’en-foutisme dont il n’est pas dupe. Mais enfin… il peut sans doute toujours courir.

Il en a profité pour avancer, tirant, traînant, portant à moitié le sorcier. Ils sont désormais arrivés à la sortie de la rue, mais de la voiture qui l’a laissé là, nulle trace. Sans se démonter, Tomas poursuit son chemin dans la direction qu’elle a emprunté tout juste quelques minutes auparavant.

Plus important encore, pourquoi n’as-tu pas bu au Louvre?

Il y a de l’alcool là-bas. Et cela lui aurait épargné un voyage.

_________________
Ardeur Macabre
« It's hiding in the dark. Its teeth are razor sharp. There's no escape for me. It wants my soul, It wants my heart. No one can hear me scream, maybe it's just a dream... Or maybe it's inside of me. » code by Wiise / lyrics by skillet

Tomas s’exprime en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t197-unus-pro-omnibus-omnes- http://chtonya-verse.forumactif.com/t281-tomas-de-batz-kingdom-rises
Arnaud de Hallewin

avatar
✠ Je suis : Sorcier.
✠ J'ai : 33.
✠ Mon âme appartient : à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : catwoman
☉ Messages : 114
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   21.01.18 17:15

blast - manu larcenet

hey I went to college once
but all they found were rats in my head

this is hardcore - pulp


Il est absolument réjouissant de se laisser aller à des bras forts d'homme grand et musclé et Arnaud comprend soudainement les siècles de pâmoison féminine où l'évanouissement s'était transformé en technique de drague à part entière. Il pourrait rester là à se faire traîner par Tomas dans toutes les rues de Parys, et ça lui irait très bien. Il doute seulement de la volonté du vampire à trouver ce plan génial. Après tout, dans toute pâmoison il y a celui qui porte, et même si ça peut être agréable dans une certaine mesure se porter tout seul c'est déjà assez compliqué le reste du temps. Alors Arnaud s'exclame juste comme une collégienne à l'ancienne : Wouhouuu, grande classe, j'aurais jamais cru que tu me dirais bel homme, je crois que venant de n'importe qui d'autre ça me ferait jamais autant plaisir ! Venant de n'importe qui d'autre il n'en aurait rien à foutre, surtout. Et à n'importe quel autre moment, aussi. Mais maintenant qu'il a évoqué cette histoire de marqués, maintenant que sa soeur est à nouveau venue lui empoisonner le cerveau, n'importe quel sujet est matière à réjouissances. Surtout si c'est un sujet qui permet à Tomas de prendre le relais de la parole, et à Arnaud de ne se concentrer que sur les mots qu'il prononce, que ça, rien d'autre. Tout ce que dira Tomas donc à partir de maintenant, quoi que ce soit, sera le truc le plus passionnant du monde entier et mérite un prix Nobel de littérature.
Ca le fait d'ailleurs partir dans un fou rire particulièrement euphorisant, la moue de Tomas quand il suggère l'attaque. Le vampire a une tête qui dit en majuscules J'AIMERAIS MIEUX ME FAIRE FOUETTER PAR LA REINE EN PLACE PUBLIQUE PLUTÔT QUE DE VIVRE CE SCENARIO; ok, peut être que l'ivresse accentue un peu les traits du chambellan dans la tête d'Arnaud et qu'il ne faut pas exagérer non plus, mais la tête de Tomas, sa réponse et l'image de la flagellation cul nu en place publique ça suffit au nécromancien pour manquer de s'étouffer dans un éclat de rire. Il en vient presque à espérer que le guet-apens ai en effet lieu, juste pour se concentrer sur le visage de son accompagnateur pendant tout le temps de l'attaque. Sans parler du fait qu'il n'a jamais vu Tomas se battre vraiment, ou alors quand il était tout petit, et que ça l'intéresse beaucoup de voir la bête à l'oeuvre. La bête. Ca se dit ? Est-ce qu'un vampire prendrait mal qu'on l'appelle "la bête" ? Est-ce que ça rentre dans une démarche de discrimination ? Alors qu'on passe son temps à dire ça des humains de toute façon ? Il faudra qu'il lui demande. Un autre jour, peut être moins ivre.

Evidemment, il a fallu qu'il aborde le sujet de la marque, et évidemment que Tomas allait répondre et pas juste ignorer la chose grâce à un sixième sens très aiguisé lui permettant de comprendre que ça fait mal à mort à Arnaud de parler de ça. Et évidemment qu'il faut qu'Arnaud renchérisse, sinon c'est juste étrange, d'éviter un sujet qu'on a lancé dans la discussion comme si de rien n'était. Il profite d'un courant de son ivresse dans lequel il se jette à coeur perdu pour éviter le noeud du problème. Pourquoi tu dis ça il ne faut pas se rabaisser comme ça Tomas enfin regarde comme tu prends soin de moi même sans, t'es un vrai...un vrai... Un vrai quoi ? Un vrai nounours ? Un vrai papa ? Une vraie crème ? Rien ne fonctionne n'est-ce pas. Arnaud décide de profiter du fait qu'aucune loi n'a encore été promulguée pour interdire les phrases interrompues pour rester sur ses points de suspension. Personne n'en a jamais voulu à un soulard de ne pas aller dans le fond de sa pensée, on les applaudit plutôt quand ils décident de se taire. Ecoute oui tu fais bien d'en parler, justement, je vais être papa, il s'est passé deux trois trucs avec Alice et il est temps de t'en parler. Et célébrer au Louvre pardon mais c'est une occasion trop importante pour faire comme d'habitude. Pourquoi cette provocation absolument gratuite, personne ne le sait, mais voilà qu'elle franchi les lèvres d'Arnaud et qu'elle tombe là en plein milieu. Et pourquoi pas ? C'est pas comme si c'était voulu méchant. C'est une provocation de lutin malicieux. A condition que Tomas possède un second degré. Le cas échéant, quelle bonne blague (sic). Et sinon tant pis au moins Arnaud connaîtra une nouvelle limite et honnêtement il préfère se faire exploser la gueule par le chambellan plutôt que de risquer de parler de sa soeur, de Charlotte, de tout ce qu'il cache, de tout ce qui le heurte, de tout ce qui l'empêche de vivre sagement, hors de l'intranquilité.
Il est super déçu que son attaque éthylique ne provoque aucune réaction chez le vampire. Merde, ils n'ont probablement pas des sens ultra développés comme les garous, mais ils en ont au moins autant que les humains, et la rouste qu'Arnaud prendrait s'il faisait ça à Ninon n'aurait pas d'égal. Comment, en tant que bourré, tu peux composer avec le fait qu'un type ne réponde pas à tes provocations d'haleine ? Comment, en tant que type qui se bourre la gueule pour oublier, tu peux composer pour continuer à brasser du vide quand ton accompagnateur passe son temps à l'éviter ?

Tu ne composes pas. Tu essayes de te battre avec l'intégralité des pores de ta peau pour qu'ils cessent d'évacuer l'alcool, pour que ton sang cesse de s'auto nettoyer avec maestria, et bien sûr ton corps n'écoute absolument pas ta lutte et tu dessaoule à la minute. Jusqu'à ce qu'une barrière craque, que tu ne puisses plus tenir ton cerveau en laisse et qu'il reprenne le contrôle, annihilant la stupidité qui te permet de te tenir debout. Et là, la dernière vapeur utile expirée, peu importe qui te porte, tu t'effondres. Tu t'affales dans la misère qui t'a fait boire en premier lieu. La pensée obsédante que Tomas, lui, doit connaître toutes les réponses aux questions qui hantent Arnaud depuis l'enfance s'empare de lui. Il a des discussions avec la Reine, c'est lui qui les a repérés, lui et Ninon, il doit savoir. Il doit tout savoir, de la genèse à son développement désastreux. Tellement de questions tournent en boucle dans son crâne, vibrant avec la puissance d'une gueule de bois précoce. Dans les moments où son cerveau lâche la bride comme il vient de le faire, Arnaud a l'impression de devenir fou, a aussi mal que si l'intégralité de ses organes cherchaient concrètement à sortir de son corps en en poussant les parois. Autant boire de l'eau et être constamment malheureux, si c'est pour que les retombées soient aussi sévères. Il s'effondre et il susurre assez fort entre ses dents. Tomas pourquoi Charlotte a marqué Ninon et pas moi ? Pourquoi Ninon. Il a eu le temps de retourner le problème dans tous les sens. Dans toutes les langues, dans tous les contextes. Ca ne peut pas être une question de l'assiduité au travail de Ninon, quand elle l'a marqué aucun des jumeaux n'avait eu le temps de se mettre au travail encore. Ca ne peut pas être qu'elle est plus puissante, ils sont la même personne, avec la même valeur, le même pouvoir. Alors quoi bordel de merde ? Il y a des soirs où il se sent capable de régicide tellement cette question ne fait qu'attiser une pile de souffrance qui ne fait que s'agrandir de jour en jour. Il y a des jours où il doit serrer poings et mâchoires face à Charlotte pour ne pas cogner, lui qui n'est pas cogneur, tant la frustration l'abime. Et s'il peut grapiller un millième de réponse, ou même une pensée fugitive du vampire à l'écoute de cette question, si ça peut apaiser un minimum son âme - même au niveau d'un seau d'eau sur un feu de forêt - il la prendra.

_________________

twisted nerve
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/
Tomas de Batz

avatar
Surveillez vos culottes
✠ Je suis : Vampire
✠ J'ai : 404 ans
✠ Mon âme appartient : La reine Charlotte de France
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : avatar (c) BABINE code sign (c) wiize lyrics (c) skillet
☉ Messages : 1097
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   22.01.18 17:44

Le vampire ne relève même pas la plupart des paroles, encouragées par le délire éthylique, d’Arnaud. Pas même un haussement de sourcils ne vint indiquer qu’il l’avait bien entendu s’extasier de ce prétendu compliment. Ses fous rires aussi, ne tirent aucune réaction au marquis. Celui-ci se dit surtout que tout doit être prétexte à rire, quand on est aussi imprégné que le gamin Hallewin.

Sauf que dans son délire alcoolisé, Arnaud prononce les mots de trop, et Tomas s’arrête en plein milieu de la rue. S’il était plus cruel, il le laisserait tomber en tas sur le sol avant de lui claquer ces mots au visage, mais il est bien élevé. Surtout que sans l’alcool, peut-être que le gamin ne les aurait jamais prononcé.

Je te conseillerais à l’avenir de ne plus mentionner ma marquée de cette façon si tu veux continuer à bénéficier de mon affection, de mes soins, et de mon amitié”.

Ton glacial, expression fermée. Sans doute que même sobre, cette remarque restera gravée dans sa mémoire. Il reprend sa route, son boulet humain accroché à lui. Le vampire connaît assez le gamin pour suspecter qu’il se donne un genre. “Oh, regardez-moi, j’en ai rien à foutre de la vie, tout m’emmerde et je vous emmerde touuuuus”. Ce n’est pas ce qu’il perçoit plus profondément en lui. Il se souvient d’un temps où il cherchait sa compagnie, toujours sur des prétextes plus énervants les uns que les autres. Un jour, Arnaud de Hallewin devra arrêter de se conduire comme un simple branleur et accepter qu’il est malheureux.

Nouvel arrêt, due à une question, cette fois-ci. Une question qui a l’air d’être prononcé avec toute la tristesse du monde. Arnaud a-t-il passé le stade de l’alcool joyeux pour celui de l’alcool mélancolique?

Je ne sais pas” répond Tomas avec une douceur nouvelle dans la voix. “Toutes les réponses que je te donnerais ne seraient que des hypothèses, j’en ai peur”. Et ne serait-il pas à la fois cruel et dangereux de les lui dire? Tomas a beau côtoyer la reine depuis des siècles, il peut encore se tromper sur ses intentions. Il aide Arnaud à s’appuyer contre le mur, même s’il le tient fermement par l’épaule. Un geste de la main, et il l’oblige à croiser son regard gris cerclé d’or. “Notre reine… a toujours manqué d’amies féminines. Je crois que cela aurait pu être une des raisons. C’est peut-être pour cela qu’elle a préféré Ninon à toi. Elle… je ne crois pas qu’elle a jamais envisagé de vous marquer tous les deux. Je ne suis pas sûr que je m’y risquerais, et je suis plus âgé qu’elle. Je… Eh bien je crois que ta suggestion de tout à l’heure n’était pas non plus totalement idiote, même si poussée par l’alcool. Je crois… qu’elle aurait aimé que je te marque”. Il n’aurait peut-être pas dû dire ça. Quoi de plus difficile que de s’entendre dire que non content d’avoir été rejeté par une vampire, on est aussi rejeté par un autre? “Tu as beau être un sacré emmerdeur mon cher Arnaud, ce n’est pas par manque d’affection que je ne l’ai jamais envisagé. Je crois, simplement, que je ne suis pas le vampire qu’il te faut”.

C’est ainsi qu’il se l’explique. Car Alice… Alice, il a envisagé de lui proposer la marque dès leur rencontre. Une partie de lui savait qu’elle était faite pour lui, et pour aucun autre vampire. Tout comme, peut-être, sans doute, Ninon était faite pour Charlotte. Tomas ébouriffe gentiment les cheveux du gamin, geste familier qu’il ne se permet quasiment jamais.

Marqué ou non, tu pourras compter sur moi, Arnaud. Bien que j'apprécierais que tu sois plus facile à vivre à l'avenir”. Il lui reprend le bras, le remet debout. “Si tu n’as pas envie de rentrer au Louvre, je peux mettre l’un de mes hôtels particuliers à ta disposition”.

Au moins le temps qu’il évacue tout l’alcool qu’il a dans le sang et qu’il se refasse une santé. Quelque part, Tomas n’a pas envie d’affronter la colère de Charlotte, subséquente à celle de Ninon, parce que son jumeau ressemble à une éponge.

_________________
Ardeur Macabre
« It's hiding in the dark. Its teeth are razor sharp. There's no escape for me. It wants my soul, It wants my heart. No one can hear me scream, maybe it's just a dream... Or maybe it's inside of me. » code by Wiise / lyrics by skillet

Tomas s’exprime en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t197-unus-pro-omnibus-omnes- http://chtonya-verse.forumactif.com/t281-tomas-de-batz-kingdom-rises
Arnaud de Hallewin

avatar
✠ Je suis : Sorcier.
✠ J'ai : 33.
✠ Mon âme appartient : à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : catwoman
☉ Messages : 114
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   24.01.18 20:36

blast - manu larcenet

hey I went to college once
but all they found were rats in my head

this is hardcore - pulp


Quelle déception de voir que Tomas ne prend que vaguement la peine de le rembarrer à sa provocation sur Alice ! Alors, quoi ? Il ne va même pas l'honorer d'un soufflet ? Même pas se fendre d'une petite droite bien placée ? Alors oui, en effet, aucun intérêt d'être le marqué d'un type qui ne met même pas tout en oeuvre pour défendre l'honneur de sa protégée même auprès d'un type à la con complètement ivre. Non, vraiment, c'est inacceptable. Inadmissible qu'il n'ai même pas essayé de le rabrouer physiquement un minimum - depuis quand il n'est pas au courant, ça fait partie de la doxa, merde, c'est un lieu commun que les bourrés n'écoutent strictement rien de ce qu'on leur dit et qu'il aurait eu autant d'impact en s'abstenant de parler. Il y a une partie d'Arnaud que ça révolte profondément que le corps du vampire n'ai même pas lâché le sien en entendant une phrase pareille. Le jour où quelqu'un, au dernier degré de l'ivresse ou sobre, caresse le moindre propos du genre à l'égard de Ninon, Arnaud explose la gueule du quelqu'un en question malgré la faiblesse de ses poings d'aristocrate, même si ça entraîne sa mort pour n'avoir pas su se défendre et défendre correctement sa soeur. Il le sait bien, ce à quoi il ressemble là tout de suite. A un pauvre gamin perdu qui ne trompe personne derrière son bouclier d'alcool et de stupre, dont la douleur est devenue trop massive pour qu'il puisse la cacher ou la porter de ses bras fins. Qui serait même probablement trop massive pour être masquée par les bras épais de Tomas de Batz. Il y a une partie d'Arnaud qui, à trop avoir voulu maintenir des apparences de dandy nihiliste, s'est brisée, détruite. S'est perdue pour l'humanité, pour toujours, et ne reviendra pas. Et même si le monde devient clair, trop clair, que Ninon se remet à lui offrir tout son corps, que Charlotte décide de lui accorder de l'importance, même si, cette partie ne reviendra plus. C'est foutu. Alors à quoi bon en parler, à quoi bon s'accrocher, pourquoi ne pas partir ? Parce qu'il est humainement impossible de trouver la force de partir. Parce que la légion de ceux qui trouvent le courage de partir devrait avoir un monument aux morts érigé sur toutes les places de toutes les villes. Un monument à l'humain inconnu qui a réussi à s'en aller parce que c'était la bonne chose à faire.

Et voilà que Tomas emprunte une voix doucereuse et qu'il n'apporte que des demis réponses. On imagine toujours que même une demie réponse va nous satisfaire, que du moment qu'il y a quelque chose c'est déjà un début; et quand la demie réponse arrive la déception est toujours là, cuisante. On s'imaginait moins avide et plus magnanime qu'on ne l'est en réalité. Et voilà qu'il sort des histoires genrées, que la Reine avait besoin d'une compagne et s'imaginait qu'il aurait besoin lui d'un compagnon. Symétrie du genre, et symétrie qui se refuse puisque Tomas réitère son non désir. Il est presque encore plus insoutenable d'apprendre qu'il l'a envisagé. Ca ressemble à un mauvais scénario cliché de rupture. "C'est pas toi, c'est moi." Mais bien sûr. Il va falloir à un moment, si l'on veut qu'Arnaud arrête de se masquer en faisant le petit connard, qu'on arrête en face de lui mentir en permanence et de ne faire que l'entretenir dans son image. Qu'une bonne fois pour toute on le crie haut et fort, qu'on arrête de se raconter des blagues : personne n'en a rien à foutre d'Arnaud de Hallewin. Et c'est pas grave, une fois que l'abcès du non dit est percé, on peut passer à autre chose. Une fois que tout le monde reçoit le soulagement de pouvoir le dire haut et fort, Arnaud compris, alors Arnaud pourra arrêter de devoir subir la lourde charge ridicule d'être qui il est et devenir quelqu'un d'autre. Le non dit a ceci d'insoutenable que vu de l'extérieur il est si simple. Il suffit juste de balbutier trois mots et un siècle de malheur s'interrompt, se débloque, respire à nouveau en direction d'un siècle nouveau. Parce que, si cette vérité est énoncée, alors il n'est plus obligé de rester au château, d'être convenable, de se faire ramasser par Tomas quand il fait une connerie moindre. Si cette vérité est énoncée, Tomas pourra utiliser son précieux temps à faire autre chose, et Arnaud aussi d'ailleurs. Je quitte le château. Devant moi la nappe de brume profonde, épaisse comme de la pois, se lève pour révéler un brouillard qui laisse traverser la lumière. C'est l'aurore, ou peut être que c'est le crépuscule, peu importe : ça reste le début de quelque chose. Enfin, le début de quelque chose. Et j'avance sans qu'un ruban ne me noue au palais avec un peu de mou pour me donner l'impression que j'existe au delà. J'avance libre et je commence à essayer d'exister au delà.

Et Tomas lui ébouriffe les cheveux comme s'il avait encore douze ans. Il est impossible de lui en vouloir, il s'imagine bien que c'est un symptôme de semi-parent, de personne qui t'as vu grandir en tout cas. Il ne peut que répondre par un sourire qui se veut apaisé, qui n'est que constatation des débris à perte de vue qui peuplent sa vie. Oui, bon : la grande échappée merveilleuse, c'est pour plus tard. Pour un jour où il aura une vraie once de courage. Dans ce cas, Tomas, et merci pour tout ça, merci d'avoir essayé de me répondre, mais dans ce cas, pourquoi est-ce que je reste au château ? Plus vraiment ivre, le Hallewin. Il existe de ces choses qui emprisonnent l'alcool et l'empêchent de répandre ses vapeurs joyeuses dans un corps qui en est pourtant avide. Il sait que lui aussi, il aurait aussi bien fait de se taire, car il y a beaucoup à parier que ce n'est pas au marquis de prendre des décisions semblables, et que probablement c'est Charlotte qui veut sa demeure au château. Mais Arnaud espère que Tomas va répondre à une question parallèle à la sienne, qui est la suivante : pourquoi Charlotte veut que je reste au château ? Et il supplie intérieurement le vampire de ne pas répondre "C'est la volonté de Ninon", parce que putain qu'on n'essaye même pas de lui faire croire que sa soeur veut encore de lui ici. Si c'était le cas elle ne le punirait pas d'une splendide indifférence, ça a toujours été à la vie à la mort entre eux, alors pas de conneries. De quoi le punit-elle si elle le fait, ça n'a aucun sens, ça ne peut pas exister - pile à ce moment là Arnaud ressent un terrible effroi en se sentant sur le point de pleurer. Il stoppe sa respiration. Il la fait descendre, très bas, dans son ventre. Ne pas pleurer devant le vampire. Ne pas encore plus se faire infantiliser, ridicule lambeaux d'homme qui ne s'est jamais fait, loque trainant à peine sur le pavé, déchet sans nom qui ne trompe et n'est aimé de personne. Caliméro de merde.

_________________

twisted nerve
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/
Tomas de Batz

avatar
Surveillez vos culottes
✠ Je suis : Vampire
✠ J'ai : 404 ans
✠ Mon âme appartient : La reine Charlotte de France
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : avatar (c) BABINE code sign (c) wiize lyrics (c) skillet
☉ Messages : 1097
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   25.01.18 16:16

Le vampire se remet en route, en trainait et portant à moitié le jeune sorcier. Sauf que ce dernier n’en a apparemment pas terminé avec les questions. Plus exactement, il lui en pose une seule, et Tomas n’est pas dupe au point de ne pas voir ce qu’elle cache. Contrecoup de l’alcool peut-être, qui aide à révéler ce qui se cache là, latent, depuis des années, ou bien fatigue de se cacher sans cesse derrière un masque. Dans tous les cas, Arnaud a l’air à deux doigts de pleurer.

Une nouvelle fois, Tomas s’arrête pour le regarder. Non pas qu’il ne sait pas quoi lui répondre. Plutôt que son constant manque de temps, ses nuits occupées et, il faut aussi bien l’admettre, la sale manie du gamin Hallewin a toujours être pénible lui ont fait loupé l’ampleur de la chose.

Eh bien… pour commencer… tu n’as jamais fait part d’une volonté de vivre ailleurs. En tout cas pas devant moi”.

Et Tomas s’aperçoit que c’est surtout pour cela que lui ne s’est jamais posé la question. Sans doute Charlotte et Ninon ont-elles insisté pour le savoir ici. Il n’est aussi pas sans savoir que le gamin est protégé. Mais s’il l’avait demandé, il aurait pu aller vivre ailleurs. Naïvement, peut-être, le marquis a simplement assumé qu’il n’avait pas envie de s’éloigner de sa jumelle.

Il se permet un geste qu’il ne s’est jamais permis avec le sorcier. Ils ne sont pas si proches, n’est-ce pas? Certes, Tomas l’a vu grandir, il a pour lui cette affection mi-fraternelle, mi-paternelle, mais ils n’ont pas ce genre de rapport. Cette nuit, cela n’a pas réellement d’importance, et surtout, cela n’arrête pas le vampire qui pose sa main sur l’épaule du gamin pour l’attirer contre son torse.

Je vais t’emmener chez moi” lui annonce le vampire, en même temps qu’il lui tapote le crâne. “Tu pourras dormir, prendre une douche aussi, car avec toute l’affection que j’ai pour toi, tu sens la mort, Arnaud. Et je te promets que quand tu auras décuvé, nous parlerons de tout ce qui te pèse sur le coeur. Ninon, Charlotte, ta vie au palais. Tout ce dont tu as envie”.

Par “Chez moi”, il faut comprendre “celui qui est le plus proche parmi les nombreux hôtels parysiens que je possède”. Et par “quand tu auras décuvé”... Eh bien peut-être qu’il faudra attendre la nuit prochaine. Quoique… Arnaud lui paraît un peu plus sobre que tout à l’heure.

Je sais que sous tes airs, tu en as quelque chose à faire. Arrête de te faire du mal ainsi, cela n’arrangera pas les choses”.

_________________
Ardeur Macabre
« It's hiding in the dark. Its teeth are razor sharp. There's no escape for me. It wants my soul, It wants my heart. No one can hear me scream, maybe it's just a dream... Or maybe it's inside of me. » code by Wiise / lyrics by skillet

Tomas s’exprime en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t197-unus-pro-omnibus-omnes- http://chtonya-verse.forumactif.com/t281-tomas-de-batz-kingdom-rises
Arnaud de Hallewin

avatar
✠ Je suis : Sorcier.
✠ J'ai : 33.
✠ Mon âme appartient : à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : catwoman
☉ Messages : 114
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   29.01.18 14:30

blast - manu larcenet

hey I went to college once
but all they found were rats in my head

this is hardcore - pulp


Il est bien amer, ce moment de la vie où l'on s'aperçoit que l'on n'est pas tant enfermé par l'autre que par soi-même. Qu'on a été les architectes de nos propres prisons et que la laisse qui pend à notre cou n'est retenue que par notre propre main droite. C'est souvent une question d'orgueil de celui qui n'a jamais voulu mettre à jour sa propre lâcheté de n'avoir pas osé s'émanciper de ce qui le retient. Comment accepter une lâcheté pareille ? Tellement intégrée dans ton corps de faible que tu te rend même plus compte qu'elle existe ? Il regarde Tomas les yeux écarquillés et le choc de la révélation est tellement grand qu'il n'est même plus question ni de retenir ses larmes, ni de pleurer par tristesse. Les larmes coulent juste parce que tous les canaux sont grands ouverts, parce que soudainement, Arnaud a ne serait-ce que pendant un millième de seconde la possibilité d'être tout à fait libre.
Sans doute qu'une fois la question soumise aux deux femmes qui régissent sa vie, sans doute à ce moment là cessera-t-il d'être libre. Mais il déguste pourtant pendant le peu de temps qui existe dans l'espace entre le corps de Tomas et le sien cette émancipation absolue et éphémère. Il se laisse accueillir dans les bras du vampire comme les très vieilles personnes qui accueillent la mort, comme une vieille amie qu'on n'a pas vue depuis si longtemps et que c'est si bon de revoir. C'est dingue de trouver encore autant d'humanité dans une carcasse qui n'est plus menacée par sa propre mortalité. Le marquis a la patience de ceux qui ne sont pas pressés par le lendemain parce qu'ils savent qu'il y en aura à l'infini, des lendemains.

J'ai décuvé, Tomas, t'inquiète pas, même l'alcool ne peut rien contre tout ça. Donc si t'as pas plus urgent à faire allons nous poser dans un des chez toi et parlons. Parlons une bonne fois pour toute, ça devient ridicule cette histoire de gens qui vivent ensembles et qui ne se connaissent que de loin. Alors peut être, peut être qu'il y a une urgence au royaume, peut être de la paperasse, peut être même quelqu'un à sauver, évidemment oui qu'il y a tout un royaume à tenir à bout de bras mais il faut reconnaître qu'à force ça devient presque une urgence de résoudre cette non communication infinie. Alors oui, il prendrait bien une douche, il dormirait bien quelques heures, il boufferait même bien un morceau, mais dans l'ordre des priorités il a bien conscience que cette foutue discussion a pris la première place. C'est évident, non ? Que quand quelqu'un se pourrit la vie comme ça c'est parce qu'il est profondément malheureux et peut être dans mon cas qu'il a juste envie qu'on se mette à le considérer assez comme une nuisance pour le virer du château sans préambule. Il n'est pas dit qu'il arrêterait la débauche si tout allait mieux dans sa vie. Bien sûr qu'il y a une grande partie provoc, une grande partie de noyade de malheurs dans l'oubli, mais il y aussi qu'à force, ça l'amuse beaucoup, toutes ces extravagances. Il fait bon vivre dans la légèreté. Et que le plus ironique c'est qu'on n'en finit pas de le garder et que jamais il n'est viré, quoi qu'il fasse. Il a l'impression d'écrire un conte ridicule sur lui-même, héros principal d'une intrigue qui ne terminera jamais bien, voir qui ne se terminera jamais.
Il ne s'en rend pas compte, encore, qu'au bout du compte s'il s'enferme depuis tout ce temps c'est qu'à l'arrière de son crâne il trouve une forme de stratégie dans le fait d'être au château. S'il veut finir par retourner la situation, par prendre une forme de revanche, aussi minime soit-elle, sur Charlotte et Ninon, mieux vaut rester dans la gueule du loup pour agir. Il ne s'en rend pas compte, encore, parce qu'Arnaud est un garçon de paroles et de conneries mais pas un homme d'action. Le pauvre garçon est coincé dans une boucle. Il veut démêler les non dits avec Tomas sans s'apercevoir qu'il y a des non dits importants qu'il n'avoue même pas à lui-même et qu'avoir une discussion solennelle sur ça sans les avoir compris c'est mettre la charrue avec les boeufs.

Au moment où il commence à l'entendre, il comprend que ça doit déjà faire un bout de temps qu'il les suit. Il sent le vampire en lui puisqu'il n'est bien capable que d'entendre les morts. Il écoute passer les phrases de ses pensées superficielles et comprend que ce n'est pas une attaque ironique qui les attend. Ce type n'est pas rempli de mauvaises intentions, en tout cas pas physiquement belliqueuse. Il les suit pour les observer, et il est seul. Il est mû par une étrange forme de curiosité, et Arnaud ne parvient pas à savoir s'il s'agit d'une curiosité politique ou si c'est une simple curiosité naïve d'enfant qui a compris qu'il a affaire à des gros bonnets peut être parce qu'il suit Tomas depuis un moment et a du le voir descendre de la Berline du palais. Il se détache du grand corps du marquis pour observer son visage. Est-ce qu'il l'a senti ? Est-ce qu'on se sent, se reconnaît, se repère, en tant que vampires ? Arnaud s'aperçoit qu'il n'a jamais pris le temps de se pencher sur les spécificités propres à cette race. Est-ce qu'il serait insultant de lui faire remarquer la présence qui flotte et ne les lâche pas ? Il regarde droit dans les yeux de Tomas, il regarde dans sa vision périphérique comme pour mieux écouter les pensées de celui qui suit, comme s'il pouvait essayer d'écouter celles de Tomas et d'y trouver une réponse. Est-ce que tu le sens, Tomas ? Est-ce que toi aussi tu as compris qu'on était suivis et tu n'arrives pas à savoir exactement pourquoi ? Est-ce que tu le sens ? Est-ce que tu le sens ? Tomas ? Il préfère n'être pas explicite, fin pour une fois dans sa vie, et espérer que Tomas a compris ou carrément senti la chose arriver.
Il tente de discrètement humer au vent mais qu'est-ce qu'il y peux sentir de plus que ce qu'il sait déjà, lui le misérable type à corps d'humain.

_________________

twisted nerve
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/
Tomas de Batz

avatar
Surveillez vos culottes
✠ Je suis : Vampire
✠ J'ai : 404 ans
✠ Mon âme appartient : La reine Charlotte de France
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : avatar (c) BABINE code sign (c) wiize lyrics (c) skillet
☉ Messages : 1097
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   29.01.18 17:04

Les larmes coulent, et Tomas ne fait aucun commentaire. Il continue de lui tapoter la tête, avec toute l’affection dont il est capable, mais ne cherche pas à y ajouter des paroles de réconfort. Ce ne sont pas exactement des larmes de tristesse, plutôt des larmes qui ont besoin de sortir. Rien de ce qu’il pourrait dire ne raccourcirait le délai, rien non plus ne pourrait vraiment le consoler. Tout ce qu’il peut faire, en l’état actuel, c’est avoir la patience d’attendre qu’elle soit terminée pour réellement l’aider.

Un éclat de rire involontaire le secoue, et il tapote gentiment l’épaule du gamin Hallewin.

J’ai toujours des tas de choses urgentes à faire Arnaud. Et j’ai aussi toujours du temps pour toi”.

Bien sûr, il ne lui a jamais dit avec autant de mots. Quoique, à bien y réfléchir, il n’a jamais empêché le sorcier de lui rendre visite, jusque dans son cabinet de travail. Certes, il ne l’a pas toujours accueilli à bras ouverts, mais il a aussi cette sale manie d’être parfaitement pénible quand il en a envie.

Cela arrive d’être malheureux, tu sais. Crois-en ma longue expérience en la matière…” Sauf que le vampire se garde bien de préciser que la mélancolie semble être son humeur naturelle depuis une éternité, maintenant, qu’il ne saurait même pas reconnaître le bonheur s’il croisait sa route. “Mais te faire du mal ainsi n’arrangera pas les choses. Te faire jeter hors du palais non plus. Je suis sûr que tu sais ce qui te rendrait heureux, et si je peux t’aider à l’obtenir, je le ferais”.

Le marquis s’aperçoit que le gamin n’a pas vraiment l’air de l’écouter. Il s’est éloigné de lui, et le regarde d’un drôle d’air, qui lui provoque un froncement de sourcils. Par réflexe, ses sens, jusque là muselés pour ne pas le noyer sous les stimulis, s’ouvrent, il scrute la nuit, ouvre grands ses oreilles, inspire imperceptiblement les odeurs.

Arnaud”.

Il ne dit rien d’autres, comme si soudain, leurs prénoms sont devenus des codes. Tomas? Il y a quelqu’un. Arnaud. Oui, j’ai senti. Pour l’instant, Tomas n’est pas particulièrement inquiet, mais il ne commet pas non plus l’erreur de sous-estimer son adversaire. S’il devait agresser le chambellan de France et le jumeau de la marquée de la Reine, il enverrait plus qu’un seul vampire. Il estime donc possible que le vampire ne soit pas seul, et sa priorité reste de mettre Arnaud en sécurité.

Comme si de rien n’était, il le prend par l’épaule et l’emmène avec lui. Le vampire ne presse pas le pas, ne regarde pas par-dessus son épaule d’un air inquiet, même s’il surveille les alentours de tous ses sens. Ses pensées, celles en surface en tout cas, sont aussi relativement sereines.

Hey!

L’appel vient de derrière eux. Tomas hésite environ une seconde sur la marche à suivre, mais s’arrête et se retourne. Leur ombre vampirique est sortie de sa cachette, quoiqu’elle se tient encore à quelques mètres d’eux. Pour l’instant, elle ne bouge pas, et Tomas non plus.

Oui?” s’enquiert poliment le chambellan, comme s’il était dans son bureau, et qu’il répondait à des coups toqués.

J’le connais lui… Et vous aussi”.

Eh bien j’imagine que nous avons des visages plutôt communs, lui comme moi”.

Il se retourne, reprend le bras d’Arnaud, et reprend sa route. Où est passée cette foutue voiture?

_________________
Ardeur Macabre
« It's hiding in the dark. Its teeth are razor sharp. There's no escape for me. It wants my soul, It wants my heart. No one can hear me scream, maybe it's just a dream... Or maybe it's inside of me. » code by Wiise / lyrics by skillet

Tomas s’exprime en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t197-unus-pro-omnibus-omnes- http://chtonya-verse.forumactif.com/t281-tomas-de-batz-kingdom-rises
Arnaud de Hallewin

avatar
✠ Je suis : Sorcier.
✠ J'ai : 33.
✠ Mon âme appartient : à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : catwoman
☉ Messages : 114
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   06.02.18 16:48

blast - manu larcenet

hey I went to college once
but all they found were rats in my head

this is hardcore - pulp


Du temps pour toi, du temps pour toi, du temps pour toi. Tout le monde a toujours du temps pour Arnaud de Hallewin, à la seule condition qu'il le demande. Et pourquoi doit-il toujours être celui qui réclame ? Pourquoi est-ce qu'on ne pourrait pas lui donner, ce temps, sans qu'il soit obligé de quémander ? Puisque c'est ça, l'histoire de sa vie. Etre celui qui fait la quête au temps et à l'attention de ceux qui comptent vraiment pour lui. Ninon, Tomas, et même Charlotte. Allo, Caliméro à l'appareil, quand est-ce qu'on commencera à faire attention à moi sans que j'aie besoin de remplir une demande écrite ? Puisqu'apparemment en plus tout le monde a le temps de le faire ? Mais il se mord la lèvre essuie ses larmes du bout de sa manche comme un sale gamin chopé à un coin de rue pour un menu larcin et ne dit rien. Qu'est-ce que tu veux que Tomas, déjà bien trop occupé pour un seul vampire, s'occupe de ça ? Le problème c'est que tout le monde lui dit avoir le temps mais n'en a pas. Il ne s'agit pas d'avoir des créneaux pour lui mais d'en fabriquer. Ca demande un tout autre genre d'effort. Et l'autre effort serait d'avoir en plus les bonnes réponses. Parce que qu'est-ce que le marquis vient de lui offrir comme solution, à part la déclaration que justement, de solution il n'y a guère ? C'est à toi de trouver, c'est à trouver de trouver, oui d'accord, ça fait trente trois ans que c'est à moi de trouver et j'ai pas tellement l'impression d'avoir fait des progrès spectaculaire. Dis, tonton Tomas, est-ce que toi ça fait quatre cent quatre ans que tu cherches tes solutions et que tu les trouves pas, et c'est pour ça que tu es incapable de conseiller autrui spirituellement ? Est-ce que c'est pour ça que tu t'es noyé dans Charlotte comme ils semblent tous le faire, parce qu'elle était une manière de débrancher le reste des problèmes, quelqu'un à suivre aveuglément jusqu'au bout, quelqu'un possédant des solutions fermes ? Est-ce que c'est pour ça que tout le monde la suit ou juste par peur ? Parce que si c'est pour ça, peut être qu'Arnaud devrait s'y mettre aussi. A l'allégeance bête.

On pourra toujours dire merci à l'action pour sortir les hommes de leurs simagrées, de leurs réflexions sans fins, de leurs rongeages d'ongles stériles. Tomas et Arnaud pourraient avoir autant de discussions philosophiques qu'ils veulent, aucune n'irait à la cheville de cet échange qui vient de se produire. De ce ridicule "Tomas." - "Arnaud." qui en deux noms propres leur a permis de se comprendre parfaitement sans avoir besoin d'en discuter deux heures. Se comprendre à demi-mots ce n'est pas une évidence, même en situation de conflit ou de danger, et Arnaud sent quelque chose de fort se produire en lui, comme une sensation de flux, quelque chose qui dit très fort on fait tous les deux partie d'exactement la même réalité et l'espace de quelques secondes on est le même cerveau pensant, même si c'est impossible, même si ça n'existe pas.
Il n'a même pas besoin de garder ses yeux posés sur le vampire pour savoir qu'il hume et qu'il sent ce que lui entend. Ils regardent tous les deux le vampire s'extirper d'une ruelle après les avoir salués. Ils sont curieusement immobiles, tout d'un coup, l'ivrogne et son porteur. Curieusement alertes. Le type n'est qu'un espèce de jeune gars, le genre de vampire tout neuf qui se croit le roi du monde depuis sa transformation. Qui n'a pas assez été éduqué par son faiseur pour avoir la tenue et les règles de l'être-vampire. Comment il en existe encore, des vampires mercenaires qui transforment à qui mieux mieux sans s'occuper de la suite des événements dans un climat politique pareil, ça échappe complètement à Arnaud. Mais de fait, ça existe.

Ce qu'il sait par contre, c'est qu'il doit tout faire pour ne pas passer pour un gros lourd qui fait tout foirer devant Tomas. Il lui a déjà assez offert du loser, et même si Tomas ne lui a apporté aucune solution, il a au moins fait l'effort d'essayer de le faire et rien que pour ça il mérite le Arnaud mesuré qu'il laisse habituellement avant de sortir de sa chambre et ne montre plus à personne d'autre. Le Arnaud fin, cachant plus d'un tour dans son sac même s'il se refuse au travail de la magie qui possède pourtant naturellement son corps. D'ailleurs le travail en cette situation ne lui serait pas vraiment utile : les capacités qui lui sont naturelles sont des capacités d'analyse du royaume des morts et d'anticipation sur les pensées des vampires beaucoup trop floues pour servir en combat direct (si combat direct il y a).
A première vue (embuée par l'alcool parce qu'il ne faut pas déconner ces substances là ne s'en vont pas non plus entièrement d'un claquement de doigts), c'est juste un pauvre type un peu trop immature. Le seul danger réel pourrait venir de cette espèce de sensation d'extrême grandeur et d'invincibilité que son nouveau statut de mort semble lui avoir donné. Il regarde Tomas, suppose que ce genre de trucs il doit connaître, bien qu'il n'ai aucune idée de quand date sa transformation et de comment elle s'est passée. L'alcool peut aussi faire des merveilles à ce niveau-là, l'ami ! dit-il, se faisant un peu plus ivre qu'il ne l'est vraiment actuellement. Est-ce que les vampires peuvent être ivres ?
Peut être qu'au contraire, à la place d'être mesuré, avec ce type ce qui marcherait vraiment c'est de faire LE faux pas. Comme ça on sait clairement directement ses intentions, et c'est réglé, même si ça doit coûter un combat à Tomas (il se sent bien faible en faisant ce constat, "coûter un combat à Tomas", mais soyons réalistes : il ne fait pas le poids, il sait à peine taper une jolie petite brindille rousse alors un grand mastoc vampire adulte...). Peut être qu'on a déjà fait la fête ensembles, tout simplement, ça ne m'étonnerait pas. En tout cas, bonsoir officiellement, Hyppolithe Rouvière. Le prénom de son père et un nom de famille de fiction né incroyablement vite dans son esprit et sa bouche, à sa grande surprise. Il ne se savait pas si bon et prompt menteur, et en voilà un don plus intéressant que de voir des morts, des vrais morts passés au-delà !

Il se dégage de la semie étreinte avec Tomas tout en parlant pour s'avancer vers l'espèce de monstrueux ado vampire et tend la main. Perdu comme il a l'air d'être, les fringues misérables et rapiécées, la surface de son pull rigide à force de saleté, il n'a probablement pas d'endroit où dormir autre que la rue. S'il connait leurs visages ce n'est probablement que de pages de journaux déchirés qu'il a du froisser pour se réchauffer durant de longues nuits de misère. Ce n'est qu'un pauvre hère, tout va bien. Et Arnaud de s'imposer une respiration aussi tranquille et insouciante que d'ordinaire, main gorgée de sang tendue vers le mort débutant, faisant fi de toute indication physique ou mentale de Tomas.

_________________

twisted nerve
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/
Tomas de Batz

avatar
Surveillez vos culottes
✠ Je suis : Vampire
✠ J'ai : 404 ans
✠ Mon âme appartient : La reine Charlotte de France
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : avatar (c) BABINE code sign (c) wiize lyrics (c) skillet
☉ Messages : 1097
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   06.02.18 22:22

Il aurait été un jeune et fringant Gascon, tout juste monté à Parys, ce type se serait pris son poing dans le nez sans aucune autre sommation. Les problèmes se réglaient comme ça, du temps de sa vie mortelle. On se tabaissait un bon coup, ensuite, on picolait bras dessus-bras dessous pour se réconcilier. Avec l’âge, bien sûr… Tomas est devenu moins bagarreur. Disons qu’il est arrivé à un stade de son existence où il a vu assez d’horreurs pour ne pas avoir envie d’en rajouter et où il a compris que la violence ne pouvait pas tout résoudre. Si un jour on lui avait dit que le jeune homme bagarreur qu’il était deviendrait un diplomate…

Ces quelques mots tout juste échangés avec leur ombre vampirique, Tomas tend le bras à la recherche de celui d’Arnaud, sauf que le sorcier, jusqu’ici très sage, ou trop assommé par l’alcool, en tout cas immobile et silencieux, décide soudain de n’en faire qu’à sa tête. Évidemment. Pourquoi se décide-t-il soudain à s’inventer un autre nom, à imaginer une rencontre dans les bas-fonds, ou dans un bar pouilleux? Franchement, cela dépasse le vampire… Sa nuit a pourtant si bien commencé.

Hyppolite”.

Au moins, le marquis a le réflexe de l’appeler par son faux-nom, quoiqu’il n’est pas certain que la supercherie ait jamais fonctionné de toute façon. Tout juste une minute auparavant, chacun a eu le prénom de l’autre dans sa bouche. Selon ses capacités, il est donc tout à fait possible que leur vampire l’ait entendu, qu’il ait pu ajouter ces visages vaguement connus à ces prénoms interceptés pour en déduire leur identité complète. Ou peut-être, aussi, qu’il savait très bien qui ils étaient, dès  le départ.

Et Arnaud continuait de faire n’importe quoi, à tendre une main beaucoup trop vivante à un vampire qui n’attendait peut-être que ça. Peut-être que le gamin - même à soixante-dix ans, il aurait continué à l’appeler comme ça - a vu aussi, Tomas, en tout cas, n’est pas passé à côté de ce début de rictus, ni de ce geste vers les replis de son manteau.

Son geste à lui est encore plus fluide, plus rapide. Une main qui passe sous le revers de sa veste, qui en tire un couteau, qui s’envole comme une flèche jusqu’à l’épaule du vampire, au moment où un éclat argenté sort de sous sa veste. Tomas n’est pas resté immobile, le couteau à peine parti, il a foncé vers Arnaud, aidé par sa vitesse vampirique, pour le tirer en arrière, puis il est revenu donner la dernière poussée au vampire pour qu’il tombe vers l’arrière. Il achève ces quelques secondes en le plaquant au sol, tenu au col par les deux mains.

Qui t’envoie?

L’autre rigole, comme un dément, il se tortille, mais sans chercher vraiment à se débattre. Le chambellan va le découvrir dans quelques secondes, mais son compatriote vampirique a très envie qu’il reste près de lui. Le marquis, d’ailleurs, le fouille. Une main le maintient au sol, l’autre palpe ses poches, son manteau, pour le débarrasser de ses armes. Rapidement, il tombe sous quelque chose de dur. Je vous vois venir, mais rien d’organique. La forme de l’objet est clairement celle d’un cylindre, sur lequel se trouve un boitier. Métal, plastique. Il écarte les pans sans se soucier de déchirer ses vêtements déjà enguenillés. Il voit la bombe.

Vive la république” murmure le vampire.

Sans doute le révolutionnaire prévoyait-il de le murmurer directement dans l’oreille du chambellan de France avant de l’emmener avec lui dans un autre monde, avec son compagnon d’infortune. Sauf que Tomas a décollé dès l’instant où il a compris. Brève course entre sa vitesse vampirique et l’explosion. Il gagne, de peu, en plaquant Arnaud au sol, son corps comme protection.

Une bombe à l’argent, évidemment. Argent dont un gros bout s’est planté en bas de son dos, du côté gauche. Sur le moment, il n’a pas le temps de s’inquiéter de l’absence des mousquetaires de sa garde - occupés par deux autres vampires, de la même bande - principalement parce qu’il a très mal. Arnaud doit d’ailleurs très bien l’entendre. Tomas a dû lui crier de douleur dans les oreilles, à un moment.

_________________
Ardeur Macabre
« It's hiding in the dark. Its teeth are razor sharp. There's no escape for me. It wants my soul, It wants my heart. No one can hear me scream, maybe it's just a dream... Or maybe it's inside of me. » code by Wiise / lyrics by skillet

Tomas s’exprime en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t197-unus-pro-omnibus-omnes- http://chtonya-verse.forumactif.com/t281-tomas-de-batz-kingdom-rises
Arnaud de Hallewin

avatar
✠ Je suis : Sorcier.
✠ J'ai : 33.
✠ Mon âme appartient : à ma soeur.
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : catwoman
☉ Messages : 114
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   12.02.18 16:25

blast - manu larcenet

hey I went to college once
but all they found were rats in my head

this is hardcore - pulp


D'accord, oui, si ça en arrive là, si on parle d'attentat contre la monarchie, carrément direct de ça, alors parler et savoir mentir de façon incroyablement virtuose ne sert franchement pas à grand chose. Qu'est-ce qui sert, d'ailleurs, tout court ? A part être un mec trop stylé de gros blockbuster américain en chair et en os ? Les films mettent quand ils mettent en scène des situations de crise. Ca ne se passe pas du tout au ralenti. Ca arrive très, très vite, on a à peine le temps de voir ou d'analyser (à moins peut être d'être un vampire). Même les bribes de paroles, de réflexion du vampire ennemi sur la bombe et sur comment il pourrait la balancer maintenant qu'il a réduit le champ d'action en s'approchant de lui, même ça il a à peine le temps de l'intégrer que déjà Tomas se jette, que c'est un mélange de chairs mortes qui s'arrache comme elle le peut, de fragments de tissu qui volent, d'un objet cylindre qui fait trois bonds à résonance sinistre sur le sol, qu'il se sent soudainement projeté à terre avec la vitesse d'un boulet de canon et que son arcade sourcilière rebondit sur le pavé dans un bruit sinistre. Le sang coule. Il se dit "hé, merde, mon sang coule, est-ce que ça va être un problème avec Tomas ?". Il ne se rappelle pas de ses bobos d'enfant galopant dans les couloirs du palais ayant trop peu d'équilibre pour maîtriser les glissades. Il ne se rappelle pas si c'est déjà Tomas qui le ramassait ensanglanté et chialant à l'époque. La tête lui tourne soudainement, c'est comme une grande vague de chaleur dans son corps, et des images de télé qui ne fonctionne plus devant ses yeux, un noir et blanc qui semble neiger sur son crâne, le comprimer entièrement. Il connaît bien cette sensation, il la connait par les excès qu'il a pu faire, les essais, les mélanges, le trop plein d'abondance qui fait qu'on finit par s'écrouler inconscient au sol. Mais quelque chose en lui se révolte totalement : non, il ne tombera pas dans les pommes. Pas maintenant; il ne peut pas abandonner Tomas une énième fois. Et il dit ça sans prétention : il a bien conscience qu'il ne lui est actuellement strictement utile à rien. Mais il sait aussi que s'il s'évanouit il deviendra un fardeau de plus pour le chambellan.

Alors il lutte. C'est une chose étrange que de lutter contre son propre corps quand celui ci a décidé d'abandonner le combat. C'est une lutte qu'on sent perdue d'avance et qu'on a pourtant envie de remporter à tout prix. Il serre les dents, se mord les lèvres, tente de rappeler son corps aux sensations du présent. Il respire fort - il est le seul à respirer dans cette histoire, et cette pensée lui offre dieu sait pourquoi de la force. Rappelle toi que tu es humain. Rappelle toi que tu es mortel. Que ça ne fait pas de toi pour autant une petite chose fragile capable de rien. Il ne lâche pas. Il ne lâchera pas. "Vive la République" - c'est donc vrai, tangible et concret devant lui que certains choisissent encore de mourir pour des idées. Que la politique tue au sens propre du terme. Ecrasé du poids de Tomas, il ne peut s'empêcher de trouver ça beau, et puis le noir et blanc commence à s'estomper, il commence à reprendre le contrôle du présent, ses doigts cessent d'être immobilisés par ses fourmis insoutenables. Le sang commence à refluer, à descendre de son crâne, à continuer de couler de son arcade sourcilière. Et là, il sent la secousse du corps de Tomas sur le sien, et il entend son cri de douleur.
Alors bien sûr, le chambellan n'est pas vraiment son père, pas son parent, aucun lien de sang, une tendresse très superficielle, et pourtant ça lui fait le même effet que s'il voyait son modèle de vie et de force pleurer pour la première fois. Découvrir la faiblesse et la douleur chez Tomas, c'est un gouffre terrifiant de gamin qui découvre que non, son père c'est pas le plus fort, c'est pas Chuck Norris, c'est juste un homme comme les autres. Voilà Tomas blessé, et l'autre vampire au sol qui n'a rien reçu dans le corps, qui commence à remuer, à avoir envie de se lever. La terreur. La terreur d'Arnaud n'a pas d'égal puisqu'elle est alimentée par sa propre impuissance, par sa propre réalisation d'impuissance. Il ne sait pas soigner, il ne sait pas mettre à terre. Il est écrasé au sol, il saigne comme s'il brandissait un panneau PETEZ LES PLOMBS LES GARS JE VOUS SECOUE VOTRE SNACK PREFERE SOUS LE NEZ, il n'a que des tout petits poings et un sens de la stratégie équivalent à moins douze. Tomas, il va falloir oublier que t'as mal, là. Très facile à dire pour lui qui, s'il était blessé, serait en train de gémir comme un veau. Il roule doucement, difficilement, et se retrouve sur le dos, Tomas sur le ventre à côté de lui. Il observe la blessure. Ouais c'est pas joli. C'est la première fois qu'il voit une vraie blessure, et il comprend soudainement l'attrait des hommes pour la guerre et la violence. C'est parfaitement fascinant, cet homme-roc transpercé par un objet pas plus gros que la main. Il faut que tu me dises tout de suite si je dois l'enlever. Il sait que chez les humains il ne vaut mieux pas retirer un truc aussi profondément enfoncé, que c'est la seule chose qui empêche une hémorragie de se produire, mais pour un vampire ?

Et pourtant les chairs de Tomas commencent à fumer. Est-ce qu'il n'est pas supposé avoir constamment toute une garde à ses basques ? Pourquoi personne ne leur vient en aide ? Est-ce que ce type habillé en lambeaux peut vraiment faire partie d'un réseau assez important pour bloquer toute la garde du bras droit de la Reine ? Arnaud panique. Il n'a jamais vécu une situation de crise semblable. Jamais son cerveau, son corps, n'ont étés soumis à autant de pression, de stress, d'adrénaline. On dit que l'adrénaline révèle le héros, on aura au moins appris qu'en effet, comme c'était prévu dans l'idée, Arnaud de Hallewin n'a rien d'un héros. Il n'est qu'une pauvre merde sans défense pas capable de se protéger contre le monde, élevé sous une cloche. Cette pensée même fait naître une colère noire en lui. Une rage proche mais encore plus puissante que celle de l'impuissance. Elle grandit, grandit très vite - tout ça ne dure pas plus de quelques secondes - et soudainement c'est comme quand la balle d'enclenche dans le barillet. Son esprit habitué à capter quelques pensées vagabondes de morts qui marchent se met à fait l'opposé, c'est-à-dire, se met à diffuser à quel mort veut bien l'entendre qu'ils sont là, qu'ils ne le seront bientôt plus si quelqu'un ne vient pas, qu'ils ont besoin d'aide.
Il sait très bien qu'il prend le risque d'être entendu par les mauvais morts. Mais il ne réfléchit plus à cet instant précis, il agit, il ne peut rien faire d'autre qu'agir, il n'a plus le contrôle de cet esprit qui transmet comme un sonar, qui explose à l'extérieur de sa gorge, de son crâne, de tout son être. Et puis il entend des cliquetis de métal qui résonnent dans la ruelle adjacente à la leur. Et là si c'était dieu possible son coeur s'emballe encore plus fort. A-t-il attiré du soutien ou a-t-il appelé leur arrêt de mort ?

_________________

twisted nerve
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/
Tomas de Batz

avatar
Surveillez vos culottes
✠ Je suis : Vampire
✠ J'ai : 404 ans
✠ Mon âme appartient : La reine Charlotte de France
☉ Je suis actuellement :
  • libre (RP).
☉ Crédits : avatar (c) BABINE code sign (c) wiize lyrics (c) skillet
☉ Messages : 1097
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   12.02.18 18:49

Dans sa tête, il n’y a que la douleur. Elle pulse, d’une drôle de façon, elle brûle, aussi, la faute à l’argent. Le vampire met un moment avant de réaliser que c’est lui, qui hurle, au point que son cri a dû rameuté tout le monde à Parys, de la prostituée de Montmartre à la Reine, en passant par tout ce qu’il y a entre les deux. Il réalise à peine qu’Arnaud est blessé - légèrement, c’est déjà ça - ni que le vampire derrière lui a finalement opté pour une option moins kamikaze, et qu’il est en meilleur état que lui.

Le cri met longtemps à mourir sur ses lèvres, forcément, il n’a pas besoin de respirer pour reprendre son souffle et reprendre, mais la voix d’Arnaud le ramène à la réalité. Le gamin l’appelle, et Tomas redescend de son nuage de douleur, jusqu’à la terre ferme. N’empêche, il en a de bonne, le gosse. Oublier qu’il a mal. Certes, il l’a déjà fait, mais c’est un peu drôle, de l’entendre de la bouche d’un autre.

Il se redresse, le mouvement lui envoie une nouvelle décharge de douleur. Tomas de Batz est à moitié à genoux dans la fange d’une rue parysienne, sa chemise est trempée de sang sur l’arrière, et de boue sur le devant, son pantalon aussi. Il tente bien de tordre son bras vers l’arrière, à la recherche du projectile enfoncé dans son corps, mais vu l’endroit où il est planté, le vampire ne peut même pas l’enlever.

Enlève-le. Maintenant”.

Il sert les dents quand l’objet commence à fouiller sa chair, en même temps qu’Arnaud s’en empare comme il peut pour tirer dessus. Tomas ne pourrait pas parler, même s’il le voulait, trop occupé à serrer les dents pour retenir un nouveau cri, mais peut-être que le don du nécromancien lui permet de capter quelque chose du genre “Sans te mettre la pression gamin, mais ça presse en fait”. Il met en réalité moins de temps qu’il ne se l’imagine pour lui retirer le projectile en argent, mais que voulez-vous, il a mal, et ça lui paraît durer des siècles. Même avec cet encombrant passager en moins, Tomas sent encore la douleur, un bref regard en arrière lui apprend aussi que l’autre vampire a repris ses esprits - quelque chose a dû les lui faire perdre, il suppose - mais que lui n’est pas en état de se battre, pas avec un trou béant dans le dos, qui met du temps à guérir à cause de l’argent. Ce qu’il lui faut, c’est…

Il fixe Arnaud.

Désolé gamin”.

Le vampire attrape son poignet, le porte à ses lèvres et plante ses crocs, avant qu’il n’ait le temps de protester ou de dire quoi que ce soit. La chair craque sous sa mâchoire, dans l’urgence, Tomas a mordu un peu trop près de l’os. Tant pis, il se fera pardonner. Sa guérison est, pour l’instant, une histoire de vie ou de mort. Il suce autant qu’il peut, aussi vite qu’il le peut pour activer la guérison. Le vampire est rarement aussi goûlu, dans sa façon de se nourrir, il il pourrait passer à deux doigts de boulotter le gamin Hallewin pour de bon - ça ferait mauvais genre, auprès de la reine - encouragé par la brûlure qui s’apaise dans son dos, et surtout, s’il avait un peu plus de temps devant lui. La perspective de se faire poignarder le sort de sa transe.

Il a du sang sur la bouche et sur le menton quand il se relève. L’autre vampire est déjà derrière lui, armée d’une dague en argent. Tomas bloque le coup, envoie son pied dans son genou, fait craquer l’os, envoie son coude dans son visage, bloque son poignet. Présenté ainsi, les choses paraissent faciles, mais le vampire se défend, cherche à planter sa lame au hasard, Tomas l’esquive à peine, quand elle vise son épaule. Il parvient tout de même à le désarmer.

Le couteau - une lame d’une trentaine de centimètres, en argent, la garde ouvragé - vol dans les airs, le temps que Tomas le rattrape par la garde, puis l’enfonce dans le menton du vampire, jusqu’à la garde, transperçant son cerveau. Il aurait préféré l’interroger pour découvrir ses complices, évidemment, mais il a pallié au plus pressé.

Tomas récupère la lame - ça reste un indice - laisse le cadavre vraiment sans vie du vampire s’effondrer au sol. Son dos lui fait toujours un mal de chien, même s’il guérit, mais tout ça parait secondaire quand il se souvient de la présence d’Arnaud. Et du sang qu’il lui a ponctionné, dans l’urgence.

Arnaud? Gamin?

Le marquis s’approche, tente de l’asseoir. Il a perdu assez de sang pour se sentir cotonneux, sans doute. Tomas le redresse.

Gamin, ça va aller, tu te sentiras mieux après un bon repas”.

Si le repas arrive. Il capte les pas. Plusieurs silhouettes sortent des rues. Pas des mousquetaires. Merde.

Il ne peut vraiment pas avoir une soirée tranquille.

Il laisse Arnaud pour se remettre debout. La lame récupérée un peu plus tôt s’avère une nouvelle fois des plus utiles. Il esquive, taille des mains, donne des coups de coude et des coups de pieds, désarme l’un des vampires - ils sont cinq, en tout - d’un coup de coude dans son arme à feu qui l’envoie au sol. Ils ont l’avantage du nombre, mais Tomas sait déjà qu’ils sont infiniment plus jeune que lui. Ils sont moins rapides, moins forts, moins expérimentés dans l’art de la guerre aussi. Il s’inquiète aussi de l’absence de ses hommes, sans pouvoir se le permettre pourtant.

Il perd le couteau dans la tempe d’un vampire, n’arrive pas à le retirer avant qu’il ne lui échappe des mains, entraîné par le poids du cadavre. Comme il doit bloqué deux attaques presque consécutives, il n’a pas d’autres choix. Un adversaire en moins, mais il est une nouvelle fois désarmé. Où est tombé ce foutu flingue au juste?

_________________
Ardeur Macabre
« It's hiding in the dark. Its teeth are razor sharp. There's no escape for me. It wants my soul, It wants my heart. No one can hear me scream, maybe it's just a dream... Or maybe it's inside of me. » code by Wiise / lyrics by skillet

Tomas s’exprime en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
http://chtonya-verse.forumactif.com/t197-unus-pro-omnibus-omnes- http://chtonya-verse.forumactif.com/t281-tomas-de-batz-kingdom-rises
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: you name the drama and I'll play the part l tomas   

Revenir en haut Aller en bas
 
you name the drama and I'll play the part l tomas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chtonya Verse ::  :: Montmartre :: Le Chat Noir-
Sauter vers: